Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Alternance : les changements de 2019 analysés ...

Alternance : les changements de 2019 analysés par un directeur d'école

Le gouvernement a annoncé l’an dernier la mise en place d’une réforme de l’apprentissage. En ce début 2019, la rédaction a voulu connaître l’avis d’une personne directement concernée par les principales mesures qui entrent en vigueur. Retour sur six changements phares avec Erwan Poiraud, directeur de l’école PPA Business School.

Publié le 05 Mars 2019 à 14h32 | | 0 avis

Alternance : les changements de 2019 analysés par un directeur d'école

La limite d’âge s’étend désormais jusqu’à 30 ans pour le contrat en apprentissage alors qu’elle était fixée à 26 ans jusqu’à présent.

« Nous avions en effet des demandes d’étudiants plus âgés allant dans ce sens. C’est une mesure décisive, car le contrat d’apprentissage est plus simple et plus facile à installer : elle le rend plus accessible. C’est aussi une décision intéressante pour les étudiants qui sont en reprise d’études.

Chez PPA, pour les alternants en formation initiale, il n’y a pas de limite d’âge. Nous proposons parfois des MBA aux étudiants les plus âgés, car ils permettent de se spécialiser à bac+3, 4 ou 5. Nous en parlons par exemple aux étudiants qui viennent d’une formation scientifique et qui veulent faire une réorientation. »

 

Le gouvernement a aussi annoncé 30 € de rémunération supplémentaire pour les alternants. Pensez-vous que ce soit une augmentation réellement significative ?

« Non, ça ne change pas la donne, surtout pour les étudiants qui habitent à Paris. Mais c’est une somme qui est toujours bonne à prendre : certains jeunes sont à 15 ou 20 € près pour leurs fins de mois. Concernant ceux qui sont en contrat d’apprentissage, ils peuvent recevoir des aides de leur CFA. Le CERFAL (réseau de l’apprentissage en Ile-de-France dont fait partie PPA) donne par exemple 1000 € d’aides pour des étudiants en difficulté financière. »

➜ À voir aussi : Trouver son entreprise en alternance, 7 conseils !

 

Le temps de travail des alternants pourra aller jusqu’à 40h hebdomadaires, et leur contrat commencer à n’importe quel moment de l’année.

« C’est une mesure qui traduit les deux grands axes de la réforme : flexibilité et sécurité. C’est un faux débat. Les contrats en alternance sont déjà bien protégés pour les jeunes.

Cependant, certaines entreprises prennent des jeunes en alternance pour de mauvaises raisons, en embauchant un apprenti pour se substituer à un salarié. Mais un apprenti est justement là pour apprendre ! Le résultat, c’est que les entreprises sont déçues car le travail qu’ils attendaient n’a pas été fait. »

 

Les jeunes seraient informés sur l’alternance dès la 4ème, afin d’être plus tôt au courant des possibilités d’orientation.

« Je suis partagé sur cette idée. Il y a un risque d’enfermer trop tôt les jeunes dans une voie de relégation. Si on propose l’apprentissage plus tôt aux jeunes, il ne faut pas leur fermer la possibilité d’une reprise d’études plus tard. Donc oui pour cette mesure, sur le principe, mais à condition de ne pas enfermer les jeunes.

Ce qui serait bien, c’est d’avoir des professeurs qui soient davantage professionnalisés sur l’orientation pour mieux conseiller les élèves. Les professeurs de collège et lycée connaissent assez mal l’enseignement supérieur et la vie en entreprise. La formation professionnelle doit faire partie du métier des enseignants ! »

 

Le gouvernement souhaite mettre en place des prépa-apprentissage dans les CFA.

« C’est une très bonne idée. Je dis souvent qu’on ne naît pas apprenti, on le devient. L’alternance suppose une agilité intellectuelle : jongler entre les cours et les journées en entreprise. La prépa peut préparer à cela, et c’est vertueux. Les élèves pourront apprendre à s’organiser. »

➜ Voir la rubrique : Le guide de l'alternance, un tremplin vers l'emploi

 

Plus d’apprentis pourront partir à l’étranger grâce au programme Erasmus+.

« Chez PPA, nous avons des partenariats avec des pays étrangers, mais nous n’avons pas de dispositif qui les relie tous. On pourrait proposer des alternants aux entreprises étrangères plutôt qu’aux écoles. A PPA, nous organisons des « Business Trips », c'est-à-dire deux fois une semaine où nos étudiants vont visiter des entreprises étrangères et suivre des cours dans des écoles partenaires. Il faut varier les dispositifs. »