Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

L'enseignement de l'arabe à l'école : remetto...

L'enseignement de l'arabe à l'école : remettons les points sur les i

Cela fait plusieurs jours qu'on entend parler de l'arabe qui serait bientôt enseigné à l'école. Plusieurs figures politiques de droite se révoltent contre l'idée du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Pourtant, il est essentiel de remettre les pendules à l'heure, et de mettre fin à un emballement médiatique infondé.

Publié le 13 Septembre 2018 à 12h00 | | 0 avis

L'enseignement de l'arabe à l'école : remettons les points sur les i

L'enseignement de l'arabe à l'école : l'affrontement de deux points de vue

Selon RTL, tout a commencé avec l'essayiste Hakim El Karoui, qui a présenté dimanche dernier un rapport pour lutter contre le fondamentaliste islamiste. Soit plus de 600 pages de bilan et de propositions ! Parmi celles-ci, la mise en place de cours d'apprentissage de l'arabe dans les écoles. Et ce n'est pas une proposition faite au hasard : l'absence de ces cours donne, selon lui, l'occasion aux islamistes d'attirer les enfants dans leurs mosquées.

Puis, sur BFMTV, Jean-Michel Blanquer a reconnu la langue arabe, mais également le russe et le chinois, comme des langues importantes qui méritent plus de prestige. Le ministre de l'Éducation nationale est clairement favorable à l'idée de renforcer l'apprentissage des langues vivantes, quelles qu'elles soient, dès le CP.

Cela implique, en effet, l'arabe, « une très grande langue littéraire et qui doit être apprise, pas seulement par les personnes qui sont d'origine maghrébine » selon lui. Nicolas Dupont-Aignan notamment a très vite réagi, en dénonçant « l'islamisation de la France », d'après France Info. Il a même ajouté que le ministre faisait preuve de « démagogie ». Mais Jean-Michel Blanquer n'a pas tardé à lui répondre sur Twitter en l'accusant de déformer ses propos.

➜ À voir aussi : 8 élèves sur 10 apprennent une langue étrangère en primaire

 

Les fake news qui gravitent autour de l'information

L'affaire a pris des proportions énormes. Pourtant, à l'origine, il ne s'agissait pas que de l'arabe, comme nous l'avons précisé plus haut. Le ministre de l'Éducation nationale a également évoqué l'enseignement du russe et du chinois. Deux langues qui, elles, n'ont fait aucune polémique.

Puis, beaucoup se sont révoltés contre ce qui s'est avéré être une intox : cet apprentissage de l'arabe serait obligatoire. Que nenni ! Il n'a jamais été question que ces cours soient imposés à l'école.

Mais le plus ironique dans cette polémique, c'est que l'arabe est déjà enseigné dans les écoles, tout comme l'anglais, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le portugais, le chinois et le russe. L'idée de Jean-Michel Blanquer est simplement de renforcer l'enseignement de ces langues, encore trop fragile aujourd'hui.

➜ Voir le dossier : Enseignement