Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Quand niveau d'études ne rime pas avec emploi

Quand niveau d'études ne rime pas avec emploi

Qapa.fr, 1ère plateforme digitale de travail en France, publie une étude comparative entre les emplois et les niveaux d'études. Des chiffres surprenants qui en disent longs sur les risques actuels du chomage en France.

Publié le 13 Janvier 2016 à 16h00 | | 0 avis

Quand niveau d'études ne rime pas avec emploi

Qapa.fr est la 1ère plateforme digitale de demandes et d’offres d’emploi en France. Elle présente aujourd’hui une analyse comparative des taux de chômage en fonction des niveaux d’études, de 2012 à 2015.

Cette étude révèle de nombreuses variations, et pas toujours compréhensibles.

 

Des inégalités surprenantes

Si en trois ans, le taux de chômeurs sans diplôme est passé de 7% à 5%, on ne peut pas en dire autant des personnes qui ont étudié. Etonnamment , c’est à partir du Bac+4 que les choses deviennent difficiles. En effet, contrairement aux personnes titulaires d’un Bac+3 (dont le taux a baissé de 12% à 11%), les chercheurs d’emploi justifiant d’un Bac+4/5 sur leur CV ont beaucoup plus de difficultés, depuis trois ans, à trouver un travail. Quant aux Bac+4, ils ont augmenté de 3 points (de 2 à 5%), et les Bac+5 et plus de 1 point (respectivement 14% et 2%).

Qapa tableau d'analyse du chômage

 

Pourtant, les demandes des recruteurs ont évolué depuis 2012. Si ils recherchent de plus en plus de titulaires de BEP ou CAP, les offreurs d’emploi ont de moins en moins besoin de niveau Bac (de 26% en 2012, à 16% en 2015). Pour les autres niveaux d’études, la demande restent sensiblement la même.

Qapa tableau d'analyse du chômage

Pour 2016, découvrez comment booster votre carrière au Nouvel An

 

Faut-il arrêter ses études après un bac+3?

Ces phénomènes engendrent donc des stratégies chez les jeunes, quant au niveau d’études qu’il doivent acquérir pour trouver un emploi. Faudrait-il stopper ses études pour espérer trouver du travail ?

Si pour les moins hauts niveaux d’études, les offres et les demandes sont assez égales, il n’en est rien pour les diplômes plus élevés. Selon l’étude proposée par Qapa, environ 17% des demandeurs d’emploi sont titulaires d’un CAP ou BEP. Ces personnes sont pratiquement certaines de trouver du travail, étant donné que 24% des offres sont destinées à ces profils. De même pour les personnes sans diplôme, qui représentent 5% du marché, contre 8% de recrutements.

Découvrez les secteurs et les métiers qui ont le plus recruté en 2015

Cependant, les niveaux Bac et Bac+5 se révèlent être les plus lésés par la situation. Aux taux respectifs de 26% et 14% de candidats, ils ne sont recherchés par les employeurs qu’à 16% et 5% d’offres.

Qapa tableau d'analyse du chômage

 

Ces chiffres sèment le trouble, et mènent à se demander si l’élaboration d’une stratégie quant à son niveau d’études n’est pas nécessaire lorsqu’on aspire à trouver rapidement un emploi.

Jeunes actifs ou étudiants, qui a le droit à la prime d'activité ?

Sources tableaux : Qapa.fr