Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Des écoles de commerce françaises en fuite fi...

Des écoles de commerce françaises en fuite financière

Pour une business school, l'enseignant parfait c'est quoi ? C'est un professeur-chercheur qui publie régulièrement dans des revues scientifiques de qualité, maitrise l'anglais, est un phare pour sa discipline et, accessoirement, enseigne aux étudiants.

21 Mars 2013 à 16h19 | | 0 avis

Des écoles de commerce françaises en fuite financière

Des oiseaux rares recherchés

ce sont les oiseaux rares les plus recherchés, telles sont les dernières observations faites par la Fnege, la Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises, dans une étude publiée mardi 19 mars. En cause, la responsabilité d'un modèle unique de recrutement des enseignants, venu d'Harvard.

Cette standardisation du système est due notamment à la course aux accréditations internationales, comme l'AACSB, l'AMBA et Equis. 58 écoles aux mondes seulement peuvent se vanter de posséder ces trois gages de pédagogie de qualité. 13 de ces écoles sont françaises mais, aujourd'hui, la concurrence nationale et internationale se fait rude ce entraîne parfois une perte de sens.


L'origine de ce modèle : Harvard

D'après la Fnege, cette homogénéisation du système autour d'un modèle unique inspiré par Harvard est suicidaire. En plus des accréditations, cette convergence s'explique aussi par des classements internationaux comme celui du Financial Times. Dans les business school, les budgets ont explosé.


Le modèle français dans l'impasse

Le modèle français se troive dans une impasse stratégique et financière, selon la Fnege, d'autant plus que les écoles de commerce et les universités où se situent les laboratoires de recherche ne se fréquentent pas beaucoup. Dans un pré-rapport consulté par Le Monde, la Cour des comptes s'inquiète de la fuite financière de 17 écoles françaises parmi lesquelles certaines sont très prestigieuses comme HEC, ESCP Europe ou l'Essec.


Les premières victimes sont les étudiants

Pour rester dans la courses, les écoles de commerce sont amenées à augmenter leurs droits de scolarité et leur taille pour amortir le coût de leurs investissements. Cette stratégie devient très coûteuse pour les étudiants puisque les droits de scolarité atteignent désormais 10 000 euros par an et par famille.

Par ailleurs, elles ne favorisent pas la démocratisation de l'enseignement supérieur puisque "six élèves sur dix ont des parents ingénieurs, commerçants, cadres ou chefs d'entreprise" observe le quotidien, citant le pré-rapport. "Malgré les mesures adoptées (gratuité des frais d'inscription, création de bourses ad hoc, programmes de tutorat lancés par l'Essec), ces écoles n'accueillent que 18% de boursiers en première année, contre 37% à l'université."

Pour éviter l'implosion, la Fnege suggère de modifier le système d'évaluation et d'instaurer des critères différents selon les établissements.

Crédits : © Sergey Nivens - wrangler - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis