Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Commissaire priseur

Commissaire priseur

Voici la fiche pour le métier de commissaire priseur. Grâce à cette fiche vous allez pouvoir en savoir plus sur le métier de commissaire priseur, ses activités principales, où le commissaire priseur exerce, l’environnement dans lequel le commissaire priseur, les missions confiées au commissaire priseur, les savoir-faire requis, le CV du commissaire priseur et enfin le niveau de salaire auquel le commissaire priseur peut prétendre.

Publié le 03 Octobre 2011 à 17h12 | | 0 avis

Commissaire priseur

Définition du métier de commissaire priseur :

Doté d’une excellente culture du monde de l’art, le Commissaire-priseur a pour mission de vendre aux enchères publiques des objets d’art ou plus ordinaires, des objets de collection, des antiquités, des meubles, des bijoux, des appareils, etc.
En réalité, il existe deux statuts de commissaires-priseurs différents : d’une part, ceux qui sont nommés par le Garde des Sceaux, qui gèrent les ventes dites « judiciaires » parce qu’elles proviennent de saisie d’entreprise ou de particuliers. Et d’autre part, ceux qui travaillent pour une société commerciale (agréée par le Conseil des ventes) et qui mettent en vente des objets suite à la demande de particuliers.

 


 

Quelles sont les activités principales du commissaire priseur :

La vente aux enchères en elle-même n’est que l’étape finale d’un long travail qui peut durer plusieurs mois.

  • Réception des objets à mettre en vente
  • Inventorier les exemplaires, c’est-à-dire les compter, en relever la provenance, si ce sont des objets d’art en identifier l’auteur, pouvoir dater l’époque de réalisation ou de fabrication, etc.
  • Répartir les objets d’une même vente en lots
  • Estimer la valeur des objets et en fixer le prix de départ lors de la mise ne vente
  • Constituer un catalogue pour la vente
  • Organiser la vente : il s’agit alors de contacter les acheteurs de son réseau, potentiellement intéressés par tel ou tel type de vente.
  • Mettre en place une exposition pour présenter les objets en amont de la vente
  • Diriger et orchestrer la vente aux enchères
  • Se tenir informer de l’évolution et de l’actualité du marché de l’art

 


 

Où exercer ce métier de commissaire priseur :

Le métier de Commissaire-priseur fait partie des professions libérales.

  • Dans une société dite « commerciale », agréée par le Conseil des ventes : le Commissaire-priseur ne peut alors vendre que des objets venant de particuliers.
  • Pour le Ministère de la Justice, le Commissaire-priseur prête alors serment devant le Tribunal de Grande Instance et doit, pour pouvoir exercer, racheter un office ou une charge (qui coûte entre 15 000 et 30 000 €).

 


 

Dans quel environnement travaille le commissaire priseur :

 


 

Quels sont les savoir-faire requis pour le métier de commissaire priseur :

Compétences du commissaire priseur :

  • Excellente culture de l’art
  • Connaissance et maîtrise du droit et des réglementations
  • Commerciales
  • Techniques de l’expertise
  • Maîtrise du marché de l’art

Capacités :

  • Capacité d’analyse
  • Capacité à mettre en scène sur le catalogue et lors de la vente les objets afin de les mettre en valeur.
  • Capacité de résistance au stress

Qualités :

  • Ouverture d’esprit
  • Aisance relationnelle
  • Sensibilité
  • Dynamisme
  • Sens de l’organisation
  • Autonomie
  • Sens commercial
  • Curiosité

 


 

CV du commissaire priseur :

Niveau d’études :

Pour accéder au métier de Commissaire-priseur, il faut avoir suivi un double cursus universitaire en Droit et en Histoire de l’Art ou Archéologie ou Arts plastiques. Vous devez possédez un Bac + 3 (Licence) dans l’un de ces domaines et un niveau Bac + 2 dans l’autre.
Vous pouvez alors passer le concours d’entrée au stage de Commissaire-priseur. Cet examen qui a lieu une fois par an, se constitue d’épreuves écrites, puis d’épreuves orales si vous êtes admissible. Il ne peut être présenté que trois fois.
Le stage de Commissaire-priseur dure 2 ans, dont 6 mois qui doivent obligatoirement être réalisés auprès d’un Commissaire-priseur judiciaire. Ce stage est rémunéré et permet d’obtenir à terme un « Certificat de bon accomplissement de stage », nécessaire pour pouvoir exercer.
Enfin, pour exercer en tant que Commissaire-priseur judiciaire, il faudra passer un examen spécifique d’accès à la fonction.

Expérience :

Dans la mesure où la formation implique un stage de deux années, la première expérience est déjà acquise. Une fois nommé Commissaire-priseur, le stagiaire travaillera chez un autre Commissaire-priseur, avant de pouvoir lui-même acquérir une charge.

Progression de carrière :

Stagiaire > Commissaire-priseur > Officier Ministériel

 


 

A quel niveau de salaire peut prétendre le commissaire priseur :

Il est difficile de répondre précisément à cette question. En effet, la rémunération du Commissaire-priseur reste très variable. Elle est constituée d’honoraires, établis sur un pourcentage de ce qu’il vend. Le vendeur lui cède un pourcentage sur sa vente et l’acheteur paie également un pourcentage sur son achat. A cela peuvent venir s’ajouter, les revenus de la vente des catalogues, des expertises, etc. Dans les sociétés commerciales, les frais de vente sont libres, alors que pour les ventes judiciaires, les pourcentages sont fixes.
Les revenus annuels d’un Commissaire-priseur peuvent donc s’échelonner entre 10 k€ et 150 k€, en fonction de l’importance des ventes réalisées. Mais en moyenne un Commissaire-priseur touche entre 50 et 60 k€ par an.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis