Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

"Il manque énormément de jeunes dans les mét...

"Il manque énormément de jeunes dans les métiers de la finance"

Nous avons reçu Inès, étudiante en master 2 CCA (comptabilité, contrôle, audit) à l'IAE de Lyon. En octobre prochain, elle commencera son premier emploi en CDI dans un grand cabinet d'expertise et d'audit. 

Publié le 23 Juillet 2014 à 10h16 | | 0 avis


Le master CCA, un master professionnalisant

Inès vient de terminer son cursus universitaire en rendant il y a quelques jours son mémoire de master 2 sur l'audit de fonds d'investissements. En 2009, Inès, titulaire d'un Bac ES, s'est dirigée vers une licence AES (administration des entreprises et sociétés) avec une spécialisation donnant directement accès au master CCA (comptabilité, contrôle, audit).

Pour beaucoup de jeunes lycéens et étudiants, ce qui différencie l'université des grandes écoles est l'aspect professionnalisant. Dans les grandes écoles, il est plus facile de s'insérer professionnellement. Pour Inès cette affirmation est erronée : " Je pense que c'est une idée reçue qui date peut-être d'un certain nombre d'année. L'université a beaucoup changé et notamment les IAE, qui ont une réelle dimension professionnelle via les nombreux partenariats et les soirées carrières."

L'image de comptable avec sa vieille mallette débarquant chez les clients avec nos papiers et nos stylos est désuète. Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui.

Il est vrai que les instituts d'administration des entreprises offrent à leurs étudiants de nombreuses opportunités de prise de contact avec le monde professionnel. Plusieurs soirées de recrutement sont organisées uniquement pour les diplômés et les étudiants des 32 différents IAE avec des partenaires comme Deloitte, CEGID ou encore Mazars.

Retrouvez en images l'interview d'Inès Mulero, au micro d'Etienne Lazzarotto.


 

Le monde de la finance, pas si terrible que ça

"Il est vrai que les métiers de la finance sont assez exigeants. On demande des compétences, une certaine capacité d'adaptation et une capacité de travail assez conséquente". Inès ne le cache pas, on n'exerce pas un métier dans la finance sans avoir à fournir de gros efforts et sans faire preuve d'une rigueur sans faille.

Tout dépend des cabinets mais quand on est assistant-débutant, on tourne à une moyenne de 30k euros par an et on évolue très vite. Les salaires grimpent très rapidement.

Malgré tout, l'image véhiculée par les médias d'un monde de la finance où l'individualisme, l'isolement et le stress sont les piliers, ne correspond pas à l'expérience qu'Inès a pu se faire au travers de ces différents stages : "Ces métiers sont très passionnants. L'image de comptable avec sa vieille mallette débarquant chez les clients avec nos papiers et nos stylos est désuète. Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui."


Un secteur qui recrute et des salaires attrayants !

Tous les acteurs que nous avons interrogés sont formels : les métiers de la finance payent bien ! Inès n'a pas dérogé à la règle : "Tout dépend des cabinets mais quand on est assistant-débutant, on tourne à une moyenne de 30k euros par an et on évolue très vite. Les salaires grimpent très rapidement". Selon une enquête réalisée par l'IAE de Lyon, les diplômés du master CCA en 2013 touchent aujourd'hui entre 30 et 50k euros par an !

Si ces salaires vous font rêver, sachez que le secteur des métiers de la finance est à la recherche de jeunes talents. "Il manque énormément de jeunes dans les métiers de la comptabilité et de l'audit. Il y a des emplois qui ne trouvent pas preneurs faute de jeunes diplômés. Je conseille donc aux jeunes de se lancer dans ce secteur, ça peut paraître dur au début mais le résultat en vaut la peine". Embauchée en CDI à 30k euros par an à la sortie de son master 2, Inès aurait tort de ne pas conseiller cette voie !

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'Il manque énormément de jeunes dans les métiers de la finance"") AS score , ' at line 1