Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Apprentissage de l'anglais : toujours plus tôt...

Apprentissage de l'anglais : toujours plus tôt, toujours plus nul ?

25 Janvier 2011 à 16h47 | | 0 avis

Apprentissage de l'anglais : toujours plus tôt, toujours plus nul ?

Luc  Chatel, ministre de l'Education, veut "réinventer l'apprentissage de l'Anglais" en France. Parmi les pistes évoquées : commencer l'anglais à 3 ans, utiliser les nouvelles technologies, et augmenter le nombre de séjours à l'étranger. Pourtant, le vrai problème de l'apprentissage de l'anglais est ailleurs...

Les Français, mauvais élèves en anglais

Sur l'année 2008,  20 000 étudiants français ont passé le TOEFL et ils ont obtenu un score moyen de 88 /120. Des résultats pas très flatteurs, puisqu'ils nous placent au même niveau la Bulgarie, la Biélorussie ou la Lettonie, et surtout loin derrière l'Allemagne (score moyen de 108).

Si la volonté d'améliorer l'apprentissage de l'anglais chez les étudiants en France est louable, certains pointent déjà des incohérences. Sur lemonde.fr, Maryline Baumard note par exemple qu'à la rentrée 2011, "1000 intervenants en langues disparaissent du budget de l'éducation. C'est-à-dire la quasi intégralité de ces personnels spécialistes de l'enseignement de la langue de Shakespeare."


Parler l'anglais ou mieux mentir ?

En fait, ce n'est pas en empilant des mesures éparpillées que l'on fera progresser les étudiants en anglais.  Par exemple, de nombreux élèves sont allés en Angleterre avec leur classe, sans avoir pour autant progressé en anglais. Le problème vient surtout du fait que ceux qui "ratent le coche" en démarrant, au collège, se retrouvent sur la touche pendant la suite de leurs études.

De nombreux étudiants, en effet, sont abonnés aux mauvais résultats en anglais pendant toute leur scolarité et, mis à part dans l'apprentissage des listes de vocabulaire, ne peuvent pas remonter la pente malgré leurs efforts.

L'anglais est une matière ou le niveau peut être très différent d'un élève à un autre, d'une classe à une autre, ou d'un établissement à un autre. Le système actuel ne laisse pas aux professeurs le temps de faire le point sur ces différents niveaux et de répondre aux carences de leurs élèves...

Plutôt qu'apprendre l'anglais de plus en plus tôt, les élèves devraient déjà recevoir un véritable enseignement en anglais à partir de la 6ème ! Cela passe avant tout par plus de pratique de l'oral et de plus petits groupes.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis