Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Une étude américaine inédite sur le cerveau !

Une étude américaine inédite sur le cerveau !

De nombreuses recherches ont démontrées que pour les étudiants venant d’une famille aux revenus limités, il est plus difficile de s’en sortir à l’école. Et des étudiants riches seront plus susceptibles re réussir à l’école.

17 Avril 2015 à 15h55 | | 0 avis

Une étude américaine inédite sur le cerveau !

Cette nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de MIT et d’Harvard expose une autre approche pour comprendre « le fossé de la réussite ». Après avoir analysé les cerveaux d’étudiants avec un fort revenu et ceux avec un revenu limité. Ils ont découvert que les élèves avec le revenu le plus élevé avaient un cortex plus épais dans des endroits associés à la perception visuelle et l’accumulation de connaissances.

D’autant plus que ces différences entrent en corrélation avec les performances sur des tests standards.

« Comme vous aurez pu vous y attendre, il y a un coût pour ceux qui ne vivent pas dans un environnement porteur. On peut le voir, pas seulement avec les résultats de tests scolaires but à l’intérieur même du cerveau de ces enfants » dit un des auteurs de cette recherche John Gabrieli, professeur en science de la santé et en technologie.

« Pour moi c’est le moment d’intervenir. Il faut des provoquer des opportunités pour ceux qui n’ont pas la chance de venir d’un environnement propice ».

Des différences majeurs

Ceux qui ne bénéficient pas d’un environnement porteur sont plus susceptibles d’échouer scolairement parlant. Différents aspects sont imputables :

En premier lieu, le stress est un aspect non négligeable et handicapant, mais aussi un accès plus limité aux ressources éducatives et qui sont moins exposés au langage parlé dans leur début de vie.

Comprendre ce fossé

L’étude s’est basée sur l’analyse de 58 élèves avec 23 venant d’une famille aux faibles revenus et 35 de revenus élevés, tous âgé de 12 ou 13 ans.

Les chercheurs ont comparé les notes au Massachusetts Comprehensive assessment System avec les scans de leurs cortex.

A l’aide d’une imagerie magnétique, ils ont découvert des différences d’épaisseur des cortex . ces analyses viennent corréller les différences au niveau des résultats des tests scolaires et des revenus des familles.

En fait ces différences d’épaisseur du cortex pourrait expliquer jusqu’à 44 pourcents des résultats du fossé de réussite.

source MITnews

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis