Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Pour travailler dans le web, "il faut avoir une...

Pour travailler dans le web, "il faut avoir une âme de pionnier"

À seulement 28 ans, Alexandre Malsch est déjà directeur général d'un groupe média qui attire 17,4 millions de visites par mois : Meltygroup. Retour sur le parcours de cet entrepreneur à la réussite précoce qui n'oublie pas de rappeler que la route du succès a été longue.

08 Avril 2014 à 09h12 | | 0 avis

Pour travailler dans le web,

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

J'ai fait mes études à l'école d'informatique Epitech. En 2ème année, j'ai eu la chance d'être professeur de base de données, mon collègue Jérémy Nicolas était quant à lui professeur de web. C'était un peu particulier puisque finalement, nous donnions des cours à notre propre promotion.

Avec Jérémy, nous avons fondé la société Melty dès la 2ème année à Epitech en 2005, et le site melty.fr en 2008, un an avant la fin de nos études.


Comment a débuté votre histoire avec le web ?

Elle a débuté quand j'avais 14 ou 15 ans. À cette époque, j’ai eu la chance de pouvoir me construire un premier ordinateur avec des pièces détachées récupérées grâce à mon père et j’ai pu ainsi me connecter sur internet.

J'ai fait mes premiers blogs, seul, et petit à petit, c'est devenu Melty.

Je suis parti ensuite en voyage en Allemagne et je me suis rendu compte là-bas qu’il n’y avait pas de site totalement dédié aux jeunes : c’est à ce moment que je me suis dit qu’il fallait créer un site. J’ai fait mes premiers blogs, seul, et petit à petit c’est devenu Melty.


Quelles sont les qualités essentielles pour travailler dans le web ?

Il faut tout d’abord avoir une âme de pionnier. Il faut ensuite comprendre que le web et le digital, ce n’est pas une finalité. Sur Melty, plusieurs métiers sont rassemblés avec comme point commun le web, nous avons des producteurs vidéo, des développeurs, des designers, des rédacteurs, des commerciaux, des gens qui travaillent dans le marketing, etc.

Pour réussir sur le web, il faut avoir une vision très transversale et être capable d’adapter les métiers traditionnels aux métiers du web et inversement.


Avez-vous des conseils a donner pour les jeunes qui voudraient, comme vous, se lancer dans le web ?

Quand on crée un site internet, le plus important, ce n’est pas de se demander ce qu’on va mettre sur le site, mais bien comment les internautes vont pouvoir le trouver. C'est comme toute entreprise, le plus important, c’est ce qui va donner envie aux gens d’utiliser ses services ou ses produits. Vous pouvez avoir le meilleur service ou produit au monde mais si personne ne le sait, ça ne sert à rien.

Vous pouvez avoir le meilleur service ou produit au monde mais si personne ne le sait, ça ne sert à rien.

Avec beaucoup ou peu de moyens, avec ou sans relations, tout le monde peut faire des choses de dingue depuis son bureau ou son téléphone portable. Avec une bonne idée, n'importe qui peut construire des choses incroyables, mais cela signifie que les places pour être premier sont très chères.


Est-il possible de vivre immédiatement de son site ?

Oui et non. Nous avons mis beaucoup de temps. La société Melty a été fondée en 2005 et on a été rentable qu’en 2011. Aujourd’hui nous sommes 78 salariés et c’est très rentable.
 À l’époque quand on lancé Melty, on a investi 7200 euros dans la société.  C’est la grande force du web. 
Mais il y a des débouchés incroyables et des histoires fabuleuses. Il faut être au bon endroit au bon moment. La grande force du web, c’est qu’avec peu de moyen, une bonne idée et un bon accompagnement on peut arriver à faire des trucs incroyables sans pour autant à avoir à investir des sommes dingues. À l’époque, pour lancer un projet, il fallait avoir de gros moyens, des machines qui coûtaient très chère, plus avec le web.

Oui et non. Pour Melty, nous avons mis beaucoup de temps, la société a été fondée en 2005 et nous avons gagné de l'argent qu'en 2011. Aujourd’hui nous sommes 78 salariés et c’est très rentable. Il y a des débouchés incroyables et des histoires fabuleuses et il faut être au bon endroit au bon moment.

La grande force du web, c’est qu’avec peu de moyens, une bonne idée et un bon accompagnement on peut arriver à faire de grandes choses sans pour autant investir des sommes dingues. Quand on lancé Melty, on a investi 7200 euros dans la société. Avant, pour lancer un projet, il fallait avoir de gros moyens pour acheter des machines qui coûtaient très chère, mais plus avec le web. Le seul bémol, c’est que comme tout le monde peut le faire, la compétition est rude : on peut construire un empire en 2 ans et tout perdre en 2 mois.

La grande force du web, c'est qu'avec peu de moyens, une bonne idée et un bon accompagnement, on peut arriver à faire de grandes choses sans pour autant  à avoir  à investir des sommes dingues.


Est-il préférable, comme vous l'avez fait, de lancer son site ou sa société pendant ses études ?

C’est intéressant oui, et même quand on est au chômage ! Beaucoup de gens créent leur entreprise quand ils sont à la recherche d'un emploi.

Le web, c’est un peu comme la ruée vers l’or. Les gens ne voient que les personnes qui reviennent de la mine avec leurs wagons remplis de lingots. En réalité, pour une personne qui revient avec des lingots, il y en a des tonnes qui reviennent sans. Beaucoup de gens ont l’impression qu’un groupe comme Melty s’est construit en un claquement de doigt. Les gens ne voient que le moment où s’est en train de marcher.


Ces écoles forment aux métiers du numérique :

INSEEC Digital Institute

INSEEC Digital Institute

L’Inseec Digital Institute regroupe les programmes digitaux du groupe INSEEC. Ces différents cursus qui permettent de se spécialiser dans plusieurs métiers et d’être rapidement opérationnel en entreprise, vont de Bac+3 à Bac+ 5.

SUP'Internet

SUP'Internet

SUP’Internet donne la dimension « web » à des talents de toujours. C’est l’école du Web Design, du Web Marketing et des Web Technologies. L’objectif de sa formation : la professionnalisation.

IFOCOP

IFOCOP 

L'IFOCOP est un institut de formation spécialisé dans les métiers du tertiaire qui forme plus de 2 000 stagiaires par an. Il propose plusieurs formations en web et digital : développeur, community manager, webmarketeur...

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis