Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Sonia, coloriste : « Ce n'est pas un métier p...

Sonia, coloriste : « Ce n'est pas un métier pour faire de la décoration »

Avec plus de 20 ans d'expérience, Sonia a un parcours très riche dans les métiers de la couleur et du design. Pour digiSchool, elle nous raconte ses années de formation et son parcours !

Publié le 21 Avril 2017 à 10h39 | | 0 avis

Sonia, coloriste : « Ce n'est pas un métier pour faire de la décoration »

Le parcours scolaire de Sonia pour devenir designer coloriste : MANA Arts Appliqués

« Après un bac philo et littérature, j’ai intégré une année de mise à niveau en Arts appliqués à Grenoble. C’était un passage obligé pour intégrer une formation supérieure en arts appliqués après un bac général. Paradoxalement, le fait d’avoir fait des études en littérature m’aide en couleur, car quand on créé une gamme de couleur, il faut raconter une histoire, créer une symbolique, et cela passe pour moi aussi par un travail d’écriture.

« Grâce à ce sésame, j’ai pu intégrer un BTS Architecture d’intérieur. Ca m’a beaucoup plu, mais je me suis rendue compte que j’avais plus d’affinité avec l’objet. Comme j’avais très envie de continuer mes études, j’ai cherché un diplôme au delà.

« J’ai postulé à l’école Boule où on m’a orientée vers le DSAA d’esthétique industrielle & mobilier. Pendant deux ans, je m’y suis formée au métier de designer produit mobilier. On avait un cours d’art plastiques, mais aucun cours de couleur. Il y a très peu d’heures de cours de couleur dans les cursus d’arts appliqués de toute façon ! De mémoire, il y avait des cours de technologie des matériaux, des cours de maquette en atelier. On travaillait sur des projets avec des designers en activité. On avait aussi de la philo et de la socio, car on est censés réfléchir avant de dessiner. »

➜ À voir aussi : Le luxe ne connaît pas la crise : nouvelles compétences, nouveaux métiers

 

Les expériences professionnelles de designer coloriste de Sonia

« Après mes études, j’ai commencé à travailler en 1994 en free-lance, dans le design industriel et mobilier. J’ai ainsi dessiné des produits de la grande consommation (des barbecues, du mobilier d’hôpital, des tapis, des chaises de jardin, du mobilier de cuisine ou de salles de bain…) pendant presque 20 ans. J’ai ensuite fondé le collectif Appi* designers, une agence conseil en design de produits et mobiliers, qui proposent des tendances et couleurs, avec une associée. Progressivement, j’ai essayé de faire de la couleur une particularité, même si je n’ai pas suivi de formation spécifique vers ce métier. J’ai fondé Rainbow Studio en 2012, où je travaille comme coloriste. »

➜ À voir aussi : Quentin, responsable développement durable chez Chanel à Londres

 

Les missions au quotidien de Sonia en tant que coloriste

« Pour créer une gamme, je commencer par analyser la gamme actuelle de mon client. Je vérifie si elle est équilibrée ou non. J’analyse son marché, j’étudie la concurrence et je m’imprègne de leur histoire d’entreprise. Je cherche à voir ce qui a fonctionné ou non. J’essaie de raconter une histoire dans laquelle ils se reconnaîtront.

A partir de là, je propose une sorte de cahier d’idées, avec des images et plusieurs thématiques (par exemple les 4 saisons), puis je propose une gamme de couleur. Après, il y a encore un gros travail d’adéquation de la couleur entre l’écran et la réalité. On définit précisément en laboratoire le pourcentage de bleu, de jaune, de rouge. Je les reproduis sur ordinateur, et veille à leur respect lors de la phase de fabrication de l’échantillon. Coloriste, ce n’est pas un métier pour faire de la « décoration ». Ca va bien au delà du côté purement esthétique ! »

➜ Voir le dossier : Faire carrière dans le luxe