Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Anthony, narrative designer témoigne "On étai...

Anthony, narrative designer témoigne "On était formé à être un peu des couteaux suisses"

Diplômé du CEAA (Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle), Anthony est à 29 ans narrative designer pour Asobo studio à Bordeaux depuis 6 ans.

Publié le 08 Avril 2017 à 10h00 | | 0 avis

Anthony, narrative designer témoigne

Le parcours scolaire d'Anthony pour devenir narrative designer

L'école des métiers du cinéma et de la télévision

"Après mon bac littéraire, je suis entré à l’EICAR (Ecole des métiers du cinéma et de la télévision) dans la filière « réalisation cinéma et télévision ». En 3 ans, j’ai appris tout ce qui est technique, en rapport à l’image, au son et à la mise en scène. On changeait de postes de tournage toutes les semaines. Cela permettait de voir comment fonctionnait une équipe de tournage au cinéma au quotidien."

"J’ai fait un stage de 8 semaines aux « Guignols de l’infos », comme assistant mise en scène. Je supervisais la production avant les tournages et je donnais un coup de main lors des tournages… J’ai trouvé ce monde un peu étouffant. Je me suis donc réorienté vers l’écriture."

Le conservatoire européen d'écriture audiovisuelle

"Je suis entrée au CEEA (conservatoire européen d’écriture audiovisuelle) sur concours un très sélectif (300 candidats pour 10-12 places). La formation dure 2 ans. Elle est sanctionnée par un diplôme de niveau bac+5."

"Des scénaristes en activité nous y apprenaient à développer un scénario au cinéma et dans les différents formats de séries télé (du 2 au 52 mn). On écrivait des épisodes de séries déjà existantes… On développait de nouveaux projets, des synopsis. On était formés à être un peu des couteaux suisses prêts à affronter tous les cas de figures d’écriture scénaristique."

"J’ai appris la façon dont fonctionnait une histoire, les outils et les techniques. On avait un projet qu’on devait rendre à la fin l’année que l’on pouvait faire seul ou à plusieurs."

➜ Voir aussi : Les métiers de l'information et du contenu

 

Les experiences professionnelles de narrative designer d’Anthony

"J’ai trouvé mon premier emploi dans le domaine des jeux vidéos chez Ubisoft en octobre 2009. C’était un rêve d’enfant que je ne pensais pas pouvoir réaliser, et puis finalement, de fils en aiguilles, j’y suis arrivé."

"Mon expérience en tant que joueur m’a aussi beaucoup aidée. J’ai travaillé pendant 4 ans chez eux sur un jeu qui s’appelle O.zen qui sortira à l’automne 2015. C’est un jeu-application de bien être qui donnent des moyens aux gens de combattre le stress avec des programmes, des exercices et des jeux qui vont avoir une influence sur la respiration. Je l’ai terminé l’année dernière."

"Je travaille pour Asobo studio à Bordeaux depuis presque un an sur des projets qui sont encore confidentiels."

Les missions au quotidien d’Anthony

"Mon métier consiste à écrire dans un tableau Excel. Dans les jeux vidéos, où interviennent les narratives designers, on a besoin d’un scénario, avec des dialogues qui peuvent être à part, des histoires, des textes, des interfaces, des menus… Enfin un tas d’endroits où du texte et de la narration peuvent apparaître."

"Mon travail consiste à écrire tous ces textes et à vérifier la cohérence entre eux, puis à assurer le suivi de la pré-production jusqu’à la fin."

➜ Voir aussi : Les métiers et formations dans les jeux vidéos

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'On était formé à être un peu des couteaux suisses"") AS score , ' at line 1