Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Comment changer les choses quand on est au lyc...

Comment changer les choses quand on est au lycée ?

Grâce aux nouvelles technologies et à l’information toujours plus rapide, les nouvelles générations sont de plus en plus au courant de ce qu’il se passe autour d’elles, voir dans le monde, et éprouvent de plus en plus le besoin de s’investir pour essayer de changer et d’améliorer les choses. Mais quand on est encore mineur, est-ce possible ? Voici quelques pistes à explorer…

Publié le 04 Mai 2017 à 16h45 | | 0 avis

Comment changer les choses quand on est au lycée ?

Les raisons de s'investir quand on est au lycée

Les jeunes actuels représentent un paradoxe intéressant pour de nombreux psychologues et politologues : ils sont à la fois de plus en plus désintéressés par le système politique et le vote en général, mais de plus en plus investis dans des causes ou au courant de l’activité politique en tant que telle (plus les événements que les personnalités, par exemple). Sur la même idée, le futur semble faire peur à de plus en plus de jeunes, alors que de plus en plus de moyens sont mis en place pour avoir un impact, même minime. Alors oui, il est possible de s’investir dès le lycée et de ne pas tomber dans le discours nihiliste que l’on associe de manière caricaturale aux adolescents. Cependant, voici trois choses à faire avant de s’investir :

1. Bien choisir la cause pour laquelle on veut s’investir

Si l’idée paraît stupide au premier abord, elle masque des interrogations très importantes :

  • D’abord, l’adolescence est une période passionné où des choses peuvent sembler primordiales avant de devenir inintéressantes quelques années plus tard, il suffit de voir les goûts en général ou simplement la différence collège/lycée chez la plupart des gens.
  • Ensuite, pour qu’une lutte ait un sens, il faut qu’elle dure, il faut donc choisir quelque chose qui nous tiens à cœur et nous concernera encore un moment, or c’est aussi à cette période que l’on peut facilement "suivre" des gens, souvent des proches ou des personnes que l’on admire, dans des causes qui ne nous auraient peut-être pas intéressées autrement.
  • Enfin, parce qu’il faut justement "choisir" : de nombreux problèmes peuvent nous révolter, mais il est le plus souvent impossible de pouvoir s’investir sur tous les fronts en même temps, surtout si l’on a une vraie envie de changer les choses. Cela ne veut surtout pas dire qu’il faut abandonner ses autres convictions, mais simplement être conscient qu’on ne peut pas tout faire en même temps.

➜ Vous hésitez ? 5 bonnes raisons de faire du bénévolat

 

2. S’informer sur sa cause en gardant un esprit ouvert

Avant de vous investir par les actes, il faut toujours commencer par bien se renseigner sur les causes qui vous intéressent. Cela permet de ne pas dire n’importe quoi, ou de s’emballer trop vite. Comprendre la situation actuelle, l’histoire qui a menée aux problèmes qui nous intéressent et s’intéresser déjà un peu aux travaux fait à ce sujet permet de s’assurer que l’on a fait les bons choix, et de tester sa motivation : si s’informer et comprendre demande trop d’investissement, mieux vaut peut-être s’arrêter là.

Et n’oubliez pas : il est important de garder un esprit ouvert et d’écouter les arguments et les positions des gens en désaccord avec vous. En effet, le risque lorsque l’on commence à s’informer sur des questions complexes ou polémiques tôt, c’est de s’enfermer dans un schéma de pensées et de ne lire ou voir que ce qui conforte nos idées : garder en tête que le monde est complexe et nuancé ne fait jamais de mal.

 

3. Connaître ses limites

La phrase peut paraître déprimante, étant donné que nous n’avons même pas encore abordé les méthodes pour agir, mais elle est très importante pour ne pas aller au-devant de désillusion ou d’échec, notamment scolaire. S’investir demande du temps et de l’énergie, être encore au lycée, ça signifie être limité, au niveau de l’argent ou des priorités. Ce n’est pas un mal, il y a toujours moyen d’agir, simplement, il faut en être conscient, et ne pas risquer ses études si l’on s’est trop investit ailleurs.

➜ Plus d'informations : Tout savoir sur le statut de bénévole

 

Des idées pour s'investir et changer les choses

Les milieux associatifs

Il existe de nombreuses associations dans lesquelles il est possible de s’investir, chacune ayant ses propres objectifs et méthodes. Il est toujours possible pour un lycéen de participer, même un peu, et de contribuer à en faire la promotion. Si vous vous sentez la fibre artistique, de nombreuses associations culturelles se revendiquent engagées, se servant de leur art comme d’un moyen de défendre les causes qui leurs tiennent à cœur. Il y a plusieurs types d’associations, chacune ayant ses spécificités, mais elles sont énormément diversifiées, alors cela vaut souvent la peine de se renseigner à leur sujet.

 

Le bénévolat

Si on a souvent envie de changer le monde entier quand on est au lycée, il y a souvent des choses à faire à l’échelle de sa ville ou de son quartier. Les organismes caritatifs ou les associations de solidarité sont toujours à la recherche de bénévoles pour des missions en tout genre, mais attention, ces missions ne sont jamais facile : le plus souvent, il s’agit d’assister des personnes en situation difficile (âge, handicap), ce qui peut mettre beaucoup de pression lorsque l’on n’a pas d’expérience. Néanmoins, il s’agit justement d’expérience, dont on apprend beaucoup et qui peut se révéler très valorisante.

➜ Valorisez ce que vous avez accompli : La VAE, Validation des Acquis de l'Expérience

 

Le service civique

Si vous avez 16 ans ou plus, vous pouvez vous porter volontaire pour un service civique, une option intéressante, notamment pour prendre une pause entre le bac et les études supérieures tout en se rendant utile. Principal avantage : l’aide de l’État, qui donne des garanties sur le bon déroulement du service civique et indemnise les volontaires à hauteur de 580 euros par mois. Évidemment, cela demande autant d’investissement qu’un véritable emploi, mais permet justement de s’y préparer (un service civique est un énorme plus sur un CV) et de faire des rencontres, voir de commencer à former un réseau. Si vous visez à travailler plus tard dans la cause où vous vous engagez, c’est l’une des meilleures options.

 

Préparer ses études

Il existe également des ambitieux très motivés, qui veulent à la fois avoir un véritable impact tout en étant prêt à s’en donner les moyens. Pour ceux-là, il convient simplement de préparer dès le lycée les études qui permettent de faire ce que l’on veut. On trouve ainsi un certain nombre de personnes qui veulent aider les autres en droit ou en médecine, voir parfois en sciences politiques, des études longues et difficiles pour lesquelles il est bon de travailler à l’avance. La difficulté, c’est que cela demande beaucoup de temps et de motivation, puisque c’est un effort à terme durant lequel il peut être difficile de se sentir utile, l’avantage, c’est de pouvoir exercer un métier dans la cause que l’on veut défendre.

➜ À voir aussi : La "fonction publique", c'est quoi ?

 

Les nouveaux usages d’Internet

Il existe de plus en plus de plateformes en ligne pour s’investir dans les causes qui nous intéresse, des solutions souvent plus faciles mais ayant parfois moins d’impact. Néanmoins, elles permettent de se mettre en relation avec des gens partageant ses valeurs, et offrent quelques surprises : de nombreuses méthodes ont fait leur apparition en ligne, que ce soit les campagnes de sensibilisation, le boycott ou encore le financement participatif pour aider les projets qui nous semble important. Tout le monde peut trouver une structure ou des outils qui lui convienne en ligne, mais attention cependant : être trop connecté à ce genre de milieu donne parfois un sentiment d’overdose (presque un seul sujet étant discuté en permanence), n’oubliez pas de varier vos horizons !