Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

176 millions d'euros pour rénover l'école des...

176 millions d'euros pour rénover l'école des Prix Nobel

Les 9 et 10 février prochain, le conseil de Paris présentera le grand projet de transformation et d’agrandissement de l’Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de Paris. Un chantier à 176 millions d’euros hors taxes pour lui redonner vie.

02 Février 2015 à 16h06 | | 0 avis

176 millions d'euros pour rénover l'école des Prix Nobel

L’établissement a été créé en 1882

Il fallait s’y attendre tôt ou tard, l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielle (ESPCI) de Paris, créée en 1882 nécessite de gros travaux de réhabilitation. Pour cet établissement bâti à la fin du XXème siècle, les travaux se révèlent obligatoire. Plusieurs laboratoires construits en 1930 ne sont plus aux normes, et devraient bientôt être inutilisables, mais il y a aussi des problèmes de sécurité et de salubrité. Le site qui comptabilise au total près de 1,5 hectares de terrain sera confié à l’architecte parisienne Anne Démians qui a remporté le concours.

Un projet à 176 millions d’euros

Le début des travaux est prévu pour le second semestre 2017 et devrait s’achever en 2022 pour un coût total de 176.000.000 d’euros hors taxe. L’établissement qui s’étend sur 29,000m² s’étendra d’ici 2022 à 38,000m². En dehors du fait que la bâtisse soit « vétuste », les travaux devraient également permettre une ouverture sur le quartier et la possibilité pour le public d’accéder a l’espace vert de 3,900m². La plupart des bâtiments seront démolis et reconstruits, en forme de spirale « comme un grand serpent qui s’enroule sur lui-même », explique l'architecte.

Des conditions de travail médiocres attendent les étudiants

Pendant toute la durée des travaux, les étudiants devront fournir les mêmes résultats qu’en période normale à savoir « une publication scientifique par jour, un brevet déposé par semaine et trois ou quatre start-up créées par an », d’après le physicien Jean-François Joanny, directeur de l’école depuis 2014. L’Ecole doit aussi effectuer « une restructuration indispensable pour soutenir (son) rayonnement international et l'attractivité de Paris » explique Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la mairie de Paris et chargée de l’enseignement supérieur et la recherche. Une Ecole qui souhaite être le maillon principal du campus scientifique de la montagne Sainte-Geneviève qui comprend d’autres organismes tels que l’Ecole de chimie de Paris ou encore l’Institut Curie.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis