Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Sélection culturelle de la semaine n°13 : pou...

Sélection culturelle de la semaine n°13 : pour tous les goûts !

Il faut toujours garder à l’esprit que la beauté se trouve un peu partout : dans une histoire d’amour étrange, dans une simple musique, dans des personnages atypiques, et même… dans un braquage ! Cette semaine, au programme : un beau film, une série intrigante, un album hétéroclite et un roman idéal pour cet été.

Publié le 01 Juin 2018 à 11h00 | | 0 avis

Sélection culturelle de la semaine n°13 : pour tous les goûts !

Un film : La Forme de l’eau, de Guillermo del Toro

Un chef d’œuvre. Sorti le 21 février 2018 et réalisé par Guillermo del Toro, La forme de l’eau est un poème illustré. Une touche de romance, les subtilités du fantastique et une bonne dose de « aimez-vous comme vous êtes, respectez la différence » ! Elisa est muette, solitaire et adorable. Elle fait le ménage dans un laboratoire gouvernemental top secret, et, un jour, un amphibien humanoïde y est capturé et enfermé. Alors que tous le maltraitent et le méprisent pour ses différences, seule Elisa voit autre chose en lui. Les images sont sublimes, les personnages sont attachants (à l’exception de l’exécrable colonel) et le scénario est particulièrement bien ficelé, mais surtout… beau. À voir et revoir sans modération.

 

Une série : La Casa de Papel, d’Álex Pina

On change de registre, avec le plus gros braquage jamais mis au point ! La Casa de Papel, d’Álex Pina, une série sortie en 2017, met en scène huit voleurs, portant des masques à l’effigie de Salvador Dali : Tokyo, Rio, Berlin, Denver, Nairobi, Moscou, Helsinki et Oslo. Sous les ordres du Professeur et en suivant son plan machiavélique à la lettre, cette bande pas comme les autres s’empare de la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre, en Espagne. Avares, ambitieux mais surtout humains, les personnages principaux sont préparés à tout, et, comme prévu, font face aux doutes, aux déceptions, aux trahisons, aux violences... Des épisodes riches en rebondissements, des scènes qui nous tiennent en haleine, et le tour est joué : c’est un carton plein pour La Casa de Papel, dont on entend parler… partout !

La Casa de Papel

➜ À voir aussi : Sélection culturelle de la semaine n°12

 

Un album : Dirty Computer, de Janelle Monae

Le début de Dirty Computer, un album de Janelle Monae, sorti en avril 2018, est mélodieux, doux, presque spirituel. Puis, c’est un mélange de funk, de soul, de pop, de r’n’b et de rap qui s’offre à nous telle une bonne vague de fraîcheur. Celle dont on a tous besoin. La fusion de tous ces styles musicaux en fait une œuvre où chacun peut y trouver son compte. Janelle Monae est sublime, engagée, féministe, forte, indépendante, libre et talentueuse : encore une icône, et pas des moindres. Cet album fait parfois danser, parfois rêver, parfois penser. D’ailleurs, l’artiste a déclaré au magazine Rolling Stone : « Je veux que les jeunes filles, jeunes garçons, non-binaires, homosexuels, hétérosexuels, queer, qui ont connu des moments difficiles concernant leur sexualité, qui se sentent ostracisés ou harcelés simplement parce qu'ils sont eux-mêmes, sachent que je les vois. […] Cet album est pour vous. Soyez fiers ».

 

 

Un livre : Un avion sans elle, de Michel Bussi

Sur le Mont Terrible, un avion s’écrase. Aucun survivant. Seulement une petite fille de trois mois. Mais sur ce vol, deux bébés étaient enregistrés. Commence alors une guerre sans fin entre deux familles. L’une est bourgeoise, l’autre est modeste. La petite fille s’appelle Lyse-Rose, ou plutôt Emilie ? Elle finit par devenir Emilie, à la suite d’un long procès. Mais le doute survole toujours son existence… jusqu’à ses 18 ans. Crédule Grand-Duc, détective privé, a enquêté pendant tout ce temps et laisse derrière lui un simple cahier qui garde au chaud tous les détails, toutes les pistes qu’il a envisagées. Qui est-elle ? Sorti en 2012 et écrit par Michel Bussi, Un avion sans elle laisse planer un suspens incroyable, assouvi par les rebondissements à foison, du début à la fin de l’histoire. Chacun des personnages est unique, et vous aurez du mal à les quitter une fois la dernière page achevée.

Un avion sans elle

➜ Voir le dossier : Culture

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis