Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview de Julie Beaulier, directrice d'IDDS ...

Interview de Julie Beaulier, directrice d'IDDS : « Il faut avoir confiance en soi et croire en son projet »

ELLES SONT JEUNES ET ENTREPRENNENT - A 23 ans, Julie Beaulier est directrice de l’entreprise IDDS, qu’elle a aussi co-fondée. Sa société accompagne les jeunes qui souhaitent obtenir un double-diplôme à l’étranger. Nous avons voulu en savoir plus sur son parcours, ses motivations et la façon dont elle est considérée en tant que jeune entrepreneure.

Publié le 09 Novembre 2016 à 11h00 | | 0 avis

Interview de Julie Beaulier, directrice d'IDDS : « Il faut avoir confiance en soi et croire en son projet »

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs le parcours qui vous a conduit à créer IDDS ?

J’ai fait une école de commerce en alternance, avec une spécialité en management. On nous a beaucoup poussés à l’entreprenariat pendant cette formation. Par la suite, je me suis spécialisée dans l’international. J’ai géré la coordination d'un service international pour une école de commerce parisienne. Une fois qu’on sait gérer un service pour une école, on peut le faire pour plusieurs ! Il existe peu de doubles diplômes internationaux, alors j’ai eu l’idée de créer une entreprise qui permettrait à tout étudiant d’y accéder, pour toutes les écoles et tous les secteurs.

 

Pourquoi avez-vous voulu fonder votre propre entreprise, plutôt que de proposer ce concept à des entreprises opérant dans ce domaine ?

Fonder cette entreprise en sortant des études était le meilleur moment pour moi. C’est plus simple de se consacrer pleinement au projet de création d’une entreprise au sortir des études, plutôt que de le faire parallèlement à son travail. Si votre projet rate, ce n’est pas grave : vous aurez essayé, et vous pourrez chercher du travail. J’ai eu la chance d’avoir le soutien de ma famille lorsque j’ai fondé ma société. Mon père m’a notamment aidée sur toute la partie concernant la stratégie commerciale, il travaille dans ce domaine depuis longtemps.

➜ À voir aussi : 5 étapes pour devenir un étudiant entrepreneur brillant

 

Vous êtes jeune, vous êtes une femme et directrice d’entreprise. Est-ce que vous avez eu peur du regard des autres en vous lançant ?

La solution, c’est d’avoir confiance en soi, de croire en son projet, et de se poser en professionnelle de son secteur. Il y a aussi une manière dont on doit en parler qui nous rend crédible aux yeux des interlocuteurs. J’appréhendais le fait d’être jeune plus que celui d’être une femme, de devoir travailler avec des professionnels plus âgés, qui sont dans ce domaine depuis longtemps. En fait, même les professionnels peuvent vous accompagner et vous donner des conseils. Des clients, par exemple, peuvent vous recommander un site web où vous renseigner, vous donner des bons plans… On est vraiment accompagné.

 

Quels sont vos projets concernant le développement d’IDDS ?

Continuer à développer le nombre d’étudiants envoyés à l’étranger et développer les accords internationaux. J’aimerais aussi délocaliser IDDS en Europe, en ouvrant plusieurs agences dans d’autres pays, puisque c’est un concept qui peut être facilement reproduit.

 

Si vous aviez un message à adresser aux jeunes filles qui veulent se lancer dans l’entreprenariat, quel serait-il ?

Il ne faut pas hésiter, et croire en son projet. Il faut bien se préparer, étudier le marché et s’investir. Créer son entreprise demande beaucoup de temps. Et il ne faut pas hésiter à demander conseil, surtout si on est toute seule !

➜ À voir aussi : Test : Avez-vous la fibre entrepreneuriale ?