Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Pourquoi le bac existe-t-il ?

Pourquoi le bac existe-t-il ?

Le diplôme du bac est une institution, et la semaine d’épreuves passée par les Terminales fait chaque année l’objet de nombreux commentaires. Si certains se posent la question de son utilité à l’heure actuelle, bien peu semblent s’interroger sur la raison pour laquelle le bac existe en France. Cet article va tenter de répondre à la question !

Publié le 20 Juin 2018 à 14h31 | | 0 avis

Pourquoi le bac existe-t-il ?

Officiellement, le bac existe depuis un peu plus de deux siècles. Eh oui, deux cents ans et des poussières que les lycéens planchent sur leurs copies de bac à la fin de l’année ! On doit la première forme de cet examen à Napoléon Bonaparte qui, en 1808, a réorganisé le baccalauréat en cinq disciplines, et a créé les grades de licence et de doctorat par la même occasion. Même si on retrouve la trace d’obscurs baccalauréats au Moyen-Age (dès le XIIIème siècle notamment), la première forme du bac tel qu’on le connaît aujourd'hui a été instaurée par le premier empereur français. Le premier examen officiel a eu lieu en 1809. Ceci ne nous dit toujours pas pourquoi le bac existe.

➜ À voir aussi : [EN DIRECT] Bac, jour 3 : le sujet corrigé de Sciences est disponible !

 

Le bac, un examen auxquels les Français restent attachés

Comme la baguette de pain, la charcuterie ou la tour Eiffel, le baccalauréat fait partie de ces institutions auxquelles les Français tiennent.

Le but premier du bac tel que Napoléon l’a conçu au XIXème siècle, c’est de servir de passeport pour entrer dans les facultés. On le voit, l’essence du bac n’a pas vraiment changé depuis deux siècles. Selon un sondage Elabe paru en 2017, 81% des Français estiment que le bac est indispensable pour la poursuite des études. Ils sont aussi 47% à penser que ce diplôme est nécessaire pour entrer sur le marché du travail, et qu’il prépare bien l’entrée dans l’enseignement supérieur. Mais cela se vérifie-t-il vraiment ? Depuis quelques années, l’utilité réelle du bac fait débat. Certains affirment qu’il serait bradé, d’autres que le bac aurait grandement perdu de sa valeur.

➜ Voir le dossier : Bac 2018 : toutes les infos !

 

Le bac est-il encore utile en 2018 ?

Avant d’entamer mes recherches pour rédiger cet article, j’ai d’abord sondé la rédaction de digiSchool, afin de connaître son avis sur le bac. Pourquoi cet examen existe-t-il, et peut-on vraiment dire qu’il sert encore à quelque chose ? Pour Julia, le bac existe « parce qu'il faut bien avoir une base de connaissances (même si tu les oublies ensuite, certes) ». Axel, de son côté, ajoute : « C'est vrai que sans le bac tu ne fais rien, mais avec tu ne fais pas grand-chose non plus, vu sa valeur ». Et sa réponse résume bien tout le paradoxe qu’est devenu le bac : une institution, certes, mais qui a considérablement perdu de son prestige au fil du temps.

Les détracteurs du bac affirment que le bac serait « donné ». Voyons les chiffres. Selon le site du ministère de l'Education nationale, en 2017, 87,9% des candidats au bac ont été admis sur la France entière. Ils sont 90,7% de candidats au bac général à l’avoir obtenu. Un bon argument pour les détracteurs du bac : il serait donné à « presque » tout le monde… ou en tout cas à une écrasante majorité de candidats. Un article paru lundi sur le site du Parisien résume assez bien les positions des opposants au baccalauréat et de ceux qui le soutiennent. Pour les premiers, le niveau des lycéens serait insuffisant par rapport à ce qu’on attend d’eux à l’entrée à l’université, et les correcteurs du bac seraient amenés à être indulgents. Pour les seconds, la notation de l'examen obéit à des critères précis, et les programmes donnés aux lycéens sont extrêmement denses. Les deux parties reconnaissent cependant que le bac est un symbole fort, et qu’il doit continuer à exister.

➜ À voir aussi : Bac 2018 : en série S, des sujets de secours distribués suite à des rumeurs de fuite

Symbole, fierté de la nation, tradition… le bac est tout cela à la fois. Mais est-il encore utile ? Si certaines formations sont accessibles sans le bac, l’examen reste LE sésame pour rentrer à la fac, n’est-ce pas ? Eh bien… plus vraiment. Un article de Diplomeo paru l’an dernier informe de façon limpide ses lecteurs qui voudraient intégrer l’université sans avoir validé le précieux diplôme. Car la chose est possible, et de plusieurs façons. Dès 17 ans, la capacité en droit permet ainsi de poursuivre des études supérieures dans le domaine du droit, de s'inscrire en licence ou de rejoindre des DUT. Quant au DAEU (Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires), il permet de se préparer, pendant un an, à intégrer les études littéraires ou scientifiques. Il est accessible aux jeunes âgés de 24 ans minimum, ou aux jeunes de 20 qui ont validé deux ans d’expérience professionnelle. Après avoir passé le DAEU ou la capacité en droit, il est tout à fait possible d’intégrer un bachelor, un DUT, une licence classique… et de suivre un parcours post-bac aussi long et prestigieux que n'importe qui.

La question de la raison d’être du bac et de son utilité risque encore de faire couler beaucoup d’encre, et d’alimenter les conversations. D’ici là, la réforme du bac sera mise en application en 2021 : à quoi ressemblera cette nouvelle version ? Affaire à suivre.