Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#BAC 2020 : Les réponses aux questions les plus posées

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Comment réfléchir à ton orientation en péri...

Comment réfléchir à ton orientation en période de confinement ?

Garder sa motivation quand on est en confinement depuis plus d’un mois peut être compliqué. Mais cette période est aussi l’occasion de prendre le temps de te consacrer à ton projet d’orientation. Emilie Hiairrassary, psychopraticienne, te donne quelques conseils pour t’aider.

Publié le 27 Avril 2020 à 14h47 | | 0 avis

Comment réfléchir à ton orientation en période de confinement ?

Première étape : faire le point

Dans l’idéal, munis-toi d’un classeur ou d’un cahier consacré à tes recherches pour ton projet d'orientation. Tu pourras ainsi centraliser et organiser l’information collectée.

« Avant de te projeter dans l’avenir, il est bon de faire un premier bilan sur ton parcours, indique Emilie Hiairrassary. Revenir sur les étapes importantes de ta vie est un début pour comprendre comment tu fonctionnes : ce qui a contribué à ta réussite, comment tu fais face aux difficultés, comment tu organises tes relations… »

Tu peux notamment faire une frise pour t’aider dans tes réflexions, qui commence à ton enfance et se termine à aujourd’hui. Inscris-y, avec différentes couleurs, les temps forts de ta vie personnelle et de ton parcours scolaire. Ensuite, « fixe ton dessin au mur et recule d’un pas, conseille Emilie Hiairrassary. Observe et note ce qu’il te semble important de retenir et qui peut te servir pour construire ton projet. »

 

Deuxième étape : connais-toi bien pour faire le bon choix

Il est essentiel de ne pas te mettre la pression pendant que tu fais cette recherche d’orientation. Ne te laisse pas parasiter par des pensées comme « c’est trop dur », « je n’en suis pas capable », « j’ai peur de me tromper »… Tes parents te mettent peut-être aussi la pression, en t’indiquant un chemin professionnel plutôt qu’un autre, qui les rassure sur ton avenir. Ils peuvent aussi t’influencer sans le vouloir.

Le plus important, c’est de pouvoir définir qui tu es, ainsi que les environnements qui te conviennent et correspondent à ton mode de fonctionnement. Pour cela, tu peux :

• repérer tes atouts et tes talents

• identifier tes limites potentielles

Comment lutter contre les émotions négatives ?

Certaines émotions négatives peuvent également te mettre des freins. La tristesse, la colère ou la peur peuvent t’amener à procrastiner ta recherche d’orientation. Ces émotions sont légitimes, et il existe quelques petites astuces pour les combattre.

• Si tu ressens de la peur, tu peux lister toutes les bonnes raisons que tu as d'être effrayé. En regardant tes peurs en face, tu les sentiras diminuer.

• Si tu es en colère, tu peux évaluer ta frustration, « c’est-à-dire l’écart entre ce que tu vis et ce que tu voudrais vivre. A partir de là, tu peux construire les étapes pour arriver à ton objectif », explique Emilie Hiairrassary.

• Si tu es triste, laisse s’exprimer cette émotion et essaie de comprendre pourquoi tu la ressens.

➜ À voir aussi : Comment gérer tes émotions pendant le confinement ?

 

Troisième étape : enquêter pour savoir quel métier te correspond

faire le tour des secteurs d’activités : agriculture, sciences, informatique, santé, finance, environnement, mécanique... « Ils sont nombreux, rappelle Emilie Hiairrassary. Plus il y a d'inspirations, plus il est facile de trouver des idées. ! Tu peux choisir deux à trois préférences. » Tu peux t’inspirer sur des plateformes telles que orientation.com, ou le CIDJ.

approfondir l’enquête par des vidéos métiers, que tu peux en trouver sur le site de l’Onisep ou directement sur les sites des branches professionnelles.

vérifier tes propos auprès de professionnels : « tu peux identifier dans ton réseau ou sur les réseaux sociaux des contacts qui pourraient te parler de leur métier », conseille la psychopraticienne.

te poser de bonnes questions pour valider ton projet : est-ce un métier qui recrute facilement ? Est-ce un métier où je travaille en intérieur ou en extérieur ? En équipe ou plutôt en solo ? Ce métier nécessite-t-il d’utiliser des outils spécifiques ? Quelles compétences sont nécessaires pour exercer ce métier ? Le salaire est-il fixe ou variable ? Quelle formation mène à ce métier ? « Tu peux utiliser des grilles de questionnement à imprimer sur le site de l’Onisep pour être certain que tu as bien les réponses à tes questions. »

➜ À voir aussi : Journées Portes Ouvertes : mode d'emploi

 

Pour finir, quelques conseils de pro :

« Il faut t’autoriser à voir en grand. Applique le principe de l’entonnoir, c’est-à-dire voir grand et large dans un premier temps, pour petit à petit qualifier et préciser tes choix.

Pense également « filière » plus que « métier ». C’est au fil de ta formation que tu peux préciser ta spécialité, puis ton métier.

Il est important de respecter ton rythme. L’orientation est une démarche individuelle qui avance plus au moins vite pour chacun : il est donc nécessaire d’adapter ta réflexion en fonction de tes propres besoins.

Tu dois être le seul à choisir ton orientation. S’enrichir des autres et de leurs expériences, c’est essentiel, mais c’est à toi de mûrir ton projet et de décider seul de ton avenir.

Dernière étape : valider la réalité de ton projet. L’impact financier, le lieu de la formation, les débouchés … Rends ton projet concret et réaliste. Prépare ton retroplanning avec les portes ouvertes, les dates d’inscription, de concours… »

➜ À voir aussi : Confinement : lâcher les écrans pendant les vacances (et même après)