Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Écoles d'ingénieurs : comment faire son choix ?

Écoles d'ingénieurs : comment faire son choix ?

Les premiers résultats de Parcoursup tombent le 15 mai. Pour ceux qui se retrouveront avec un choix difficile entre plusieurs écoles, voici les bonnes questions à te poser.

Publié le 29 Avril 2019 à 11h05 | | 0 avis

Écoles d'ingénieurs : comment faire son choix ?

Bravo, plusieurs écoles d’ingénieurs t’ont dit oui. Le plus dur semble fait, mais il reste une étape cruciale avant de t’inscrire officiellement : choisir LA bonne école. Pour certains, c’est une évidence, pour d’autres, le casse-tête commence. Voici donc une liste de huit questions à te poser, avant de trancher.

1/ L’école est-elle bien une « école d’ingénieurs » ?

Attention, certaines écoles privées se revendiquent « d’ingénierie » et ne sont pas des écoles d’ingénieurs à proprement parler. Pour se déclarer comme tel, l’école doit disposer d’une habilitation de la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), qui assure la qualité de la formation et des débouchés de l’établissement.

Pour avoir un véritable diplôme d’ingénieur, il faut donc sortir d’une des 201 écoles d’ingénieurs habilitées par cet organisme national d’audit. « Un label ‘diplôme d’ingénieur contrôlé par l’État’ est apposé sur Parcoursup. Et si l’on a le moindre doute, on va sur le site de l’école et celui de la CTI », recommande Emmanuel Perrin, directeur de Polytech Lyon, également en charge du groupe de travail sur la réforme du bac à la CDEFI (Conférence des directeurs d’écoles françaises d’ingénieurs).

2/ Quelles sont les spécialisations et options dans chaque école ?

Si tu as déjà une idée, même vague, de ce que tu veux faire plus tard, vérifie bien que l’école dispose de cette spécialisation. « Cela demande de se projeter un peu, mais il faut regarder les options et spécialités proposées par les différents établissements ». Par exemple, dans le réseau des Universités de technologie, nous avons de la biologie, ce que n’ont pas nos collègues de l’UTT et de l’UTBM. Et inversement avec d’autres options », explique Etienne Arnoult, directeur de la formation de l’UTC (Université de technologie de Compiègne).

Tu dois aussi se demander si tu préfères une école assez généraliste ou une déjà spécialisée. « Pour le savoir, il est possible de se rendre sur le site de la CTI, qui répertorie tous les diplômes accrédités et leurs spécialisations, ainsi que de nombreuses données sur les formations. Cela permet de trouver l’école qui corresponde à la personne », suggère Constantin Foreau, président du Bureau national des élèves ingénieurs (BNEI) et lui-même élève à l’INSA Centre-Val-de-Loire. Il conseille également, en cas d’hésitation entre deux écoles assez similaires, de jeter un coup d’œil aux maquettes pédagogiques, pour se faire une idée des cours et pour mieux se projeter.

3/ Faut-il regarder les classements ?

Il en existe plusieurs dans la presse française. Et s’ils peuvent être de bonnes sources d’information, les classements ne doivent pas être ton unique critère de choix. « Ils permettent de donner une bonne photographie globale de l’école, avec des critères académiques, sur la recherche, l’insertion… Mais ils ont beaucoup de caractéristiques, dont certaines ne sont pas en lien avec le projet professionnel du futur étudiant. Il faut donc rester prudents en les consultant », estime Emmanuel Perrin, de Polytech Lyon.

Consulter les classements, en tirer des informations sur les écoles, oui. Ne se pencher que sur le rang de l’école et ne prendre que ce critère en compte dans son choix : ce serait dommage.

➜ Voir la rubrique : Ingénieur au féminin

 

4/ Dans quelle école vais-je davantage me plaire ?

Pour le savoir, le mieux est de poser la question directement aux étudiants dans les établissements. Tu peux facilement les contacter, via les réseaux sociaux, lors de journées portes ouvertes ou de salons, ou comme nous le suggère Constantin Foreau, de passer par le BNE. « Quand un jeune parle avec un autre jeune du même âge ou presque, le discours est complètement différent par rapport à un professeur. On peut poser toutes les questions hors cursus : trouver un logement, s’amuser en dehors des cours, découvrir l’environnement… D’ailleurs Parcoursup impose un référent étudiant disponible. N’hésitez pas à le contacter », déclare Etienne Arnoult, de l’UTC.

En somme, rien de tel que d’échanger avec les étudiants pour glaner des infos.

5/ Quels sont les partenaires à l’international de chaque école ?

Si tu as des envies d’ailleurs, jeter un coup d’oeil à la page « international » du site des écoles peut aussi constituer un bon critère de choix. « On peut toujours partir sans partenariat, mais c’est beaucoup plus simple lorsqu’il y a déjà un cadre, une convention entre les établissements, surtout lorsque l’on va loin. Cela évite aussi de payer des frais de scolarité plein pot ! », propose Etienne Arnoult, de l’UTC.

Toutes les écoles d’ingénieurs permettent aux élèves de partir, mais certaines ont des partenaires plus nombreux, dans des pays différents, ou avec des universités plus ou moins cotées. À toi de te renseigner si cela te semble important. Cela peut être un critère pour trancher. Constantin Foreau, du BNEI, acquiesce. « Certaines écoles proposent davantage de possibilités en Asie, en Afrique, ou en Amérique, selon leurs activités et leurs liens », ajoute-t-il.

6 / L’école propose-t-elle des double-diplômes qui m’intéressent ?

Même si ce choix intervient plus tard dans la scolarité, le fait de réaliser un double-diplôme permet de multiplier les compétences. Et tu as envie d’élargir ton profil à l’issue de l’école d’ingénieurs (par exemple lors d’un double cursus avec une busines school), autant choisir un établissement qui dispose de solides partenariats. « Il est important que les jeunes voient qu’il existe une variété de formations dans l’école de leur choix, qu’ils ne s’y sentent pas piégés. Que ce soit avec un double diplôme avec une université/école en France, un master de recherche, ou un établissement étranger, le fait d’avoir ces options est un plus », précise Didier Degny, directeur des études de l’ESIEE Paris.

Architecture, design, business, droit, journalisme, sciences sociales… Ou compétences complémentaires en sciences. Les possibilités sont nombreuses. À toi de choisir l’école qui ne te fermera aucune porte !

➜ À voir aussi : Un double diplôme, qu'est-ce que c'est ?

 

7/ Les associations et clubs étudiants sont-ils dynamiques ?

On parle beaucoup des cours, mais la vie étudiante est aussi très importante dans le quotidien d’un élève ingénieur ! « Regardez la vie associative et sportive que propose l’école, les possibilités qui sont offertes. Toutes les écoles n’ont pas le même niveau d’équipements ou d’offres en la matière. De façon générale, les clubs et associations ont tous leur propre site web et des pages sur les réseaux sociaux, vous pouvez facilement avoir une bonne vision de ce qui est proposé », détaille Didier Degny, de l’ESIEE Paris.

Forcément, ce n’est pas le BNEI qui va contredire cela.Témoignage du président : « La vie étudiante permet d’acquérir des compétences et des connaissances autres. N’hésitez pas à contacter les BDE via leur Facebook. Il est important de se rendre compte de l’état d’esprit des élèves de l’écoles, voir leurs relations entre eux, avec les enseignants, pour faire un choix en pleine conscience ». Alors, à vos mails et MP !

8 / Et si j’ai regardé déjà tout cela, mais j’hésite toujours ?

Il est possible de trancher sur d’autres critères, qui peuvent paraître secondaires, mais qui prennent toute leur importance. « Par exemple l’environnement de l’école, comment s’y rendre en transport. Si l’école dispose d’une résidence universitaire, aussi, cela peut être un élément important ! Et enfin, tu peux regarder si elle a des projets d’avenir, des perspectives stratégiques de développement. Par exemple, si elle ouvre de nouvelles formations, des campus dans d’autres régions ou pays, si elle développe de nouveaux partenariats », suggère Didier Degny, de l’ESIEE.

Dernier point de vigilance : la localisation. « Certaines veulent Paris, d’autres non. Certains préfèrent une petite ou une grande ville, cela dépend de chacun ! La taille et l’emplacement du campus peut être aussi un critère, selon les envies de chacun », conclut Constantin Foreau, du BNEI.

Avec toutes ces pistes de réflexion, il ne te reste qu’à prendre la bonne décision, pour trouver l’école parfaite pour toi !

Par Laura Makary