Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Enseignement : pas de formation spécifique à ...

Enseignement : pas de formation spécifique à l'art de la caricature

Comme partout en France et même à l’international, le terrible attentat qui s’est déroulé, mercredi 7 janvier, contre l’hebdomadaire satirique a suscité une grande vague d’émotion à l’Ecole nationale supérieure d’art de Nancy.  

Publié le 12 Janvier 2015 à 12h03 | | 0 avis

Enseignement : pas de formation spécifique à l'art de la caricature

La caricature : cela ne s’apprend pas !

Pour rendre hommage à leur manière aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’art de Nancy ont créé un blog pour revendiquer qu’ils étaient tous Charlie.

Cette école a été le lieu de formation de bon nombre de caricaturiste et de dessinateurs de presse. Christian Debize, directeur de l’établissement, cite Jochen Gerner, dessinateur pour le journal Libération, Diego Aranega, qui dessine pour Télérama, Stéphane Kiehl lui pour la rubrique économique du Monde ainsi que Frédérique Bertrand qui elle travaille pour la presse magazine et Télérama. Mais aussi les nancéiens Rémi Malingrëy, Victor Hussenot ou encore Samuel Starck. Tous ont reçu une formation généraliste mais la caricature ne s’apprend pas. C’est même potentiellement contraire à son esprit. Aucune école nationale d’art ne propose de cursus pour apprendre la caricature. Cabu, lui a découvert son univers par lui-même, à travers un cheminement personnel. Dans les écoles d’art, « l’enseignement permet aux étudiants de pouvoir passer d’un type d’expression ou de technique à un autre », explique le directeur de l’école nancéienne.

Un caricaturiste est un bon synthétiste  

Pour Christian Debize, pour être dessinateur de presse, il faut être apte à réagir rapidement lors d’une actualité, et surtout être synthétique. Il apprécie notamment les dessins de Willem pour leur densité avec peu de crayon. « La puissance d’évocation passe souvent mieux avec le noir et blanc », poursuit le directeur. Ce dernier a également mis en place un nouveau département au sein de son école, où sont proposés des cours et des ateliers de graphismes, BD, Vidéo, accrochage et jeux vidéo.

De quoi susciter des vocations et mettre de jeunes dessinateurs sur les rails de la satire de l'actualité !

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis