Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview : Philippe, analyste financier

Interview : Philippe, analyste financier

A 57 ans, Philippe Reignard est analyste financier. Titulaire d’un DESS (ex-Master pro) de gestion bancaire, il nous raconte son parcours, de ses études à son poste actuel.

Publié le 26 Juillet 2017 à 17h05 | | 0 avis

Interview : Philippe, analyste financier

Le parcours universitaire de Philippe avant de devenir analyste financier

Bac littéraire au collège Stanislas, à Paris (1976) puis Maîtrise en droit public à l’université Paris 11 Sceaux (1980) suivi d'un DESS de Gestion bancaire et prospective des institutions financières à statut particulier, à l’université Paris 5 Malakoff (1981)

"Ce diplôme de 3ème cycle était assez généraliste. Son objectif ? Etudier le mode de fonctionnement et les spécificités des banques et établissements financiers à statut public ou parapublic (Crédit Foncier, Caisse des Dépôts, Comptoir des Entrepreneurs, BFCE…). Un cursus bouclé par un stage de quelques mois dans une banque parisienne, qui m’a ouvert de manière très concrète et variée aux réalités bancaires dans un organisme commercial (contact clients, dossiers de crédits, opérations diverses, réclamations…)."

➜ À Lire : L'interview de Mehdi, Trader

1982 à 2009 : évolution hiérarchique au sein de différentes agences bancaires

"Juste après mon service national, en juillet 1982, je suis entré au Crédit du Nord, à Paris. J’y ai exercé différents métiers au contact avec une clientèle avant tout composée d’entreprises. J’ai été conseiller clientèle entreprise, puis chargé d’affaires, puis sous-directeur, avec une orientation de plus en plus commerciale."

"En 1989, j’ai intégré un autre réseau bancaire comme sous-directeur de succursale. Avec, à la clé, la gestion d’un portefeuille de clients professionnels, ainsi que le management d’une équipe d’une quinzaine de personnes. Après 18 mois seulement, j’ai pris la direction d’une autre agence d’une vingtaine de personnes, à Sceaux (Hauts-de Seine). Enfin, de 1995 à 2000, j’ai repris une direction d’agence, pour la même banque, sur un autre type de clientèle (petites entreprises très diversifiées) à Paris, puis à Melun (Seine-et-Marne). A partir de 2000 jusqu’en 2009, autre étape de mon évolution : j’ai rejoint le siège de la banque où ma mission consistait à animer une équipe de banquiers seniors spécialisés dans la gestion de la relation commerciale ― incluant le crédit ― de filiales européennes de groupes multinationaux."

"Au fur et à mesure de ma prise d’expérience et de responsabilités, j’ai porté un intérêt croissant aux métiers d’analyse de crédits. Je développais les affaires, j’analysais les opérations financières et leur risque, puis je faisais appel à un service qui montait le dossier de manière administrative."

"Le terme d’ « analyste financier » recouvre deux réalités : la première concerne les professionnels de la banque qui évaluent le prix d’une société (métier de la bourse de valeurs mobilières). La seconde, majoritaire et dont je fais partie, désigne des analystes de crédit, qui engagent leur établissement sur sa capacité à accompagner un emprunteur en mettant à disposition un prêt et/ou un crédit. Un secteur passionnant, car le crédit est la première source de rentabilité pour la banque, à condition, bien sûr, de ne pas perdre la mise de départ. Je me suis avant tout formé au métier de manière empirique : plus vous faites de crédits, meilleur vous êtes."

➜ Voir aussi : Finance - Les métiers qui recrutent

 

2009-2015 : Responsable d’une équipe d’analystes financiers

"Ce nouveau poste se situait au siège, au sein d’une direction du crédit aux entreprises. Principale différence avec mes précédentes fonctions : l’absence de contact avec la clientèle, d’une part, de dimension commerciale d’autre part. C’est un poste avant tout de réflexion et d’étude, avec une vision plus globale, plus macro-économique du marché qu’en agence, où le champ d’intervention est plus segmenté. Certains dossiers nécessitent d’investiguer précisément sur le secteur d’activité économique de l’entreprise cliente. "

"Depuis la fin 2015, j’ai rejoint le CFPB (Centre de formation de la profession bancaire) pour y apporter mon expertise, notamment sur l’analyse financière."

 

Les qualités nécessaires pour réussir dans le métier d’analyste financier ?

"Il faut bien sûr savoir manier les chiffres dans les grandes lignes, mais nul besoin de connaissances mathématiques très poussées. Ce qui est important, c’est de très bien connaître le marché. Il faut aussi faire preuve de bon sens, de pragmatisme, de rationalité, d’intuition et d’un brin de diplomatie (notamment face à des emprunteurs un peu trop confiants dans leur dossier !). Autres impératifs : de la curiosité, un bon sens de l’écoute, une solide faculté d’adaptation face à des clients tous différents, et une grande rigueur."

➜ Voir le dossier : Premier emploi : aides et conseils

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis