Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Cent jours de conflit étudiant au Québec

Cent jours de conflit étudiant au Québec

Le conflit étudiant a marqué hier son centième jour avec une importante manifestation. Pour mettre un terme à ces manifestations qui n'en finissent plus, le gouvernement avait choisi de mettre en place une nouvelle loi, vendredi dernier, la loi 78. Bien mal lui en a pris : les manifestants ont été particulièrement nombreux hier, d'autres montréalais se joignant au mouvement pour défendre leur droit de manifester...

23 Mai 2012 à 16h34 | | 0 avis

Cent jours de conflit étudiant au Québec

Un conflit qui n'en finit plus

Cent jours. Les étudiants entrés en revendications il y a plus de 3 mois pour dénoncer l'augmentation de leurs frais de scolarité (325$ par an pendant 5 ans) ne s'attendaient sûrement pas à battre le pavé si longtemps. Et pourtant, difficile d'imaginer une résolution prochaine du conflit. Après la démission de la ministre de l'éducation, voulant créer un "electro-choc" chez les manifestants, le gouvernement est passé à l'offensive...

En effet, le gouvernement québecois a annoncé vendredi avoir mis en place une nouvelle loi, la loi 78. Celle-ci impose notamment à tout organisateur d'une manifestation de plus de 50 personnes de faire part de sa trajectoire, de la date, de l'heure, de la durée et du lieu de celle-ci à la police au moins 8 heures à l'avance, sous peine de forte amende. Comme on l'imagine, cette réaction a été loin de calmer les étudiants. Mais, surtout, elle a eu pour conséquence de faire descendre d'autres montréalais dans la rue, soucieux de protéger leur droit de manifester. 


Un appel à la négociation

L'Agence QMI/Léger Marketing a réalisé un sondage auprès de 1186 personnes pour recueillir l'avis de la population sur ce conflit. Les résultats ont été publié lundi par le Journal de Montréal. 

Ce qui ressort principalement est l'ineffcacité, selon eux, de la nouvelle loi. 73 % d'entre eux ne pensent pas qu'elle permettra de ramener le calme chez les étudiants. 53 % des répondants considèrent d'ailleurs que la loi va beaucoup trop loin. Seuls 32 % d'entre eux la trouve "juste et équilibrée", et 8 % pensent qu'elle "ne va pas assez loin". 3 interrogés sur 4 considèrent que le gouvernement devrait faire un pas en direction des associations étudiantes. 

Enfin, si 61 % des personnes interrogées sont en "total accord" avec l'obligation de donner toutes les informations relatives à une manifestation au moins 8 heures à l'avance, 54 % sont en total désaccord avec le montant des amendes : de 1000 à 5000 $ par jour pour un simple citoyen et de 25 000 à 125 000 $ pour une association étudiante.

La paix n'est donc pas encore pour aujourd'hui entre le gouvernement et les montréalais... 

digiSchool a sélectionné pour vous
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis