Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

«Pour être chauffeur de car tourisme, il est ...

«Pour être chauffeur de car tourisme, il est indispensable de savoir communiquer», explique Americo

A 45 ans, Americo Veiros est Conducteur de car tourisme. Il nous raconte son parcours, de ses débuts dans la plasturgie à son embauche en CDI chez Keolis.

Publié le 08 Mai 2017 à 10h15 | | 0 avis

«Pour être chauffeur de car tourisme, il est indispensable de savoir communiquer», explique Americo

Le parcours scolaire et professionnel d’Americo avant de devenir conducteur de car tourisme

CAP ajusteur au lycée professionnel Pierre Emile Martin, à Bourges (1987) puis MC (mention complémentaire) outilleur au lycée professionnel Jean Mermoz, à Bourges (1988) Régleur sur presse à injection en entreprise de plasturgie (1988-1991).

Une fois ma MC en poche, j’ai travaillé quelques mois dans une entreprise d’outillage, avant de signer un CDI dans une PME de plasturgie de Bourges, Standart Gum, où j’ai occupé le poste de, tout en suivant des formations en plasturgie.

Service militaire (1991-1992).

"Une période d’un an cruciale pour mon évolution future, car c’est à l’Armée que j’ai passé tous mes permis, et notamment celui de chauffeur de car (permis D)."

Débuts dans le secteur du transport : 1993-1995.

"Quand je suis revenu, j’ai retravaillé un peu chez Standard Gum, puis j’ai commencé à temps partiel dans une entreprise de transports par car, Cariane Centre, à la faveur de mon permis et de l’atavisme familial peut-être aussi : mon père avait exercé ce métier une quinzaine d’années durant. J’y faisais du transport scolaire et de temps en temps la ligne d’usine."

"Puis j’ai déménagé en Saône-et-Loire. Je suis d’abord retourné à l’usine comme régleur sur presse à injection pendant 2 ans. Les derniers mois, je travaillais à temps partiel dans une entreprise familiale de transports, les Voyages Lombard. Au départ, je ne faisais que du scolaire, puis j’ai démissionné de la plasturgie et ai commencé le tourisme à temps complet, au sein de Cariane Val de Saône. Depuis, je n’arrête pas. Je suis resté dans la même entreprise, même si Cariane est depuis devenue Keolis Val de Saône, suite à son rachat par le groupe de transports."

➜ À voir aussi : Organisation de Voyages et Réception de Touristes

 

Les missions d’Ameirico en tant que conducteur de car tourisme

"Je suis polyvalent, j’aime bien toucher à tout (transport scolaire, lignes régulières…), mais je fais 80 à 90% de tourisme. J’ai commencé en doublon, formé par des anciens mais au bout de 2-3 mois, je partais déjà seul. A l’époque, il y avait beaucoup de doubles équipages, une pratique qui se perd maintenant. Je fais actuellement une majorité de de tourisme enfants. J’accompagne aussi des groupes du 3ème âge, mais la part de ce public a bien diminué ces dernières années, car les « jeunes » seniors préfèrent partir en individuel qu’en groupe. Avec eux, c’est plutôt à la journée."

"Pour les enfants, ce sont les agences qui demandent. On a un certain nombre de voyages à faire dans l’année, qui sont dispatchés dans chaque compagnie. Pour le 3ème âge par contre, c’est souvent notre commerciale qui fait le programme.

Des fois on part la journée, des fois la semaine. Mon coefficient 150 me donne le grade de « grand tourisme ». Depuis 20 ans que je fais ce métier, j’ai voyagé dans toute l’Europe : Norvège, Irlande, Ecosse, Allemagne, Autriche, Portugal, Espagne… Pendant les périodes d’attente je m’occupe dans le car, je fais un peu de ménage… Je travaille beaucoup les itinéraires, les endroits par où on peut passer ou pas, on ne part jamais à l’aventure. Je ne suis pas trop fan des GPS : je me repère aux plans, à l’ancienne."

"Avec un collègue, nous effectuons aussi des actions de sensibilisation à la conduite à l’intérieur des cars à l’attention de collégiens du département. Pas toujours simple de faire intégrer aux enfants les règles de sécurité de base (ne pas détacher leur ceinture, se lever, parler au conducteur, repérer les sorties de secours…) !"

➜ Si vous préférez : Animer et divertir

 

Quelles qualités sont nécessaires pour faire un bon chauffeur de tourisme ?

"Il faut être disponible et mobile. Dans un mois, je passe en moyenne une grosse semaine hors de chez moi : pas évident de conjuguer ce métier avec la vie de famille ! Même pour caler des périodes de vacances, ce n’est pas toujours facile, car on peut toujours être rappelé par le patron en cas de demande d’un client ou de collègue à remplacer. Il est indispensable de savoir communiquer : c’est un métier de contact. Rigueur et vigilance absolue s’imposent pour respecter à la lettre les règles de sécurité (code de la route, sobriété, plages réglementaires de repos…). Une bonne santé physique est également de mise : le dos est mis à rude épreuve avec la position assise, tout au long de l’année."

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis