Voulez-vous recevoir des notifications pour vous aider dans vos Révisions et votre Orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui

 

Les Dossiers du Mois :

Secteur du numérique : Pari gagnant ?

Plongez-vous dans le monde du digital !

➜ Voir le dossier

 

Tout savoir sur le double-diplôme

Obtenez 1 diplôme français + 1 diplôme international !

➜ Voir le dossier

 

Ingénieur au féminin

Comment devenir une femme scientifique ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

Rentrée 2016: un smartphone éthique est-il po...

Rentrée 2016: un smartphone éthique est-il possible?

Les jeunes sont accros à leur smartphone. Savent-ils vraiment ce qu'ils achètent? Au moment choisir ses fournitures pour la rentrée, est-il possible de choisir ses équipements autrement?

23 Aout 2016 à 10h05 | | 0 avis

Rentrée 2016: un smartphone éthique est-il possible?

Au musée des confluences de Lyon, une installation numérique interactive nous interroge: êtes-vous attentif à la question du travail des enfants dans vos achats? Petit rire gêné, le pourcentage de visiteurs ayant répondu positivement à ce sondage est élevé mais l’attitude des participants laisse penser qu’il s’agit d’une réponse de circonstance. Nous n’allons tout de même pas avouer que nous ne nous renseignons pas sur les circuits de production de chaque boutique que nous fréquentons, si?

 

Matières premières: mise à profit des zones de conflits

Le problème de l’éthique est très actuel. Au mois de février 2016, en marge du Congrès mondial de la téléphonie mondiale, des ONG ont attiré l’attention sur l’exploitation des salariés de ce milieu. En effet, les minerais qui participent à la composition de ces outils technologiques de poche indispensables à la génération Y proviennent de zones de conflits, et notamment d’Afrique centrale, où les droits sociaux sont méprisés. Un phénomène d’autant plus alarmant que ce produit est consommé massivement: on compte 1,4 milliard de smartphones fabriqués en 2015.

➜ À voir aussi : Où sont les emplois dans le numérique?

 

Usines d’assemblage: conditions de travail indignes

La Chine où se trouvent la majorité des usines où sont assemblés ces appareils en paye aussi les frais. De nombreux employés travaillent plus de 80 heures par semaine pour des salaires dérisoires tout en étant exposés à des produits cancérigènes. En 2012, une vague de suicides dans une usine d’un sous-traitant d’Apple avait mené à l’inspection de ses fournisseurs. Son principal concurrent, le sud-coréen Samsung, n’a quant à lui eu d’autre choix que de créer un fonds de 78 millions d’euros pour indemniser les employés de ses usines: on y a en effet décelé deux cent cas de leucémie. Huawei, le troisième producteur de smartphones, a dû fermer une usine après avoir été accusé de faire travailler des enfants.

 

Fairphone: le premier portable éthique?

Le Fairphone est le produit phare d’une entreprise hollandaise qui s’inspire du commerce équitable. Pour parvenir à produire le smartphone le plus éthique possible, l’entreprise a fait le choix de ne s’approvisionner en minerais en dehors des zones de conflits afin de soutenir "les économies locales, et non des milices armées". Pour des motifs écologiques, ces téléphones ne sont pas conçus dans une démarche d’obsolescence programmée mais bien de longévité, avec la possibilité d’être réparés. Enfin, le fabriquant a mis en place des programmes sociaux au sein de ses usines et réalise des audits sur les conditions de travail par souci de transparence.

➜ À voir aussi : Intelligence Artificielle: quelles valeurs enseigneriez-vous à un robot?

 

Un bilan mitigé pour le Fairphone

Les concepteurs de ce produit confient néanmoins que ce dernier n’est pas encore 100% éthique: la faute à la multiplicité des acteurs et des fournisseurs qui rend difficile la traçabilité de ses composants. En outre, le Fairphone coûte cher. Il faut en effet compter 525 euros pour s’en procurer un, et les consommateurs sont parfois surpris à la réception du colis. En effet, la compagnie lutte contre la multiplication des câbles et des accessoires et fait ainsi le pari de ne pas en fournir. D’autre part, son design a déçu la critique, même s’il s’agit là du prix à payer pour accéder facilement aux composants et pouvoir les remplacer dans une démarche écologique. Enfin, l’autonomie de sa batterie fait elle aussi débat, passant de 20h à 3h45 selon l’utilisation qui en est faite. Il faudra encore travailler un peu avant d’obtenir le smartphone éthique parfait.

➜ À voir aussi : A quoi ressemblera le shopping de demain?

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis