Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Compagnon un jour, Compagnon toujours : reporta...

Compagnon un jour, Compagnon toujours : reportage à la Maison de Lyon Nérard

Quand on entre dans le hall de la Maison de Lyon Nérard des Compagnons du Devoir, on pourrait presque se croire dans le manoir du professeur Charles Xavier. Pourtant, ce ne sont pas des X-men qui sont formés dans cette école mais bien des maçons, des charpentiers, des selliers, des couvreurs, des maroquiniers, des plâtriers, des carrossiers et des chaudronniers. Leurs valeurs seraient-elles leurs superpouvoirs à eux ?

Publié le 24 Avril 2018 à 09h23 | | 0 avis

Compagnon un jour, Compagnon toujours : reportage à la Maison de Lyon Nérard

C’est la première Maison de Compagnons qui accueille des jeunes pour les former. Depuis 1941, l’établissement accueille près de 400 jeunes par an, mais jamais les mêmes. Lors du Tour de France, certains s’en vont, d’autres arrivent.

Dans le hall, les voûtes et les murs de pierre, agrémentés de légères touches de modernité, nous plongent dans une ambiance d’une autre époque. Derrière des vitrines, des travaux de réception de grande qualité, faits par de jeunes Compagnons, sont présentés. Parmi eux, au-dessus de nos têtes, une sorte de wingsuit, une combinaison ailée, attend de faire son œuvre.

Dans la cour, des jeunes profitent de leur pause pour discuter en petits groupes. Des travaux de réception ornementent la cour, comme cette fontaine, réalisée par un Compagnon plombier, qui trône en son centre. Et dans une pièce qui mène aux escaliers, un moulin, une hélice, deux fauteuils ou encore un escalier miniature sont exposés.

Travaux de réception

 

Une communauté soudée autour du partage et de l’entraide

Les Compagnons du Devoir, ce n’est pas seulement une école, c’est une véritable communauté. La fraternité est flagrante, dès lors que l’on évoque les cérémonies avant et après le Tour de France. La cérémonie du travail d’adoption intègre le jeune à la communauté, et pour cela, il faut le mériter, en réalisant un travail d’adoption. En revanche, la cérémonie de réception offre la reconnaissance dans un métier. Le jeune devient alors Compagnon, et ce, à vie. Deux cérémonies qui rappellent un engagement, une promesse envers ses pairs.

« La première valeur, c’est la transmission », nous explique Marius Couavoux, le prévôt. Tout Compagnon, après sa formation, se doit de transmettre ce qu’il a appris aux plus jeunes. Les Compagnons du Devoir lui ont permis d’apprendre son métier, de se perfectionner, de voyager, c’est donc à son tour de partager et de former, bénévolement. « Il y a une relation grand frère – petit frère », précise-t-il. Ainsi, ces Compagnons bénévoles viennent accompagner, guider, aider et partager leur expérience.

Jeunes Compagnons

Line et Pauline, deux jeunes filles en deuxième année d’apprentissage de sellier-garnisseur, semblent s’y sentir à leur place, notamment parce qu’elles appartiennent à une communauté. Elles sont entourées et soutenues : « J’apprends des autres métiers, cela me donne des idées », explique Line. Pauline renchérit : « Pour mon travail d’adoption, j’avais demandé à un chaudronnier de me faire toute ma structure, et ensuite, je l’avais agrémentée comme je voulais ».  En effet, « les métiers se côtoient et c’est une richesse », d’après le prévôt. Entre eux, les Compagnons partagent leurs savoir-faire et s’entraident. Une solidarité typique de cette école si atypique.

➜ À voir aussi : L'apprentissage par le voyage des Compagnons du Devoir

 

Plus qu’une formation : une éducation

Le respect est l’un des maîtres-mots des Compagnons du Devoir. Tout d’abord, les jeunes apprentis ont un emploi du temps précis à respecter. Ils sont internes pour la plupart, et doivent donc apprendre à vivre en communauté.

Dans la salle à manger, entre 19h et 19h30, les jeunes entrent pour se ravitailler, après leur journée en entreprise et avant leurs cours du soir qui ont lieu entre 20h et 22h. Ils doivent porter une tenue correcte, soit une chemise ou un polo. Mais surtout, ils doivent toujours rester polis : en cas de gros mots, de téléphone qui sonne ou d’écouteurs sur les oreilles, c’est 20 centimes dans la tirelire !

Prévôt de la Maison Lyon Nérard

« C’est tout simplement une forme de respect », précise le prévôt, qui lui aussi se doit de mettre dans la tirelire dès qu’il dépasse les limites. Il leur apprend également la ponctualité, en entreprise comme en cours.

Les jeunes partagent même leurs chambres. Comme l’explique Marius Couavous, chacun est à l’écoute des autres. Par ailleurs, la cohésion de groupe et l’esprit d’équipe sont essentiels dans leur formation. C’est pourquoi ils cohabitent et font des activités tous ensemble.

Les Compagnons ne sont pas seulement formés à un métier, mais sont aussi formés en tant qu’individus. Certains rejoignent la Maison de Lyon Nérard dès leurs 15 ans, leur éducation n’est donc pas tout à fait finie. C’est alors aux Compagnons « grands frères » de les encadrer.

➜ Voir le dossier : Les Compagnons du Devoir

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis