Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Le jeu vidéo selon Hugo Poiblanc : un sport, u...

Le jeu vidéo selon Hugo Poiblanc : un sport, un média, un enseignement

Hugo Poiblanc, issu d’une formation web puis marketing, est aujourd’hui le responsable communication du salon de la Lyon e-Sport. Passionné de jeux vidéo, il a eu la chance de découvrir l’association quatre ans auparavant, et depuis, il ne la quitte plus. Rencontré à l’occasion du salon, il nous partage sa vision du jeu vidéo.

Publié le 23 Février 2018 à 10h24 | | 0 avis

Le jeu vidéo selon Hugo Poiblanc : un sport, un média, un enseignement

En quoi le jeu vidéo est-il un sport ? 

Hugo Poiblanc : On parle d'e-sport surtout parce que le jeu vidéo se rapproche du sport dans la façon dont il est géré sur les marchés, dans la façon dont le domaine se construit. Par exemple, ici, à notre événement, il y a des équipes professionnelles qui participent : les salaires de ces équipes sont payés soit par les récompenses en compétitions, soit par les sponsors. Ceux-ci affichent même leur logo sur les maillots des joueurs. Et dans les équipes, il y a des coachs, des managers, des préparateurs physiques… De plus, il y a un e-sport par jeu. Par exemple, cela ne nous viendrait pas à l’idée de faire un événement qui mélange le foot et le rugby. C’est un peu la même chose dans les événements e-sport : ici, il y a essentiellement du League of Legends sur la scène, parce que c'est avant tout un événement sur ce jeu et le tournoi Fortnite, qui est une nouveauté cette année. Mais une grande majorité du public vient avant tout pour le tournoi League of Legends, qui est vraiment LE moment attendu.

 

En quoi le jeu vidéo est-il un média ?

C’est un média tout simplement parce que, comme tout sport, il y a des personnes qui le suivent. Ainsi, l'e-sport devient un média à partir du moment où les compétitions sont retransmises en live. Elles sont commentées, donc il y a des audiences et la possibilité de vendre ces audiences à des sponsors. Aujourd'hui, le foot est un média parce que, justement, il se développe et a une audience incroyable. On n'en est pas encore là en e-sport, mais on s’en rapproche petit à petit. Les équipes essaient aussi de faire en sorte que les joueurs soient des idoles que les gens adorent. Ainsi, tout ce qui permet de créer de l'audience autour de l'e-sport, c'est ce qui fait qu’il devient un média, c'est le nerf de la guerre.

 

Selon toi, le jeu vidéo peut-il avoir une vocation éducative ?

Complètement. Pour moi, le jeu vidéo, que ce soit en termes de compétition e-sport ou que ce soit en termes de développement mental, est un média dans lequel on est acteur. C'est comme si on était au cinéma sauf que le héros, c'est nous. Donc cela permet de développer des capacités d'analyse. Il y a plein de choses à découvrir ! À titre personnel, je suis un joueur depuis des années, et je pense que les jeux vidéo d’aventure, par exemple, m'ont beaucoup servi, en termes de raisonnement, en termes de logique, etc.

 

Pour toi, quel serait le jeu vidéo parfait ?

Cela dépend des objectifs. Par exemple, le jeu vidéo compétitif parfait, c'est celui qui arrive à trouver la bonne synergie entre quelque chose qui permet aux joueurs de jouer sur le long terme, qui est facilement compréhensible et qui, en plus de cela, réussit à attirer des fans autour du jeu. Puis, pour des jeux d’aventure, il faut trouver le juste milieu entre ce que l’on fait dans le jeu, les graphismes et la musique. Pour moi, la musique, c'est ce qui provoque les souvenirs les plus forts.

 

Quel serait le meilleur moment du salon ?

Là aussi, cela dépend un peu des envies. La soirée d'ouverture est le moment fun du week-end. Des Youtubeurs vont s'affronter sur scène, sur des jeux e-sport mais qu’on a détournés. En revanche, le moment fort du week-end, c'est dimanche, pour la finale du tournoi de League of Legends. Il y a 40 000 euros à se partager pour les équipes qui vont gagner la compétition. Elles ne viennent vraiment pas pour s’amuser mais pour gagner. Le spectacle va être au rendez-vous ! Puis, les commentateurs, les joueurs et le public seront là pour montrer ce qu’est vraiment le e-sport.

➜ À voir aussi : Lyon e-Sport 2018 : les Jeux Olympiques des gamers

 

Le portrait chinois :

Si j’étais un jeu vidéo : je serais… Metroid Prime, un de mes jeux préférés.

Si j’étais un héros de jeu vidéo : je serais… Link, dans Zelda, pour le côté aventure.

Si j’étais un méchant de jeu vidéo : je serais… Bowser, le dinosaure dans Mario qui n’est pas si méchant.

Si j’étais un Pokémon : je serais… Tortank, qui m'a le plus marqué.

Si j’étais un streamer : je serais… Mister MV, qui a un humour incroyable.

Si j’étais une marque de jeu vidéo : je serais… Nintendo, sans hésiter.

Si j’étais une console : je serais… la Nintendo 64, sur laquelle j’ai passé les meilleurs moments.

 

Le mot de la fin :

Pour moi, le jeu vidéo, c’est le média le plus incroyable qui existe. Que ce soit en termes d'images, de musique, d'interactivité, c'est vraiment quelque chose que tout le monde doit découvrir.

➜ Voir le dossier : Métiers du numérique