Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Plan Etudiants et mise en place d'un parcours p...

Plan Etudiants et mise en place d'un parcours personnalisé

Le plan réformant l’accès et la réussite dans l’enseignement supérieur prévoit notamment une grande refonte de la licence, qui va devenir personnalisable et sur-mesure, avec une organisation articulée autour de la progression personnelle de l’étudiant plutôt qu’autour d’un parcours ‘type’ se déroulant nécessairement sur trois ans.

Publié le 28 Décembre 2017 à 10h00 | | 0 avis

Plan Etudiants et mise en place d'un parcours personnalisé

 

Avec son ambitieux Plan Etudiants, le Gouvernement entend apporter de nombreux changements et plusieurs gros bouleversements dans la procédure d’admission dans l’enseignement supérieur. La raison d’un tel engagement s’explique aisément : le taux de réussite en fin de première année de licence est insuffisant ! Seulement 40,1 % des étudiants inscrits en licence passent en deuxième année, selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. En parallèle, le taux d’abandon de la scolarité à l’université à l’issue de cette première année est très élevé. Il touche 20 % des bacheliers généraux, 50 % des bacheliers technologiques et 60 % des bacheliers professionnels !

Pour y remédier, le gouvernement a décidé de miser sur la personnalisation des parcours en parallèle de la mise en place de la plateforme Parcoursup. « La personnalisation des parcours sera bel et bien la règle. Des solutions pédagogiques concrètes seront construites pour ceux qui ont besoin de plus d’aide, afin d’atteindre leurs objectifs, ainsi que pour ceux qui ont besoin de ‘connaître leur savoir’ : le droit à hésiter, à changer d’avis ou de direction sera pleinement reconnu et encadré désormais », insiste Frédéric Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

 

Adapter l’enseignement pour la réussite de chaque étudiant

Afin de mieux tenir compte de la diversité des nouveaux bacheliers (séries de baccalauréats, parcours, objectifs professionnels…), il est indispensable de renforcer l’accompagnement en fonction des besoins de chacun et de construire des parcours ‘sur-mesure’, intégrant notamment le numérique, et au plus près des aspirations et des situations individuelles. Actuellement, le système d’accès généralisé à l’enseignement supérieur n’intègre pas cette dimension d’accompagnement, ce qui pèse forcément sur les chances de réussite des étudiants. Par ailleurs, le passage du lycée, et de son environnement encore fortement encadré, à l’enseignement supérieur, davantage basé sur l’autonomie des étudiants, laisse aussi bien souvent de côté ceux qui ont besoin d’être accompagnés.

Enfin, la découverte de la réalité de ce qu’est véritablement l’enseignement supérieur désoriente certains étudiants dans des disciplines jamais étudiées au lycée (droit, psychologie, médecine…), illustrant l’insuffisante articulation du lycée et du supérieur. Par conséquent, outre le renforcement de l’orientation et la refonte de l’accès à l’enseignement supérieur, le Gouvernement a décidé de revoir l’organisation même des cursus, dès la rentrée 2018. Le Plan Etudiants prévoit ainsi que les nouveaux étudiants accéderont à une licence transformée, personnalisée et modulable, qui prendra mieux en compte leur parcours, leurs aspirations et qui pourra être plus professionnalisante. Ces parcours sur-mesure seront proposés par les établissements sous la responsabilité d’un directeur des études, dans le cadre d’un ‘contrat de réussite pédagogique’.

 

Une nouvelle licence personnalisée et même sur-mesure

Cette personnalisation des parcours s’inspirera d’initiatives ayant fait leurs preuves, un peu partout sur le territoire : une organisation de la formation articulée autour de la progression personnelle de l’étudiant plutôt qu’autour de parcours ‘type’, nécessairement en trois ans. Les établissement, selon leur projet et dans le cadre de l’offre de formation qui sera proposée par l’Etat, pourront offrir aux étudiants différentes possibilités : une remise à niveau à l’entrée à l’université, des cursus pluridisciplinaires, des cursus ‘autonomie’ pour les étudiants souhaitant des enseignements hybrides en présentiel et à distance ou des cursus ‘accompagnés’ pour ceux qui demandent davantage de présentiel, des cursus ‘accélérés’ pour ceux qui souhaitent faire leur licence en deux ans, ou encore des cursus ‘progressifs’ pour les étudiants voulant consolider leur progression. Les universités proposeront ainsi aux étudiants des parcours adaptés à leurs profils. Dans tous les cas, l’étudiant sera bien inscrit administrativement dans la filière qu’il a demandée, et ses droits sociaux seront garantis sur la base de ces contrats pédagogiques. Les diplômes nationaux seront délivrés en adéquation avec les connaissances et les compétences acquises durant les parcours, sur la base des crédits d’enseignement acquis.

 

Un accompagnement renforcé pour un suivi personnalisé

La modulation des cursus ira de pair avec une évolution de la pédagogie également. Toutes les nouvelles formes de pédagogie seront encouragées (pédagogie par projet, pédagogie inversée, enseignement par les pairs…), sans nécessairement se substituer à celles utilisées aujourd’hui. Ces nouvelles formes pédagogiques devront notamment développer l’apprentissage par l’expérimentation, faire de l’étudiant un acteur de son propre enseignement… Enfin, les outils numériques seront sollicités afin de développer un apprentissage différencié et progressif.

 

Julien Pompey

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis