Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les étudiants québécois pleins d'espoir apr...

Les étudiants québécois pleins d'espoir après les élections

Cela aura duré six mois. Six mois de lutte acharnée de la part des étudiants qui se battaient, initialement, contre la hausse des droits de scolarité de 82% sur sept ans. Pauline Marois, fraîchement élue Premier Ministre, a annoncé que son gouvernement allait annuler cette hausse mais également la loi spéciale qui limite les manifestations.

07 Septembre 2012 à 15h08 | | 0 avis

Les étudiants québécois pleins d'espoir après les élections

Six mois de tension

A l’origine, en février dernier, c’est la hausse de 82% des droits de scolarité décidée par le gouvernement libéral précédent qui a mis le feu aux poudres. Cette décision a débouché sur une grève des cours et de nombreuses manifestations, parfois violentes. C’est cette évolution qui a mené le gouvernement à faire voter une loi spéciale imposant des limitations aux manifestations. Cela n’a aucunement calmé les esprits. La victoire de Pauline Maurois a quelque peu apaisé les tensions. Pour le moment, la reprise d'un mouvement de masse n'est pas prévue.


La fin du « printemps d’érable » ?

Même si beaucoup d’associations étudiantes se disent heureuses de ce changement de gouvernement et de la volonté de Pauline Marois de vouloir changer la situation, elles attendent de voir ce qui va concrètement  être décidé. Car cela risque de ne pas être aussi simple pour la récente patronne du gouvernement. Son parti n’étant pas majoritaire, la nouvelle première ministre québécoise doit composer avec une opposition qui pourrait la condamner aux compromis. Elle a annoncé mercredi, jour de son élection, son espoir d'obtenir l'appui des partis d'opposition. "Même en minorité, j'ai l'intention d'obtenir des résultats pour les gens" a-t-elle affirmé.

Les syndicats étudiants attendent donc de voir ce que donneront les premiers mois de Pauline Marois au pouvoir. Si rien ne change, on pourrait, dans quelques mois, revoir les jeunes québécois dans la rue.

 

Crédit photo: © imageegami - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis