Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Votre employeur désormais autorisé à surveil...

Votre employeur désormais autorisé à surveiller vos mails !

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient d’autoriser les employeurs à surveiller les communications Internet de leurs salariés. Pas de chance pour les accros à Facebook, Twitter ou autre service de dialogue “non-professionnel”.

Publié le 14 Janvier 2016 à 10h45 | | 0 avis

Votre employeur désormais autorisé à surveiller vos mails !

Selon une décision de la CEDH rendue ce mardi 12 janvier 2016, un employeur a désormais le droit de surveiller les communications de ses employés, à condition que le règlement intérieur de l'entreprise interdise formellement l'usage privé des messageries.

Attention donc aux conversations privées pendant vos heures de travail! Il serait bien ennuyeux que votre employeur tombe un jour sur un mail où vous vous moquez avec un collègue de son “crâne d’oeuf” ou de sa tendance à zozoter.

 

Thor Loki no

 

Une pratique “non-abusive”

Bogdan Bărbulescu, un ingénieur roumain qui avait été licencié en août 2007 pour avoir discuté par messagerie instantanée sur son lieu de travail a été débouté par la CEDH le 12 janvier dernier. L’employeur du jeune homme avait repéré qu’il utilisait un service de “ tchat” pour communiquer avec son frère et sa fiancée. Or, le règlement intérieur de l’entreprise interdisait l’usage des ressources de celle-ci à des fins personnelles.

Après avoir farouchement contesté son licenciement devant la justice de son pays, le salarié avait saisi la CEDH pour atteinte à sa vie privée.

Néanmoins en tenant compte de l’ensemble des paramètres de l’affaire, la Cour européenne des droits de l’homme a rejeté cet argument déclarant qu’il n’était “pas abusif qu’un employeur souhaite vérifier que ses employés accomplissent leurs tâches professionnelles pendant les heures de travail”.

 

 

 entretien-embauche