Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Barbara Sohier : "Le monde physique et le monde...

Barbara Sohier : "Le monde physique et le monde du web sont indissociables"

Barbara Sohier a fondé Evenby et est également vice-présidente de l'Internet Managers Club. Pour digiSchool.fr, elle revient sur  son parcours...

24 Février 2015 à 12h39 | | 0 avis

Barbara Sohier :

Tout d'abord, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Dans un premier temps, j'ai fait deux années de médecine avant de me réorienter dans un DEUG d'économie et de gestion. Après ma licence et ma maîtrise, j'ai fait un premier stage dans une petite boîte qui s'appelait Pixmania. A l'époque, elle n'avait pas du tout émergé et faisait seulement des tirages photo numériques. J'ai fait un second stage chez eux à l'issue de ma maîtrise et ils m'ont proposé un poste de chef de produit marketing. C'était un des premiers postes marketing chez Pixmania, en 2002. J'ai donc eu un parcours digital "100% opportuniste", car c'est cette offre servie sur un plateau qui m'a donné envie de travailler dans cet univers. Je suis restée 3 ans chez Pixmania en tant que responsable marketing France. 

Suite à cette expérience, j'ai réintégré l'ESSEC pour faire un master de marketing management, car je n'avais jamais fait de marketing traditionnel et de marketing dans la grande conso. Ca a été intéressant de revenir sur les bancs de l'école pour refaire de la théorie. J'ai ensuite rejoint Coursengo, qui est une filiale de Franprix et qui projetait de monter son site Internet. Il n'y avait pas du tout d'équipe marketing, j'étais la seule. Je me suis donc occupée du lancement du site et de la communication. Plus tard, le site a été totalement refondu, et je me suis chargée de l'acquisition de trafic et de la coordination avec les magasins. L'objectif était également de créer une harmonie entre les différents magasins Franprix.

Enfin, j'ai rejoint Dakotabox, une entreprise de coffrets cadeaux sur la partie marketing. Elle souhaitait se tourner vers le canal digital pour se créer de nouvelles opportunités. 


Qu'est-ce que l'Internet Managers Club ? Quelles sont vos activités au sein de cette association ? 

J'ai rejoint l'IMC il y a environ 4 ans, d'abord en tant trésorière. Je suis vice-présidente depuis 9 mois. Nous sommes une équipe de 6 personnes et 2 fondateurs et nous rassemblons une communauté d'environ 400 dirigeants du web, qu'il s'agisse de start up ou de services gérant le digital dans les grands groupes (Orange, Monoprix...).

C'est une association sans adhésion : pour la rejoindre, il suffit d'avoir une activité liée au digital et 3 parrains, c'est-à-dire 3 personnes de l'association qui vous prennent sous leurs ailes. 

Nous faisons une réunion tous les mois, sous forme de dîners de 35 à 40 personnes. Le but est avant tout d'échanger et de rencontrer d'autres personnes, de mettre en relation annonceurs et prestataires... Nous avons aussi régulièrement de grands acteurs du secteur qui viennent parler de leur expérience. Cette semaine, nous avons par exemple reçu le DG de Twitter France. Nous organisons également un gala annuel où nous remettons des prix à des sites Internet ont une particularité.

L'Internet Managers Club est vraiment un fil rouge dans ma carrière. Il me permet de faire de belles rencontres dans le métier du digital et de suivre les évolutions. 

"Le but de l'Internet Managers Club est avant tout d'échanger et de rencontrer d'autres personnes, de mettre en relation annonceurs et prestataires."


Vous avez récemment fondé Evenby. De quoi s'agit-il ?

Nous sommes 3 associés et travaillons avec des rédacteurs freelance, des photographes... Evenby est une plateforme web où l'on met en avant des "enchanteurs", des prestataires dans l'événementiel. Notre but est de promouvoir des prestataires originaux et de grande qualité auprès des professionnels pour des conventions, des séminaires, des cocktails d'affaires... Nous proposons des évènements sur-mesure, quel que soit le nombre de personnes présentes et pour tous les types d'entreprises. 

Nous recherchons avant tout des pépites. On travaille avec des cascadeurs, des artificiers, des dresseurs d'animaux... On noue aujourd'hui des partenariats insolites, décalés, pour ne pas être en collision avec d'autres agences. Nous sommes un "incubateur d'idées" : nous proposons des formules clé en main que l'on adapte ensuite au client. Nous voulons faire de chaque événement un événement particulier. 

"Evenby veut faire de chaque événement un événement particulier."


Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite lancer son entreprise sur Internet ? 

Il faut le faire ! Il faut le faire parce qu'il y a plein d'enjeux. Oui il y a une prise de risque, mais ce n'est pas plus facile ou plus difficile qu'avec une autre entreprise. Il ne faut pas se poser 50 000 questions, sinon on ne le fait jamais.

Il faut également choisir soigneusement les personnes avec lesquelles on se lance car il faudra être capable de bien travailler ensemble. Seul, c'est un pari risqué, je pense qu'il vaut mieux être accompagné.

Il faut aussi beaucoup en parler, beaucoup en discuter autour de soi, se faire conseiller, se faire guider... Plus on en parle, plus on apprend, notamment grâce à d'autres entrepreneurs qui sont déjà passés par là.


Vous intervenez également dans plusieurs écoles. Que vous apporte l'enseignement ?

J'interviens sur les problématiques d'acquisition de trafic, surtout dans les écoles multimédia et de commerce. Je donne des bases de marketing aux premières années puis, sur les années 3 et 4, je présente des problématiques plus digitales, comme l'acquisition de trafic : comment faire venir des gens sur son site, les faire transformer et les fidéliser. J'insiste également sur les liens entre le monde "physique" et le monde virtuel, puisque j'ai la conviction que l'un ne va pas dans l'autre. 

J'aime voir comment les étudiants perçoivent le digital. Je leur apporte des bases et je leur fais part de mon expérience, pour leur montrer comment les choses fonctionnent et que le web, ce n'est pas seulement Google. 

"Il faut bien choisir les personnes avec lesquelles on s'associe. Se lancer seul est un pari risqué."


Enfin, quel regard portez-vous sur le secteur du web aujourd'hui ? 

Je suis une passionnée. Je pense que le web est un outil génial. A travers mes expériences dans des secteurs différents, j'ai pu voir que le monde physique et le web sont indissociables.

Lle digital manque encore de maturité sur la partie services, accompagnement, suivi... sur la relation humaine plus généralement. On peut avoir une très belle vitrine, un très beau site Internet, il y aura toujours un moment où l'on devra nouer des contacts humains. On ne peut pas tout faire sur le web. Vous devez rencontrer les gens avec qui vous allez travailler, discuter en face à face de la façon dont vous allez travailler... Il y a une complémentarité énorme entre le monde physique et le web. Aujourd'hui, on voit des valorisations d'entreprises sur Internet avec de nombreux zéros. Je n'ai pas envie d'aller vers ça, mais plutôt vers l'entreprenariat, le service, l'accompagnement... Il est indispensable de ne pas oublier cet aspect humain. 

 


Ces écoles forment aux métiers du numérique :

INSEEC Digital Institute

INSEEC Digital Institute

L’Inseec Digital Institute regroupe les programmes digitaux du groupe INSEEC. Ces différents cursus qui permettent de se spécialiser dans plusieurs métiers et d’être rapidement opérationnel en entreprise, vont de Bac+3 à Bac+ 5.

SUP'Internet

SUP'Internet

SUP’Internet donne la dimension « web » à des talents de toujours. C’est l’école du Web Design, du Web Marketing et des Web Technologies. L’objectif de sa formation : la professionnalisation.

IFOCOP

IFOCOP 

L'IFOCOP est un institut de formation spécialisé dans les métiers du tertiaire qui forme plus de 2 000 stagiaires par an. Il propose plusieurs formations en web et digital : développeur, community manager, webmarketeur...

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis