Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Philippe, sellier maroquinier : «A l?établi, ...

Philippe, sellier maroquinier : «A l?établi, on apprenait à coudre, à poser des bijoux...»

Témoignage - Diplômé de l’école Boudard, Philippe est aujourd’hui sellier maroquinier à son compte en Provence. Il vous présente son parcours et son métier au quotidien.

Publié le 27 Avril 2017 à 17h13 | | 0 avis

Philippe, sellier maroquinier : «A l?établi, on apprenait à coudre, à poser des bijoux...»

Le parcours scolaire de Philippe pour devenir sellier maroquinier

"J’ai grandi en Provence au milieu d'artisans. J’ai donc appris très tôt à confectionner des habits et restaurer des meubles. Après une première formation en menuiserie, je me suis rendu compte que ce n’était pas ma voie. Comme j’étais passionné par les chevaux, j’ai pris contact avec un ancien compagnon qui m’a appris les bases de la sellerie maroquinerie pendant un an.

J’ai ensuite eu l'occasion d'intégrer une école de sellerie maroquinerie. Je suis donc parti dans le Doubs avec ma femme pour suivre une formation de 8 mois à l'école Boudard, un CFA du Pays de Montbéliard. Là, j’ai appris les particularités de chaque peau et la façon de travailler avec différents outils. A l’établi, on apprenait à coudre, à poser des bijoux et à finir des tranches par ponçage. Je suis sorti major de ma promotion."

➜ Découvrir les métiers et formations de la vente - mode - textile

 

Les expériences professionnelles de sellier maroquinier de Philippe

"J’ai ensuite été recruté par « Hermès » où je suis resté quelques années, puis comme je souhaitais découvrir d'autres maisons, nous sommes partis pour Paris.

Là, j’ai travaillé chez « Heller » (sous-traitant de « Morabito ») où je me suis perfectionné dans le travail des cuirs précieux (alligator, autruche, lézard, ...). Puis j’ai travaillé chez « Louis Vuitton » dans l'atelier de commandes spéciales. Suite à cela j’ai rencontré le sellier G. Chanel lui m’a permis d'apprendre la fabrication de selles anglaises sur mesure.

Après plus de 10 années passées dans les plus grandes maisons de maroquinerie, nous avons décidé de revenir en Provence pour créer notre entreprise en octobre 2008. Mon épouse me seconde dans toutes les tâches administratives, commerciales et sur la création des modèles.

Comme nous avons de plus en plus de commandes internationales, nous avons déménagé assez rapidement pour une boutique plus spacieuse où nous avons créé une sorte de boutique – atelier où nous travaillons aujourd’hui.

 

Les missions au quotidien de Philippe

"Nous proposons une gamme de produits haut de gamme. On fait beaucoup de sur mesure et d'articles personnalisés. Nous fabriquons également des bagages, des ceintures, de la petite maroquinerie (porte-monnaie, portefeuille, ...), des bracelets/bijoux, des bracelets-montres, toujours cousu main !

Je commence par définir la forme que je souhaite donner à l’accessoire sur lequel je travaille. Je choisis le matériau et la couleur, puis réalise le modèle. Je coupe les morceaux de cuir, qui ont été préalablement préparés, et les assemble en choisissant le plus beau pour l’extérieur. J’affine ensuite le cuir. Je réduis les coutures jusqu’à obtenir des morceaux de cuir parfaits. Ensuite, je les glace pour leur donner de la brillance et je pose d’éventuels accessoires."

➜ Lire le témoignage de Polleni, styliste