aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Seulement 18% des employeurs estiment que les d...

Seulement 18% des employeurs estiment que les diplômés d'universités sont bien formés

Careerbuilder, spécialiste du recrutement, a mené une enquête auprès de 400 employeurs sur la qualité des formations universitaires. Il s’avère qu’ils ne sont que 18% à estimer que les étudiants sont correctement préparés par les universités.

29 Avril 2015 à 09h00 | | 1 avis

Seulement 18% des employeurs estiment que les diplômés d'universités sont bien formés

Alors que 95 % des entreprises françaises déclarent être prêts à embaucher des jeunes diplômés sortis de l’université cette année, seul un employeur sur cinq (18 %) pense que ces établissements d’enseignement supérieur forment suffisamment bien les étudiants pour occuper des postes au sein de leur entreprise. Pour plus de la moitié (58 %), l’université préparent les étudiants à "certains rôles, mais pas tous", et 24 % pensent qu’elle ne les prépare pas du tout.

Les qualités relationnelles font défaut aux diplômés d’universités

Interrogés sur les compétences qui manquent selon eux aux jeunes diplômés, près de la moitié des employeurs (49 %) cite les qualités relationnelles. Parmi les autres compétences qui manquent aux étudiants fraîchement sortis de la fac se trouvent :

  • Le travail d’équipe : 43 %
  • La capacité à résoudre des problèmes : 38 %
  • La communication écrite : 37 %
  • La communication orale : 35 %
  • La créativité : 31 %
  • La gestion de projet : 23 %
  • La recherche et l’analyse : 23 %
  • Le leadership : 21 %
  • La technique et les ordinateurs : 15 %
  • Les maths : 10 %

« Si presque toutes les entreprises françaises ont l’intention d’embaucher des jeunes diplômés, une large majorité ne pense pas que les étudiants soient assez préparés à la vie active, note Tony Roy, Président CareerBuilder EMEA. Ces résultats mettent en avant la nécessité pour les entreprises de travailler plus étroitement avec les établissements universitaires afin de s’assurer que les étudiants acquièrent les compétences dont les entreprises en croissance ont besoin. »

Les jeunes diplômés pas assez formés à affronter la réalité du travail

Interrogés sur les aspects spécifiques sur lesquels les établissements universitaires échouent à préparer leurs étudiants, les employeurs citent les raisons suivantes :

  • Mettent trop l’accent sur la théorie plutôt que sur la connaissance du monde réel – 57 %
  • Ne se concentrent pas assez sur les stages, l’expérience pratique et l’apprentissage –  42 %
  • Il me faut des collaborateurs possédant à la fois des compétences techniques et des qualités personnelles – 41 %
  • Aujourd’hui, les postes d’entrée dans mon entreprise sont plus complexes – 19 %
  • La technologie évolue trop rapidement pour que les universités puissent suivre le rythme – 16 %
  • Il n’y a pas assez d’étudiants dans les diplômes dont mon entreprise a besoin – 14 %

Quels diplômes offrent les meilleurs débouchés ?

En France, les entreprises pensent que les meilleurs diplômes à décrocher pour les étudiants sont les diplômes en commerce et business, 23 % des employeurs les citant comme les diplômes les plus demandés dans leur groupe. Ils sont suivis des technologies de la communication (20 %) et des sciences de l’information et l’informatique (15 %). Les diplômes d’ingénieurs sont aussi très plébiscités (12 %), l’enseignement/formation (11 %) et les diplômes en sciences sociales (10 %) arrivant en fin de classement.

Les entreprises recherchent principalement des jeunes diplômés pour occuper des postes dans les technologies de l’information (31 %) et le service client (26 %). Les opportunités sont aussi nombreuses dans le développement des affaires (25 %) et la finance et comptabilité (24 %). Les ressources humaines (22 %) complètent ce top 5.

Quelles rémunérations sont envisageables pour les jeunes diplômés ?

Près d’un quart des entreprises (24 %) ayant l’intention d’embaucher de jeunes diplômés proposera des salaires à l’embauche plus élevés que l’an dernier. Une majorité des employeurs (55 %), pense que les salaires vont stagner, et 21 % s’attendent à proposer des salaires à l’embauche moins élevés.

Toutefois, les salaires ne sont pas complètement figés : la plupart des employeurs (70 %) disent être prêts à négocier la rémunération lorsqu’ils ouvrent un poste aux jeunes diplômés.

Une large majorité des entreprises (89 %) ayant l’intention de recruter de jeunes diplômés accepte de négocier ou de leur proposer divers avantages. Derrière le salaire, les principaux avantages que les employeurs se disent prêts à négocier sont :

  • Les bonus : 45 %
  • La prise en charge des frais de transport : 43 %
  • Le téléphone portable : 40 %
  • Des horaires flexibles : 30 %
  • Le remboursement des frais de déménagement : 25 %
  • Le télétravail : 24 %
  • La prise en charge de formation supplémentaire : 23 %
  • Davantage de vacances : 9 %
Les avis sur cet article
anti cons

20 / 20

Voilà encore un sondage fait auprès de personnes qui ont connu l'Universite il y a 20 ans et continuent de croire qu'elle n'a pas changée ... Et si on faisait un sondage sur les compétences des dirigeants auprès des stagiaires et étudiants ?
Par

anti cons

- le 29 Avril 16h56
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis