Les dossiers du mois :

Rentrée décalée

N'attend pas la prochaine rentrée pour te réorienter !

➜  Voir le dossier

 

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#digiMentor : les conseils d'orientation de Nathalie Hector, directrice du programme Grande Ecole de l'EM Lyon

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

5 fausses idées sur les maths

5 fausses idées sur les maths

Les maths sont difficiles, les maths ne sont pas une matière où on peut être créatif… autant d’idées reçues qui ont la vie dure. Virginie Ehrlacher, mathématicienne et chercheuse au CERMICS à l'école des Ponts ParisTech, les démonte pour digiSchool avec quelques autres. Et, qui sait, elle te donnera peut-être envie de te lancer dans cette filière ?

Publié le 06 Novembre 2019 à 09h56 | | 0 avis

5 fausses idées sur les maths

Ce qu’on apprend en maths à l’école ne sert à rien dans la vie quotidienne.

Faux. « Les maths servent à notre quotidien de deux manières. D’abord dans la vie quotidienne : quand on fait les courses et qu’on calcule son budget pour la nourriture, ou plus généralement, qu’on achète des choses. Les maths sont aussi utilisées aussi quand on achète un appartement, qu’on demande un prêt et qu’on doit savoir ce qu’on doit payer… Le bricolage demande de savoir faire un peu de géométrie, et la cuisine une règle de trois.

Ensuite, les mathématiques interviennent dans les objets de la vie de tous les jours. Ainsi, le moteur de recherche de Google fonctionne avec les algorithmes qui se cachent derrière. Les cartes bleues marchent grâce à des données cryptées. On ne voit pas les maths, mais elles jouent un rôle important. »

 

Si on n’a pas de facilité en mathématiques, on ne peut pas réussir dans cette matière.

Faux. « On réussit à être bon en maths grâce à du travail, on n’a pas forcément besoin d’un don pour ça. Les mathématiques répondent à la logique. C’est une matière accessible, qu’on maîtrisera en étant assidu. Tout le monde peut être bon en maths, à condition d’être rigoureux et d’apprendre certaines méthodes. »

➜ À voir aussi : Réforme du lycée : maths expertes, maths complémentaires, spécialité... que choisir ?

 

Il n’y a que les garçons qui sont bons en maths.

Faux. « Pendant ma scolarité, je n’ai jamais eu de problème avec le fait d’être une fille qui faisait des maths, ni dans mon parcours professionnel. Il n’y a jamais eu aucune différence de traitement entre les garçons et moi, et nos rapports ont toujours été égalitaires. Les chercheuses en maths existent, même si elles ne sont que 10% ! Je pense que c’est dû aux freins que les filles se mettent : peut-être ont-elles peur de se lancer dans certaines filières mathématiques ? Dans mon laboratoire, nous sommes vingt chercheurs permanents, et je suis la seule femme, mais je fais exactement la même chose que tout le monde. »

 

Les mathématiques, c’est compliqué.

Faux. « Au lycée, je trouvais les maths plus faciles que la philo. J’aime leur logique imparable : la réponse à un problème est forcément juste ou correcte. En philo, une réponse toute faite n’existe pas : il y a des nuances à apporter, et parfois, la réponse à une question n’existe tout simplement pas ! En maths, il n’y a pas de réponse à tous les problèmes, mais il y a une logique qui permet de déduire et de se diriger vers une réponse exacte. Ce n’est pas une discipline compliquée, mais elle demande de développer un esprit logique. »

 

Suivre des études en cursus scientifique me permettra de trouver du travail plus facilement.

Vrai... et faux. « Dans le cursus scientifique, on a accès à des domaines variés : écologie, biologie, médecine, informatique, mathématiques… Beaucoup de postes existent dans chaque domaine, et de nombreuses carrières sont possibles. Mais il faut aimer ça ! Il vaut mieux choisir des études dédiées à des thématiques qu’on aime plutôt qu’une filière choisie par défaut. »

 

Si on est bon en maths, on n’est pas créatif.

Faux. « Je dirais plutôt que si on n’est pas créatif, on n’est pas bon en maths ! Il faut être créatif pour trouver une méthode pour un théorème, par exemple. Dans le domaine de la recherche mathématique, on a besoin d’être créatif pour apporter de nouvelles choses dans son travail. C’est le cas de certains ingénieurs : développer la pièce du moteur ou d’un avion demande de la créativité. C’est la plus-value du travail dans le domaine mathématique. »

➜ À voir aussi : Victoria, ingénieure aérospatiale engagée pour l'égalité