Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Des élèves reportés à la police pour apolog...

Des élèves reportés à la police pour apologie du terrorisme

La radio Europe 1 vient de révéler que les élèves qui ont perturbé les minutes de silence en hommage aux victimes de l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo dans certains établissements scolaires ont été signalés aux forces de l’ordre.

Publié le 13 Janvier 2015 à 11h53 | | 0 avis

Des élèves reportés à la police pour apologie du terrorisme

Après les événements d’une rare violence qui ont secoué la France la semaine dernière, le gouvernement réagit et décide de lutter contre l’apologie du terrorisme que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la réalité lors de dérapages.

Des élèves tiennent des discours d’apologie du terrorisme, ils sont reportés au ministère de l’Education

Comme l’explique le site de la radio Europe 1, la lutte contre le terrorisme se mène également à l’école dans les salles de classe au travers de la loi du 13 novembre 2014. Cette loi prévoit en effet que soient reportés tous les discours faisant l’apologie du terrorisme afin de pouvoir les combattre ensuite.

Le ministère de l’Education nationale a dévoilé avoir comptabilisé 70 dérapages durant les minutes de silence et la journée de deuil national du jeudi 8 janvier 2016. Certains propos tenus par les jeunes ont dépassé largement les limites de la correction et du respect, comme cette phrase d’une jeune collégienne de 15 ans : « Ils ont réussi leur coup, moi je suis fière de ceux qui les ont tués, ce sont mes frères ». C’est dans un document officiel que ces mots ont été rapportés au ministère, document que s’est procurée la radio Europe 1.

Europe 1 explique que dans ce document officiel de rapport sont indiqués les nom, âge, adresses et propos de l’élève mis en question.  Ainsi, le discours d’un autre élève de 16 ans a été consigné pour avoir proféré des menaces de morts à l’encontre de tous les "Blancs". Ce sont les professeurs, l’équipe pédagogique qui doivent reporter tous ces propos et les transmettre au chef de l’établissement scolaire par la suite qui les fait ensuite remonter au rectorat qui doit lui-même prévenir la police et le parquet.

Mettre un terme à l’embrigadement des jeunes, une mission des écoles

Le but de ces rapports n’est pas uniquement de dénoncer mais bien de mettre un coup d’arrêt à l’embrigadement. En effet, une fois la police et le parquet contactés ils doivent analyser tous les propos afin de déterminer ce qui n’est que de la provocation de la véritable apologie du terrorisme. Les services de renseignement ouvrent une enquête afin de fouiller la vie de ces jeunes en s’intéressant à leur famille, leurs activités sur internet, leur entourage…

L’enquête peut mener à une interpellation de l’élève car certains ne sont pas de simples provocateurs, ils peuvent très bien être tout à fait conscients de la portée de leur discours et avoir des profils d’apprentis djihadistes… Il devient nécessaire de mettre un terme à ces discours d’embrigadement et de haine pour mieux vivre ensemble.

Un lycéen a été molesté vendredi pour avoir défendu les valeurs de la République suite à l’attentat qui a frappé la rédaction du journal satirique, encore une preuve de la montée de la violence et du terrorisme s’il en fallait encore une.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis