Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Budget 2011 : l'Éducation nationale et ses 16 ...

Budget 2011 : l'Éducation nationale et ses 16 000 suppressions de postes

30 Décembre 2010 à 06h16 | | 0 avis

Budget 2011 : l'Éducation nationale et ses 16 000 suppressions de postes

Avec le vote définitif du projet de loi de finance de l’année à venir par le Parlement à la mi-décembre, les chiffres des réductions d’effectifs dans le secteur public tombent invariablement depuis quelques années. L’année 2011 ne dérogera pas à la règle, notamment dans l’Education nationale qui se voit déjà retirer 16 000 postes à la rentrée prochaine.

Suppression de postes : nouvelle année, éternel motif d’insatisfaction

Le monde de l’éducation n’en finit pas de grincer des dents. Avec les réformes impopulaires de l’année 2010, la suppression de postes d’enseignants dans le primaire et le secondaire donne déjà matière à une première journée de mobilisation prévue pour le 22 janvier prochain. 

Cette mesure prolonge les 50 000 suppressions de poste cumulées depuis 2007. Elle est le résultat direct de la volonté de ne renouveler qu’un départ à la retraite sur deux. Elle est aussi expliquée par le gouvernement par un surnombre de postes cumulé dans le primaire. Et pourtant, les indices démographiques promettent déjà une augmentation du nombre d’élèves. L’important c’est de rééquilibrer le nombre d’élèves dans chaque classe selon le ministère qui annonce que la réduction d’effectifs se fera au cas par cas.

Toutes les académies ne seront donc pas logées à la même enseigne. On annonce déjà des chiffres drastiques pour les académies de Versailles, Créteil, Lille, Nancy-Metz et Orléans.


Une dynamique de restrictions bien huilée

C’est qu’en ces temps de rigueur budgétaire, le premier poste de dépenses de l’État se doit de montrer l’exemple. Diverses idées sont déjà lancées pour continuer à faire des économies : suppression des intervenants extérieurs en langue dans les écoles (totalement pris en charge par les enseignants), réduction de la scolarisation des enfants âgés de deux ans, poursuite de l’emploi de vacataires pour les remplacements, regroupements d’établissements, etc.

Certains opposants à cette dynamique restrictive s’alarment donc sur le « désengagement de l’État » en matière d’éducation. Dans un communiqué faisant suite aux annonces de suppressions, le secrétaire national à l’Éducation, Bruno Julliard s’indigne :

« La nouvelle réduction, pour 2011 – 16.000 postes – est insoutenable, à l’heure où la France dégringole dans les enquêtes internationales (PISA), où la proportion des élèves qui ont de très graves difficultés de lecture et en mathématique augmente, où près de 150.000 jeunes par an sortent du système scolaire sans qualification ni diplômes ».

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis