Les Dossiers du Mois :

Secteur du numérique : Pari gagnant ?

Plongez-vous dans le monde du digital !

➜ Voir le dossier

 

Tout savoir sur le double-diplôme

Obtenez 1 diplôme français + 1 diplôme international !

➜ Voir le dossier

 

Ingénieur au féminin

Comment devenir une femme scientifique ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

Nicolas, développeur mobile à Londres

Nicolas, développeur mobile à Londres

Nicolas est développeur mobile à Londres dans le secteur du jeu vidéo. Pour digiSchool, il revient sur sa formation, ses expériences et ses missions au quotidien. Découvrez également ses précieux conseils pour réussir sa carrière dans le monde du numérique. 

18 Février 2015 à 16h15 | | 0 avis

Nicolas, développeur mobile à Londres

Quelle formation as-tu suivie ?

Je suis originaire de Chambéry où j’ai passé 4 ans à l’université de Savoie afin de décrocher une maîtrise d’informatique. J’ai ensuite décidé de partir à Lille pour la cinquième et dernière année du Master. Tout en restant dans le Nord, j’ai commencé à travailler 3 ans au sein de Capgemini à Euratechnologie (pôle technologique) sur des projets pour des clients comme EDF et le groupe Oxylane (Décathlon).

Pendant ce temps, les premières applications mobiles voyaient le jour et en imaginant tout ce qu’il était possible de créer j’ai voulu en faire mon quotidien. C’est ainsi que j’ai rejoint l’équipe d’Adictiz à la création du pôle mobile afin de développer nos propres jeux mobiles dont le célèbre Paf le Chien. Ces expériences m’ont vraiment beaucoup apporté, autant au niveau industrialisation et convention avec Capgemini, qu’au niveau technologies mobiles et méthodes agiles avec Adictiz.

Cependant, ayant le goût des voyages, je voulais partir à l’étranger afin de pratiquer l’anglais au quotidien et de découvrir de nouvelles cultures. Et donc, j’ai la chance de travailler actuellement à Londres pour Mind Candy ! L’entreprise a 2 studios : celui de Brighton qui développe le nouveau jeu mobile “World of Warriors” le HQ à Londres où l’on travaille sur l’application mobile “PopJam”. Je participe donc au développement de l’application iOS.

 

Les métiers du numérique

 


Quelles sont tes expériences professionnelles en tant que développeur mobile ?

Ma première expérience fût sur le développement de jeux mobiles pour iOS. En 2 ans avoir la chance de travailler sur 4 jeux mobiles dont 2 créés entièrement seul, autant dire que l’on apprend beaucoup de choses dans plusieurs domaines ! On travaille forcément sur la création du jeu lui-même, mais aussi sur plusieurs aspect dont :

  • l’intégration de plusieurs frameworks externes
  • la synchronisation online afin de reprendre le cours de la partie sur un autre appareil et de sauvegarder la progression du joueur
  • la création de composants multi-plateformes réutilisables au sein de plusieurs jeux

Ces missions se réalisent en étroite collaboration avec les game designers, les artistes, la partie analytique, la localisation du jeux, les community managers, etc.

Ma deuxième expérience (qui est mon travail actuel) est le développement de l’application native sous iOS : “PopJam”. C’est un réseau social où les enfants / adolescents peuvent créer et partager leurs passions tout en sécurité. Ce n’est plus du développement de jeux, mais on se retrouve confronté plus ou moins aux mêmes problématiques dû au support mobile et aux évolutions à prévoir.

► Inspire-toi d’autres témoignages de jeunes qui ont réussi dans le secteur du numérique

 

Quelles sont tes missions concrètes au quotidien ?

Au quotidien on associe un travail de développement et un travail de recherche.

De développement car il faut savoir intégrer les futures nouveautés de l’application tout en prenant en compte le support des anciennes versions d’iOS et/ou encore des changements d’architecture.

De recherche, car c’est un domaine qui évolue constamment et où l’on trouve beaucoup de choses déjà réalisées. Que ce soit des composants ou des applications, à nous de savoir s’il faut s’en inspirer, apprendre comment cela a été fait et/ou réutiliser en améliorant le fonctionnement. Il ne faut pas réinventer la roue mais faire en sorte que celle-ci tourne mieux. Cela permet de se focaliser sur ce que l’on apporte de nouveaux par rapport à la concurrence.

Enfin, si l’on a des nouvelles idées de conception ou d’évolutions, il ne faut pas hésiter à en faire part à l’équipe pour en discuter en groupe, généralement cela amène à des discussions intéressantes et des décisions sont prises rapidement par la suite.

 

Qu’est-ce qui t'attire dans le métier de développeur mobile ?

On ne s’ennuie jamais ! La dernière chose que je souhaite c’est un travail où il n’y a rien à apprendre de nouveau. Dans le domaine mobile, on a la chance d’avoir une constante évolution du marché et des nouveautés. On est en apprentissage continu.

Chaque version d’iOS ouvre de nouveaux champs d’applications pour le développement mobile comme on peut le voir avec HealthKit et l’Apple Watch. De nouvelles librairies voient le jour toutes les semaines, comme le prometteur “React Native” par Facebook qui apporte une nouvelle façon de concevoir des applications pour iOS et Android en partageant le même code. Ou encore, pour revenir dans le domaine du jeu, on a accès à plusieurs moteurs de jeux dont le célèbre Unity et le support de jeux 2D ou plus récemment GODOT engine. A nous de choisir la solution qui correspond le mieux au projet actuel ou futur.

Avec toutes ces nouveautés, il ne se passe pas un jour sans que je griffonne une nouvelle idée ou concept d’application sur mon bloc note ! On est aussi plus proche du client et de la communauté à travers les commentaires sur l’Apple Store, le forum et/ou le retour par mails. L’un de mes moments préférés est de lire les avis des enfants via notre équipe de community managers et ainsi de voir leur excitation quant à l’utilisation de l’application. Ils nous proposent même de nouvelles idées !

 

Quelles sont les qualités qu’un développeur mobile doit avoir ?

  • Être passionné et toujours être à l’affût des dernières nouveautés technologiques ! Pour commencer, les tutoriels sur Internet peuvent être une première solution, mais il n’y a rien de mieux que de se lancer dans un projet personnel pour apprendre plus vite et ne pas “répéter” le tutoriel !
  • Avoir une vision globale à la fois du projet et des possibilités techniques est très important aussi afin de faire les bons choix et de connaître les contraintes / régressions possibles.
  • Enfin, personnellement je pense qu’avoir un intérêt pour l’interface utilisateur (UI) et l’expérience utilisateur (UX) est un plus pour se démarquer de la concurrence. Et avec des outils comme Sketch ou Unity, il est aujourd’hui possible de créer des prototypes très rapidement tout en soignant l’interface, même pour nous développeurs !

Ces écoles forment aux métiers du numérique :

INSEEC Digital Institute

INSEEC Digital Institute

L’Inseec Digital Institute regroupe les programmes digitaux du groupe INSEEC. Ces différents cursus qui permettent de se spécialiser dans plusieurs métiers et d’être rapidement opérationnel en entreprise, vont de Bac+3 à Bac+ 5.

SUP'Internet

SUP'Internet

SUP’Internet donne la dimension « web » à des talents de toujours. C’est l’école du Web Design, du Web Marketing et des Web Technologies. L’objectif de sa formation : la professionnalisation.

IFOCOP

IFOCOP 

L'IFOCOP est un institut de formation spécialisé dans les métiers du tertiaire qui forme plus de 2 000 stagiaires par an. Il propose plusieurs formations en web et digital : développeur, community manager, webmarketeur...

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis