Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Jeanne, viticultrice : «Je cultive la vigne to...

Jeanne, viticultrice : «Je cultive la vigne toute l?année dans mon propre domaine»

Témoignage - Viticultrice de père en fille, Jeanne grandi dans le milieu du vin. Elle vous présente son parcours, son quotidien et son ressenti sur ce secteur.

Publié le 15 Mai 2017 à 11h16 | | 0 avis

Jeanne, viticultrice : «Je cultive la vigne toute l?année dans mon propre domaine»

Le fait d'être issue d'une famille de viticulteurs vous a-t-elle orientée vers ce métier ?

"Je pense que j'ai un peu grandi avec l’entreprise. J’aimais bien aller aider mon père en cave pour les vendanges, dans les vignes l’été ou sur des salons. Mes parents ne m’ont jamais forcé à faire ce métier mais ils ont su me faire passer leur passion."

 

Avez-vous choisi tout de suite de vous lancer dans la viticulture ou avez fait autre chose avant ?

"En fait, je me suis vraiment décidée au moment du bac quand on m’a demandé ce que je voulais faire après. Auparavant, j’avais envie de faire plein de choses différentes qui n’avaient pas forcément un rapport avec le vin. J’aimais travailler l’été dans les vignes ou aider mes parents, à l’occasion, mais je ne me voyais pas en faire mon métier. Quand il a fallu choisir mes études après le bac, comme je ne savais bien quoi faire, je me suis dit : pourquoi pas aller voir les lycées viticoles ? Ce qu’on a fait. Et là, ce fut le déclic. J’ai été prise à Beaune, d’abord en BTS Commerce des boissons vins et spiritueux puis en BTS Viticulture œnologie. J’ai d’ailleurs commencé à prendre plaisir à l’école à partir de ce moment là."

➜ A découvrir : Les métiers et formations de la Culture agricole

 

Bien que vous évoluiez déjà dans le milieu, cette formation était-elle importante ?

"Oui, je pense que c’est important même si l’on est issu du milieu. Les techniques changent, le métier de viticulteur évolue. Et puis les études constituent, à mon avis, une étape importante de notre vie. Elles nous donnent une plus grande ouverture d’esprit et, pour ma part, ça ma permis d’aller voir une autre région viticole et de connaître autre chose."

 

Parlez-nous de votre parcours professionnel ?

"J’ai fini mon apprentissage en Bourgogne, dans un domaine des Maranges, puis en Pulligny-Montrachet en août 2007. Ensuite j’ai un peu travaillé sur les vignes de mon père, avant de créer mon domaine en avril 2008."

 

En quoi consiste l'activité d'une viticultrice au quotidien ?

"Aider la plante à produire les plus beaux raisins, traduire le terroir dans l’élaboration des vins. Je cultive la vigne toute l’année.

  • L’hiver, il y a la taille, le remplacement des ceps morts, la réparation du palissage et la préparation des plantations si besoin.
  • Au printemps, vient l’ébourgeonnage et l’été, on relève la vigne.
  • A partir du mois de septembre, en général, il y a les vendanges. J’ai un employé et je sous-traite mes travaux de mécanisation (tracteur, machine à vendanger…).

Sur le domaine, j’ai plusieurs cépages. Je fais beaucoup de vins de pays. Je m’occupe de leur vinification et de l’élevage. Je vends ensuite les vins en vrac à mon père qui les met en bouteille. Nous travaillons ensemble sur la commercialisation. J’ai fait ce choix car j’avais envie de faire mes vins mais je souhaitais ne pas trop m’éloigner du domaine familial. Mes vins sont un complément de la gamme de vins de mon père et ne sont pas en concurrence."

 

Que pensez-vous du secteur viticole aujourd'hui ?

"On est loin du secteur agricole d’avant, le milieu de la vigne est un monde professionnel avec concurrence et entraide.

 

Pensez-vous qu'il soit difficile pour un jeune, néophyte, de se lancer dans ce métier ?

"La partie la plus difficile est d’obtenir un patrimoine de terre, mais il y a des solutions et c’est vraiment une superbe expérience à vivre. Si un jeune veut se lancer, je lui conseille d’oser et de se faire plaisir."

➜ A lire : Les métiers et formations du commerce et du conseil agricole

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis