Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Enquête emeVia : les jeunes renoncent de plus ...

Enquête emeVia : les jeunes renoncent de plus en plus aux soins

Le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité emeVia vient de publier sa 8ème enquête nationale sur l'accès aux soins des étudiants en 2013. digiSchool média vous donne les résultats. 

10 Septembre 2013 à 11h03 | | 0 avis

Enquête emeVia : les jeunes renoncent de plus en plus aux soins

Les étudiants consultent de moins en moins

Tous les 2 ans depuis 14 ans, le réseau emeVia se penche sur l'état de santé des étudiants. Cette enquête permet de suivre l’évolution de la perception de sa santé par l’étudiant, d'évaluer l’impact des politiques et programmes de prévention ou encore de connaître les besoins des étudiants en matière de santé. Pour cette 8ème édition, 6134 étudiants ont participé. 

Première constatation, plutôt inquiétante : de moins en moins d’étudiants consultent quand ils sont malades. Si 61% des étudiants vivant chez leurs parent vont consulter un médecin (ils étaient 63,5% en 2011), 56,5% des étudiants en résidence universitaire (contre 55% en 2011) et 57,2% des étudiants vivant en colocation (contre 55,5% en 2011) attendent que cela passe

On note également une différence entre les hommes et les femmes. Les étudiants sont plus nombreux à "attendre que ça passe" (55.3 contre 52% pour les femmes). Les étudantes vont plus facilement aller voir un médecin (55.3 contre 50.4% pour les hommes), s'automédiquer (52.8 contre 39.7%) et demander conseil à leur pharmacien (14.4 contre 8.6%). 

Globalement, 4 comportements principaux face à la maladie se dégagent :

  • le recours à un médecin traitant (53,1% contre 56,9% en 2011),
  • attendre que cela passe (53,5% contre 51% en 2011), 
  • pratiquer l’automédication (47% contre 46,8% en 2011),
  • prendre des médicaments donnés par un proche (33,1% contre 33,6% en 2011).


17,4% des étudiants déclarent avoir renoncé à des soins

Seuls 83,3% des étudiants sont couverts par une complémentaire santé, contre 94% en population générale. 59.6% sont couverts par la mutuelle de leurs parents et 14.5% par une mutuelle étudiante (contre 16.4% en 2011). 

Plus inquiétant encore, 17,4% des étudiants déclarent avoir renoncé à des soins pour des raisons financières au cours des 6 derniers mois. Ils étaient déjà 15% en 2011 mais l'écart se creuse encore. A noter que les femmes renoncent plus aux soins que les hommes (21,6% contre 18,2%). 

Les consultations gynécologiques sont également en recul. 48% des étudiantes y ont eu recours en 2013, contre 52.1% en 2011. 


Les étudiants en situation de stress

EmeVia nous révèle que 12.4% des étudiants ont régulièrement des difficultés financières (contre 11.8% en 2011) et 21.6% occasionnellement (contre 25.2% en 2011). Un étudiant sur 2 estime tout de même qu'il n'a pas de problèmes d'argent, ce qui est un peu plus qu'en 2011 (50.5% contre 49.3%). 

37.5% des jeunes déclarent avoir des difficultés à gérer leur stress. Le stress, une des conséquences probables des longs temps de transports : 46,7% des étudiants mettant plus d’une heure pour rejoindre leur lieu d’étude déclarent souffrir de stress alors qu’ils ne sont que 36,3% chez ceux vivant à moins de 15 minutes de leur lieu d’étude. 39,2% des étudiants vivant en logement individuel déclarent des difficultés à gérer leur stress, contre 33,9% des étudiants vivant en colocation.

Autre chiffre inquiétant : 13.4% des étudiants disent ne pas être satisfaits de leur choix d'études mais 7.1% déclarent qu'ils vont poursuivre dans cette voie malgré tout. 

Enfin, 12,4% étudiants déclarent avoir subi des comportements de rejet (raciste, sexiste, homophobe.. .) alors que cette proportion atteignait 8,1% en 2011 :

  • 10,0% des étudiants ont subi des injures ou du harcèlement moral (contre 7,4% en 2011).
  • 2,4% des étudiants ont subi une agression physique (contre 0,7% en 2011

On remarque également que les étudiantes subissent plus de harcèlement moral que les hommes (10.5 contre 9.4%) et que les hommes sont davantage victimes de violence physique (2.9 contre 2%). 

Crédits photo : © 18percentgrey - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis