Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview : Mehdi, trader sur le marché des de...

Interview : Mehdi, trader sur le marché des devises

Mehdi est Trader sur le marché des devises, il nous parle de son parcours dans cette interview. Sa formation, son parcours professionnel, ses missions quotidiennes... Il nous dit tout !

Publié le 26 Juillet 2017 à 16h00 | | 0 avis

Interview : Mehdi, trader sur le marché des devises

Qu’est-ce qui vous a orienté vers le trading ?

J’ai toujours été très intéressé par les chiffres. Je discutais d’ailleurs souvent économie avec ma tante qui travaillait dans la gestion de fortune. Donc naturellement, je me suis tourné vers eux au moment de choisir mes études.

 

Quelle formation avez-vous suivi ?

Après un bac S, je me suis d’abord inscrit à la Sorbonne en première année de mathématiques appliquées. Mais j’ai vite bifurqué vers la finance. Je suis entré à l’ESG Finance. J’y ai suivi le cursus de Bachelor Finance avec une spécialisation dans la finance de marché. J’ai ensuite intégré Skema Business School pour mon master durant lequel j’ai effectué une année à l’université de Caroline du Nord aux Etats-Unis.

➜ À Lire : Finance - Les métiers qui recrutent

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

J’ai fait pas mal de stages pour commencer ! En 2007, j’ai fait un premier stage de deux mois durant l’été dans une société de gestion. Par la suite, j’ai fait un autre stage à la Société générale et à Natixis puis, de nouveau, à la Société générale en tant qu’assistant trader. Après cela, je suis parti à New-York pour Natixis afin de rejoindre l’équipe Forex trading, pendant presque deux ans. A présent, je suis en Italie, à Milan, où je travaille pour la Banca IMI. Je travaille sur les produits dérivés sur devise.

 

En quoi consiste votre activité ?

Imaginons qu’une grande compagnie française obtienne un contrat qui est payé en dollars. Elle doit alors vendre ces dollars sur le marché des devises pour les convertir en euros. Mon travail consiste à trouver pour elle la tractation la plus intéressante. Mais ce n’est qu’une partie de mon travail. J’ai aussi la charge de produits dérivés comme l’option sur un contrat en cours de conclusion, qui leur assure un taux au moment du paiement.

➜ En savoir plus sur : le métier de Trader

 

Que pensez-vous du métier de trader aujourd’hui ?

J’avoue que c’est un super métier, très stimulant. Mais, au risque de démoraliser, il est beaucoup moins flamboyant qu’autrefois. Les offres de postes ont diminué pour plusieurs raisons : les régulations qui sont intervenus après les divers scandales financiers ne permettent plus autant de prise de risque qu’avant. Les nouvelles technologies ont aussi remplacé l’humain sur bien des points. C’est le cas notamment dans le domaine des taux d’intérêts où il y a eu de nombreux licenciements. Le vide n’a pas été comblé par les ressources humaines mais par des machines. Le secteur du Fixed income (obligations…) est aussi en danger. En revanche, celui de l’equity (actions de société) est en développement. Il y a donc plus de postes.

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer dans le métier ?

Être persévérant. Il faut aussi avoir une bonne attitude. Ce n’est pas évident car on peut être vite démotivé, d’autant plus que ce ne sont pas forcément les plus qualifiés qui réussissent. Il est aussi primordial de rester dans le métier. Pour autant, il ne faut pas accumuler les stages. C’est souvent une solution de facilité pour les entreprises, qui en abusent, surtout en France. Vu l’évolution du secteur, je conseillerais aussi de ne pas hésiter à cultiver un profil hybride, à la fois financier et technologique. Ces profils là risquent d’être très recherchés.

➜ Voir le dossier : Premier emploi : aides et conseils

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis