Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Une dictée par jour : qu'en pensent les enseig...

Une dictée par jour : qu'en pensent les enseignants ?

Début décembre 2017, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a préconisé le retour à la dictée quotidienne dans les classes du CP au CM2. Le ministère justifie sa décision en expliquant que la mesure permettra "l'enseignement systématique et rigoureux de la grammaire et du vocabulaire pour une orthographe solide". digiSchool a demandé l’avis des enseignants.

Publié le 04 Janvier 2018 à 16h30 | | 1 avis

Une dictée par jour : qu'en pensent les enseignants ?

 

La décision de Jean-Michel Blanquer fait suite aux résultats de l’étude internationale Pirls selon laquelle, en vingt ans, les compétences en lecture et en compréhension des élèves français n'ont cessé de chuter. Cette enquête Pirls, réalisée tous les cinq ans depuis 2001 dans 50 pays, montre qu'avec un résultat de 511 points, contre 520 en 2011, les CM1 sont désormais nettement distancés par rapport à la moyenne des pays de l'Union européenne (540). Depuis 2001, le score de la France a baissé de 14 points, alors que le score moyen des 24 pays européens qui ont participé à Pirls a progressé de 6 points.

La dictée quotidienne n’est pas la seule mesure évoquée par le Ministre pour faire remonter le niveau de lecture des élèves français. Il a également annoncé la mise en place de nouvelles évaluations au milieu du CP et en début de CE1 à la rentrée 2018. Jean-Michel Blanquer souhaite également s'appuyer sur le Conseil scientifique, qu'il vient de créer, pour aider les professeurs à bien choisir leurs manuels scolaires. Le Ministre s’est également engagé à mettre en place un plan de formation en lecture pour les professeurs des écoles et a annoncé le développement de stages de soutien pendant les vacances, notamment en CM2.

Cette proposition d'une dictée quotidienne avait déjà été évoqué par la prédécesseure de Jean-Michel Blanquer, Najat Vallaud-Belkacem, en 2015. digiSchool a voulu savoir ce qu’en pensaient les premiers concernés : à savoir les enseignants.

 

Une dictée par jour : l'avis des enseignants

Avant d’être professeur en SEGPA au collège, Thomas était enseignant. Il se rappelle très bien des dictées de français qu’il faisait à ses élèves de CM2. Pour lui, cette réforme s’inscrit dans la vision « rétro » du ministre : « la dictée, c’est un peu comme les coups de règle sur le bout des doigts : on s’en souvient, on a souffert, mais au final ça nous a aidés à nous construire, dans la douleur. » Il qualifie cette proposition « d’effet d’annonce » car il craint que la réalité du terrain n’empêche la bonne exécution de cette initiative.

« Peu importe la réforme, les profs sont libres de faire comme ils l’entendent dans leur classe […] Finalement, ce sont les rituels : dictée, calcul mental, météo, anglais, poésie, histoire etc. Imposer la dictée quotidienne c’est seulement imposer un rituel parmi tant d’autres. Annoncer la dictée quotidienne, c’est mal connaître le terrain et croire qu’une annonce comme celle-là va chambouler le quotidien des enseignants. » De plus, Thomas remet en cause le fait que le niveau d’orthographe puisse être revu à la hausse seulement grâce à la dictée.

En effet, « imposer une dictée quotidienne, c’est prendre le risque de dégoûter une partie des élèves qui sont déjà en difficulté. Ainsi, imposer une pratique comme celle-là va entrainer plus de réticences que d’approbation ».

A contrario, Léa Dufournet, professeure des écoles en CM2 (en REP+) pense que l’instauration d’une dictée par jour pourrait leur permettre d’assimiler ces règles afin de les utiliser quotidiennement. « Elles permettent aux élèves de travailler tout au long de l’année les mêmes règles d’orthographe qui sont transmises à chaque dictée. »

Toutefois, Léa rn'est pas certaine que les dictées quotidiennes puissent contribuer à relever le niveau de lecture. Selon elle, « l’exercice le plus adapté pour remonter le niveau de lecture est de permettre aux élèves de lire davantage en classe. Cependant, sans lecture à la maison, pour certains élèves, les activités proposées en classe ne peuvent suffirent. »

Les avis de cette initiative sont donc mitigés ; il est difficile de savoir si l’instauration d’une dictée quotidienne soit effective dans toutes les classes de primaire car tout dépend de la volonté du professeur. En revanche, le fait que la dictée ne puisse pas améliorer le niveau de lecture est relativement unanime.

Les avis sur cet article
marie

20 / 20

Si l'on compare le travail de sape de Blanquer au travail des enseignants on est en droit de se poser la question de: qui es l'anarchiste dans l'histoire?
Par

marie

- le 26 Avril 10h42