Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Bientôt un détecteur de mensonges pour les r...

Bientôt un détecteur de mensonges pour les réseaux sociaux ?

Sur les réseaux sociaux, rumeurs et fausses informations se répandent comme une traînée de poudre sans que l'on puisse les arrêter. Pour lutter contre le phénomène, des chercheurs planchent actuellement sur un "détecteur de mensonges"...

Publié le 20 Février 2014 à 14h15 | | 0 avis

Bientôt un détecteur de mensonges pour les réseaux sociaux ?

Rétablir la vérité

A l'heure des réseaux sociaux, un nombre incommensurable d'informations est publié et partagé chaque seconde sur Internet. Certaines d'entre elles sont justes et fondées, tandis que d'autres ne sont que rumeurs, voire désinformation pure et simple. Ces faux renseignements qui circulent en permanence se répandent très rapidement et il est difficile de les contrôler et de rétablir la vérité. 

C'est pour cette raison que les chercheurs de 5 universités européennes se sont attelés au développement d'une sorte de "détecteur de mensonges" pour les réseaux sociaux. Selon rtl.be, le programme, nommé PHEME, sera mené sur 3 ans et financé par l'Union européenne. 


Vérifier toutes les informations

L'objectif de ce programme est de vérifier en temps réel toutes les informations, afin d'aider les gouvernements, les services de secours et les médias à lutter contre les fausses informations et les rumeurs, dont les conséquences peuvent être désastreuses. Il sera capable d'identifier 4 types d'informations : les spéculations, la controverse, les fausses informations et la désinformation. Pour ce faire, les chercheurs croiseront 3 élements : l'information, un système de vérification basé sur des sources fiables et, enfin, la diffusion de l'information.

Les 5 universités impliquées dans le projet sont Sheffield, King's College London, Warwick en Angleterre, Saarland en Allemagne et l'Université MODUL à Vienne. Sa première version devrait sortir dans 18 mois. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis