aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Etude : prévoir l'ampleur des manifestations g...

Etude : prévoir l'ampleur des manifestations grâce aux réseaux sociaux

Une étude de la City University London, démontre que des niveaux d’activité élevés sur les réseaux sociaux peuvent servir à la prédiction de hausses dans la participation à des manifestations.

07 Juin 2015 à 14h05 | | 0 avis

Etude : prévoir l'ampleur des manifestations grâce aux réseaux sociaux

Un rapport réalisé par Marco T. Bastos, Arthur Charpentier et Dan Mercia, docteur à la City University London, et publié dans le Journal of Communication, les chercheurs révèlent que faire des prédictions, en se fondant sur les données des réseaux sociaux, était efficace dans la plupart des scénarios.

Une étude = trois objets d’étude

L’étude réalisée, s’est alors intéressée à trois études de cas : le mouvement des Indignés du 15 mai 2011, le mouvement Occupy de 2011 suivi dans 951 villes du monde et la révolte du Vinaigre du mois de juin 2013 qui a touché le Bresil.

En tenant compte de six variables, le nombre de tweets, de messages Facebook, de manifestants, d’activistes engagés, d’arrestations et de participants blessés, les chercheurs sont parvenus, grâce aux données extraites de Twitter et Facebook, à la conclusion qu’il existait un lien statistiquement significatif entre activité sur les réseaux sociaux et engagement sur le terrain pour deux des trois soulèvements.

Une hypothèse qui se vérifie

Pour Dan Mercea, Docteur du département de sociologie de la City University, « Du Printemps arabe aux Indignés, des émeutes de Londres au mouvement Occupy, un débat houleux s’est engagé autour des répercussions potentielles de l’utilisation des réseaux sociaux sur les manifestations dans les rues. Dans ce rapport, nous nous interrogeons sur le type d’information qui prospère sur Facebook et Twitter au cours de multiples épisodes d’agitation politique. Nos conclusions mettent en avant que l’utilisation de réseaux sociaux chez les manifestants varie considérablement d’un pays à un autre. »

Ce dernier a notamment expliqué que les variations entre les données pourraient être dues à la pluralité des modes d’interaction des gens avec différents types de médias, tels que la radio ou la télévision, dans différentes parties du monde.

Mais pas dans tous les cas …

La surveillance des tweets et des messages Facebook pourrait servir à la prévision de l’activité de manifestation du jour suivant, Twiter jouant en effet un rôle « clé » dans la coordination locale de la logistique.

En étudiant le mouvement anti-austérité des Indignés, l’équipe a découvert que l’augmentation du volume des messages en ligne était suivie d’un accroissement de l’engagement physique. Le même lien a d’ailleurs pu être établi pour les manifestations du mouvement Occupy. De plus, la hausse des incidents sur les sites de manifestations pouvait servir à la prédiction de pics d’activité sur les réseaux sociaux grâce à la communication autour d’incidents tels que la violence policière, par exemple.

Néanmoins, le lien entre les messages sur les réseaux sociaux et l’engagement physique n’a pas été établi dans le cas de la révolte du Vinaigre causée au Brésil par la hausse des tarifs des transports en commun.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis