Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Parcoursup remplace la plateforme d'orientation...

Parcoursup remplace la plateforme d'orientation APB - DIRECT

La Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal a dévoilé ce matin, mardi 21 novembre 2017, sur Europe 1 le nom de la nouvelle plateforme APB qui ouvrira le 15 janvier 2018 : "Parcoursup". Cette plateforme d'orientation et de réussite mettra en adéquation la diversité des profils des bacheliers et la diversité des parcours. digiSchool t’en dit plus sur ce nouveau dispositif.

Publié le 21 Novembre 2017 à 09h56 | | 0 avis

Parcoursup remplace la plateforme d'orientation APB - DIRECT

Après avoir cristallisé de nombreuses critiques cet été suite aux failles du processus d’affectation à l'université, la plateforme admission post-bac (APB) est définitivement oubliée. Elle avait déjà été enterrée fin octobre 2017 au moment de la présentation du "Plan Etudiants" par le gouvernement qui visait notamment à supprimer le tirage au sort dans les filières en tension et réduire l'échec en première année à l'université.

Les propositions de cette réforme avaient d'ailleurs été globalement bien accuellies par les lycéens et les étudiants. Les résultats de l'étude Opinion Way pour digiSchool révélaient en effet que les jeunes plebiscitaient le projet du gouvernement. A titre d'exemples, 85% des Terminales se disaient, en octobre, favorables à la désignation de deux professeurs principaux par classe pour accompagner les élèves et les aider à formuler leur projet d’étude et 84% des Terminales étaient favorables à la modification du calendrier APB pour que les bacheliers n'accumulent pas la pression liée au Bac et celle liée à leur choix d'orientation. 

La Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, détaillait donc ce matin au micro d’Europe 1 la nouvelle plateforme d'admission post-bac "Parcoursup". Cette annonce précède la présentation en Conseil des ministres de son projet de loi sur l'accès à l'université qui concerne quelques 800 000 candidats qui se connecteront dès le 15 janvier 2018 sur Parcoursup et non plus sur APB pour choisir leur orientation post-bac.

 

 

"Parcoursup" est le nom choisi par les internautes pour remplacer "APB"

Le nom Parcoursup est issu d’une consultation en ligne lancé du 17 au 19 novembre 2017 sur le site http://quandjepasselebac.education.fr/votez/. Les lycéens, les étudiants et leurs parents étaient invités à choisir parmi 5 propositions faites par le ministère de l’Enseignement supérieur : « Parcoursup », « Devenir étudiant », « Mes études post-bac », « Réussir sup » et « Parcours étudiant ».

« J’aime bien la notion de “parcours” parce que ça veut dire que les étudiants ont bien compris ce qu’on était en train de préparer pour leur réussite », a commenté Frédérique Vidal sur la radio Europe 1 ce matin. "Notre objectif c'est qu'à la rentrée prochaine nous soyons en capacité d'accueillir tous les bacheliers à l'université", a dit La Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

 

Parcoursup : qu’est ce qui change par rapport à APB ?

Tout d'abord, sur la plateforme Parcoursup, les bacheliers pourront faire 10 voeux maximum, contre 24 auparavant sur la plateforme admission post-bac.

Voici trois autres phrases, prononcées par Frédérique Vidal, qu’il faut retenir sur cette nouvelle plateforme Parcoursup :

Si le projet de loi ne mentionne à aucun moment les mots "sélection", "prérequis" ou même "attendus", il convient de souligner que désormais, l'inscription dans une formation en licence générale pourra "être subordonnée à l'acceptation, par le candidat, du bénéfice des dispositifs d'accompagnement pédagogiques ou du parcours de formation personnalisé proposés par l'établissement pour favoriser sa réussite".

"L'élève aura toujours le dernier mot dans le choix de sa filière mais devra faire confiance à l'université et aux enseignants sur le chemin à parcourir pour le parcours qu'il souhaite obtenir"

Enfin La Ministre de l’Enseignement Supérieur a admis qu'une université pourrait décider de ne pas accepter un étudiant si le nombre de demandes excédaient toujours les capacités, "malgré le nombre de places qu'on va ouvrir dans les établissements et malgré les différents dispositifs pour accueillir les étudiants dans les filières en tension".

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis