Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Réviser la littérature au dernier moment : t...

Réviser la littérature au dernier moment : tout ce qu'il faut savoir sur les oeuvres au programme

L'épreuve de littérature c'est demain ! Si vous n'avez pas assez révisé ou que vous ne vous sentez pas encore prêt, ne vous inquiétez pas. La rédaction vous aide dans vos révisions.

Publié le 20 Juin 2018 à 18h00 | | 0 avis

Réviser la littérature au dernier moment : tout ce qu'il faut savoir sur les oeuvres au programme

 

La Princesse de Montpensier de Madame de La Fayette, la nouvelle et le film

Voici quelques pistes de réflexion concernant ces œuvres, nous partirons du principe que vous les avez lus donc nous ne ferons pas de résumé. La Princesse de Montpensier est une nouvelle écrite par Madame de La Fayette et publiée en 1662. Il faut donner le contexte : à cette époque, le public se détourne des longs récits épiques improbables et préfère les récits courts réalistes. L'idée est de dépeindre les mœurs humaines. La nouvelle est historique, l'histoire se passe un siècle avant la publication, en pleine guerres de religions. L'Histoire est surtout au service du récit : la guerre est comparée aux passions, qui, comme elle, apportent le désordre. Dans la nouvelle, il y a un respect des règles classiques, avec une unité d'action et un respect de la bienséance : il n'y a pas de scène de guerre ou de violence. A cause de la passion, Marie se détourne de son époux, le prince de Montpensier, et tombe amoureuse d'Henri de Guise. Les lecteurs du XVIIème se demandent si la princesse est la victime d'un bel amour impossible ou si c'est une femme adultère coupable. Ils sont partagés. La dernière phrase de l'oeuvre, « On est bien faible quand on est amoureux.» montre que Mme de La Fayette penche plutôt pour la seconde interprétation. Elle laisse le lecteur dans le flou d'un point de vue éthique, jusqu'à la fin où elle donne la morale : Marie aurait dû faire preuve de vertu et de soumission.

La nouvelle critique aussi l'hubris de Marie de Montpensier. Celle-ci se croit au-dessus des règles sociales et religieuses en trompant son mari. C'est un acte de démesure et d'orgueil. C'est un aspect important qui se retrouve dans le film puisque la mère de l'héroïne dit « Reprenez-vous, orgueilleuse ». Le film de Bertrand Tavernier, réalisé en 2010, applaudit l'attitude de la princesse, il soutient la transgression des règles. Il est en cela un produit de son époque. Il condamne cette société qui force une femme à la résignation d'un mariage sans amour. Là où Madame de Lafayette ne s'attarde pas sur le mariage forcé de Marie avec Philippe de Montpensier, Tavernier y passe vingt minutes. Le père de l’héroïne y force sa fille à coup de gifles. La nuit de noces, en public, pour vérifier la virginité de l'épouse, est affreuse. La scène où la princesse couche avec Henri de façon consentie avec Henri lui fait écho, mais c'est un contraste : là elle est heureuse à ce moment-là. C'est une glorification du consentement. Le film passe aussi beaucoup de temps sur l'éducation de Marie par Chabannes. La princesse regrette d'être ignorante parce que certains sujets sont réservés aux hommes, elle a soif de connaissances. En ce sens, le film est féministe.

➜ À voir aussi : Les trucs pour réviser l'anglais au dernier moment

 

Les Faux-Monnayeurs d'André Gide

L'autre œuvre au programme, c'est Les Faux-monnayeurs ainsi que sa sa genèse Journal des Faux-Monnayeurs. C'est une œuvre complexe, non-linéaire, où les intrigues s'enchevêtrent. Gide casse les codes du roman. Les genres narratifs sont multiples, journal intime, lettre etc. Il arrive même que le narrateur s'adresse au lecteur. Gide souhaite libérer la littérature de son carcan, et montrer les limites du roman traditionnel (qu'il appelle dans son journal «le roman pur»), ainsi que son échec à décrire le monde. Il écrit  dans son journal qu'il ne veut pas de lecteur fainéant. Pour vraiment comprendre son œuvre, il faut la lire et la relire. Son titre Les Faux-Monnayeurs  fait référence à un fait divers de l'époque : des anarchistes faisaient circuler de la fausse monnaie, mais ils en reversaient une partie aux nécessiteux. Derrière une apparence de délit, il y avait un bienfait. Ici, Gide regarde les vérités derrière les apparences. Dans toute son œuvre, il a un rapport particulier à la vérité.

L'amour tient une grande place dans ce roman. Gide s’intéresse à la « décristallisation » de l'amour. Stendhal ,dans De l'amour,  parle de cristallisation pour expliquer la naissance du sentiment amoureux. Gide s’intéresse à sa disparition. Les vieux couples sont symboliques de cette décristallisation. On peut se demander si madame Vedel est toujours aimée, puisque son mari ne s'occupe que de religion. Le couple La Pérouse est détruit par l'arrivé des enfants. Rachel est amoureuse d'Edouard mais ça n'est pas réciproque. L'amour entre Vincent et Lady Griffith tourne à la haine, et finira par un meurtre. Olivier et Edouard sont le seul couple heureux. L'amour hétérosexuel est voué à l'échec pour Gide. Ce rejet du couple hétérosexuel entraine un rejet de la famille traditionnelle. Ces familles dans le roman, les Vedel et les La Pérouse vivent dans le mensonge. Il y a une mise en avant d'un certain individualisme, Gide le disait lui-même dans son journal « Je vois chacun de mes héros, vous l’avouerais-je, fils uniques, célibataires et sans enfant ». Ce sont des personnes extérieures à la famille qui font l'éducation des héros, elle se passe dans les relations entre jeunes adolescents et hommes mûrs. On sait que Gide était un promoteur de la pédérastie.

➜ Voir le dossier : Bac 2018 : toutes les infos !