aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les formations pour devenir archéologue

Les formations pour devenir archéologue

Véritable passion, rares sont ceux qui décident du jour au lendemain de devenir archéologue. Très peu connaissent d’ailleurs les voies d’accès et les débouchés possibles après des études d’archéologie. Mediaetudiant.fr vous dit tout.

04 Aout 2011 à 17h25 | | 0 avis

Les formations pour devenir archéologue

Le métier d’archéologue

La France compte aujourd’hui près de 3000 archéologues, la moitié travaillant sous le « contrôle » de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives).

L’archéologue réalise des fouilles dans des zones géographiques spécifiques et en fonction de la spécialité qu’il a choisit lors de son cursus d’apprentissage : l’époque préhistorique, l’époque romaine ou autres.

Il intervient aussi dans la préservation de sites classés ou en voie de financement. Il est employé par les services du patrimoine, les services archéologiques départementaux ou municipaux, les musées, les parcs archéologiques, ou encore par des associations.

L’archéologue écrit, étudie et classe des archives et des matériaux récoltés sur le terrain. Le nombre de sites de fouille ou de préservation ne cessent de grandir en fonction des découvertes réalisées (la liste de ces sites est consultable via les directions régionales des affaires culturelles)

Il collabore à l’aménagement du territoire. La profession ayant quelque peu évoluée ces dernières décennies, la majorité des archéologues participent à l’élaboration de nouveaux chantiers, y compris industriels : nouvelle voie ferrée, construction d’immeubles sur des sites sensibles, etc.

 

 


 

Les formations d’archéologue

Vu la rareté des postes à pourvoir et le peu de spécialistes en la matière, l’Université a, dès ses débuts, pris la direction de l’enseignement en archéologie.

La voie classique : l’Université

Plusieurs formations possibles :

Le master Archéologie et patrimoine méditerranéens de l’Université Aix-Marseille I : deux options possibles « Moyen-Orient » et « Afrique »

Le master archéologie et histoire de l’Université Rennes 2

L’Institut d’histoire et archéologie de l’Orient ancien de l’Université de Strasbourg avec des formations de niveau post-bac au doctorat

Les départements histoire des universités proposent toutes, en général, des formations dans les domaines de l’archéologie. La formation, dans cette filière, oblige à une très grande technique et une maitrise poussée de l’Histoire. D’où l’ « obligation » d’aller jusqu’à l’obtention d’un doctorat.

Les cursus spécialisés

Et pour celles et ceux qui souhaiteraient pousser leur enseignement et maximiser leurs chances de trouver un emploi, une sélection très rude en école spécialisée est possible. Une double compétence est fortement appréciée par les recruteurs. Parmi les spécialités, on compte la xylologie (étude du bois et des essences), la zoologie (étude de la faune) ou encore la géomorphologie (étude des sols).

L'école du Louvre à Paris : LA référence dans le domaine de l’art en général. Accessible sur « test probatoire » et entretien au niveau post-bac ou en première/deuxième année de premier cycle. Très chère mais très réputée.
L'institut national du patrimoine : accessible sur concours.

 

 


 

Les débouchés après des études d’archéologie

Les places sont rares et le taux de renouvellement reste très faible. Rien ne garantit un recrutement dès l’obtention du diplôme ; en conséquence de quoi il est toujours préférable de multiplier les stages et les missions et de prendre régulièrement contact avec les offres, même temporaires, diffusées par le ministère de la Culture et de la Communication, le CNRS, le Centre national de la recherche scientifique, ou encore dans les différents musées départementaux ou régionaux et les laboratoires privés.

Si vraiment le métier devient inaccessible pour vous ou que vous envisagiez une reconversion ou une réorientation, plusieurs possibilités de professions dans la même branche de métiers. En voici une liste non-exhaustive :

Le conseiller en gestion de patrimoine

Conférencier

Conservateur de musée

Restaurateur d’œuvres d’art




 

Adlyne : étudiante en archéologie

Adlyne, étudiante en archéologie à l’Université de Strasbourg, nous livre ses impressions sur les études d’archéologie :

« Les cours sont vraiment passionnants lorsque l’on a décidé de se lancer à fond dans le domaine. Après c’est vrai qu’on est pas forcément sûr de trouver un boulot une fois les études terminées, des études longues d’ailleurs […] A chacun de trouver des stages et des partenariats pour partir sur le terrain. Ca reste le plus intéressant. »

Un dernier conseil : « impossible de se laisser aller pendant les études et attendre sagement les examens ; c’est beaucoup beaucoup d’investissement ».

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis