En ce moment :

Préparez votre séjour à l'étranger : pensez à votre assurance santé !

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Charlie Hebdo: une enseignante suspendue pour s...

Charlie Hebdo: une enseignante suspendue pour ses propos concernant les attentats à Paris

16 Janvier 2015 à 14h58 | | 0 avis

Charlie Hebdo: une enseignante suspendue pour ses propos concernant les attentats à Paris

Lundi 12 janvier, une enseignante a été suspendue suite à des propos qui suggéraient un complot concernant les attentats contre Charlie Hebdo survenus à Paris les 7 et 8 janvier derniers.

Un enregistrement de l'enseignante a été fourni par un de ses élèves

Une enseignante, d’une quarantaine d’année, de droit et d’économie d’une classe de bac pro a été suspendue suite à des propos qu’elle aurait tenus devant les seize élèves de sa classe. Des propos qui suggèrent que les derniers attentats qui ont touché la capitale n’étaient que des « sketch » et un « coup d’Etat pout supprimer la religion musulmane ». Des propos qui ont été enregistrés par un élève « choqué » par les propos de l’enseignante.

Le journal Le Monde nous révèle que contrairement aux autres incidents survenus dans toute la France, suite aux attentats, il s’agit dans cette affaire d’une enseignante et non d’élèves comme tous les autres cas précédemment recensés.  La ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem a fait état de plus de 200 incidents liés aux attentats contre le journal satirique Charlie Hebdo depuis le 8 janvier.

L’enseignante nie d’abord les faits avant d’expliquer qu’ils sont sortis de leur contexte

Le président du Campus des Métiers et de l’entreprise de Bobigny, Patrick Toulmet, a écouté l’enregistrement de l’élève et a suspendu l’enseignante. Selon les propos recueillis par Le Monde, l’enregistrement n’est pas contestable et on y reconnait bien l’enseignante en question. Cette dernière parle d’« un flic soi-disant mort » en faisant référence à Ahmed Merabet, une des victimes des deux terroristes. Elle poursuit en expliquant que « c’est un business, un coup d’Etat pour supprimer la religion musulmane (…) ils ont eu le temps de monter un sketch » et termine en affirmant que « la religion musulmane autorise de tuer pour défendre la religion ».

Suite à sa convocation le jeudi 15 janvier, elle nie dans un premier temps les faits, ne se sachant pas enregistrée, avant d’expliquer qu’elle ne faisait que « reprendre des propos lus sur Internet ». Le président explique que « ces propos sont intolérables. Je ne les tolère pas d’un jeune, donc encore moins d’une enseignante. Je suis obligé de la suspendre car je ne peux pas la laisser en contact avec des élèves si elle tient de tels discours ».

L’enseignante n’avait aucun antécédent particulier dans l’établissement

En CDI depuis presque sept ans dans cet établissement, elle a été mise à pied en attendant le « conseil de discipline ». C’était une enseignante « sans problème » jusque-là, et n’avait aucune « histoire particulière » au sein de l’établissement, qui d’ailleurs n’a pas connu d’autre incidents en rapport avec les attentats à Paris. Patrick Toulmet s’est rendu au commissariat pour témoigner des faits et l’étudiant qui a fourni l’enregistrement sera également convoqué par la police. Le président du campus ne sait toujours pas s’il y aura des poursuites contre l’enseignante. Une réunion est programmée avec les élèves de cette classe pour recueillir leur point de vue concernant ce qu’il s’est passé, mais le président du campus craint que certains élèves partagent les mêmes théories du complot que celle évoquée par leur professeur.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis