Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

80% des étudiants se trompent dans leur orient...

80% des étudiants se trompent dans leur orientation

Le réseau de conseil en orientation tonavenir.net annonce un constat alarmant. Ce serait 80% des étudiants qui jugent s'être trompés dans leur orientation. Selon la dirigeante de la plateforme, Sophie Laborde-Balen, la principale cause de ces problèmes viendraient de la période collège-lycée.

Publié le 01 Février 2016 à 17h15 | | 2 avis

80% des étudiants se trompent dans leur orientation

Selon les derniers chiffres de la plateforme tonavenir.net, 80% des étudiants ne se sentiraient pas à leur place en terme d’orientation scolaire. Face à ce constat alarmant, la dirigeante et fondatrice du réseau, Sophie Laborde-Balen, livre un témoignage pour expliquer ce phénomène.  

En parallèle, les résultats d'une étude menée par le Ministère de l'Éducation et de la Recherche montre que parmi les 52% d’étudiants de première année d’université qui ne poursuivent pas en 2ème année, ce sont 30% qui redoublent, 16% qui se réorientent et 6% qui abandonnent leurs études.

Cette situation est-elle le reflet du problème principal en terme d’orientation scolaire dans notre pays?

Oui, en France, seulement un élève sur cinq titulaire du baccalauréat est à sa place : entre ceux qui n'ont pas d'idées précises sur leur orientation et ceux qui savent ce qu'ils veulent faire mais ne s'orientent pas vers la bonne structure d'enseignement, 80 % des élèves sont 'flottants', telle est l'expérience des 17 conseillers et conseillères Tonavenir.net.

 

Les jeunes sûrs de leur choix d’avenir sont-ils mieux préparés?

Pas forcément. Même lorsqu'ils savent pour quel métier bat leur cœur, il est important de mettre en garde le jeune et sa famille afin qu'ils anticipent les « fausses routes ». Les élèves ne sont pas toujours allés au bout de la démarche quant à leur motivation profonde, ils n'ont pas toujours cerné l'adéquation entre leur personnalité et le type de structure qui leur conviendrait mais également la représentation qu'ils se font d'un métier - et des études pour y parvenir... Tout le monde n'est pas fait pour travailler en autonomie extrême sur les bancs d'une faculté ! Mettre tous ces paramètres en lumière permet de gagner du temps... et de l'argent : les conseillères et conseillers de tonavenir.net accompagnent les familles dans ces aiguillages.

➜ À voir aussi : L'orientation et les voeux post-bac facilités avec tonavenir.net

 

Quel est le problème dans la mauvaise orientation des collégiens et lycéens?

Notre expérience nous montre que dans l'accompagnement des élèves, il est peu fait cas de l'adéquation entre le profil du jeune et la voie qu'il a choisie. D'une part, il ne relève pas des compétences des professeurs de connaître les filières. Légitimement leur avis est académique et se base essentiellement sur les notes. D'autre part, les conseillères et conseillers d'orientation dans les établissements sont bien souvent en sous-effectif pour pouvoir dispenser des conseils sur-mesure et personnaliser à tous les jeunes - quand ces derniers arrivent jusqu'à leur porte, car les consultations sont volontaires... Ainsi, nombreux sont ceux qui passent à travers les mailles du filet au risque de perdre une année !  

 

 

Que conseillez-vous aux familles pour aider les jeunes à trouver la place qui leur correspond vraiment?  

Le maître mot est l'anticipation : dès le premier trimestre, notamment lors des trois moments cruciaux dans l'orientation au collège et lycée, à savoir la 3ème, 2nde et la terminale. TonAvenir.net conseille de vérifier plusieurs aspects en amont :

  • l'intérêt réel de l'étudiant pour la matière : s'assurer que l'idée que l'on se fait du métier et des études est juste. Par exemple, le droit, non enseigné au lycée, reste très abstrait. Attention à ce que le prestige du cursus ne prévale pas sur le contenu de l'enseignement.  
  • la motivation : médecine est l'exemple le plus parlant. C'est un rêve qui se réalise, mais au prix d'une capacité de travail énorme. Suis-je fait ou faite pour cela ? sera la question cruciale. Qui n'est pas en 6ème vitesse dès le début, sera perdu en octobre-novembre...
  • les débouchés du métier : il est important de considérer cet aspect, d'autant plus si le choix n'est pas encore arrêté. Aujourd'hui nous préfèrerons par exemple orienter un étudiant vers de la biochimie que vers des études de chimie.
  • les raccourcis trompeurs : les élèves et leurs parents pensent souvent qu'un bac S ouvre toutes les portes, mais un mauvais bac S n'en ouvre aucune... 

 

Comment l’étudiant doit-il réagir lorsqu’il se rend compte dès le premier trimestre qu’il a fait fausse route?  

Réagir le plus rapidement possible pour se réorienter au mieux. Par exemple, si les premiers partiels ne sont pas bons, TonAvenir.net aide les étudiants à trouver d'autres solutions répondant à leurs aspirations. Pour un étudiant en médecine, une autre voie dans le domaine de la santé, mais demandant moins de sacrifices, pourra être proposée.

➜ À voir aussi : Comment se réorienter avec APB ?

Les avis sur cet article
orientator

20 / 20

Bonjour Comment a été estimé ce chiffre de 80% svp ? (modalité de l'étude, panel...) Merci bcp
Par

orientator

- le 22 Septembre 13h15
prof

20 / 20

Normal, vu qu'on pousse tout le monde vers le lycée général...
Par

prof

- le 03 Février 16h36
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis