Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#BAC 2020 : Les réponses aux questions les plus posées

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Lycée sous contrat et lycée hors contrat : qu...

Lycée sous contrat et lycée hors contrat : quelles sont les différences ?

Suite aux annonces concernant l'application du contrôle continu pour le Bac 2020, la question des modalités d'examen pour les élèves des lycées hors contrat et sous contrat a été soulevée. Mais concrètement, quelles sont les différences entre ces deux types d'établissement ?

Publié le 07 Avril 2020 à 14h28 | | 0 avis

Lycée sous contrat et lycée hors contrat : quelles sont les différences ?

Les lycées privés sous contrat

Lorsqu’un lycée privé est dit “sous contrat”, cela signifie que certains accords ont été signés avec l’Etat, afin d’obtenir des subventions de sa part. En contrepartie, le lycée doit garantir certains engagements, dont celui d’assurer “une mission de service public”, autrement dit de donner un enseignement semblable à celui donné dans les lycées publics, en suivant notamment les programmes de l’Education nationale.

A la différence d'un lycée public où la scolarité est gratuite et accessible à tous, des frais de scolarité sont demandés dans les lycées privés et une sélection pour y entrer est effectuée. Les lycées privés sont réputés pour garantir un suivi et un encadrement (matériel et pédagogique) renforcé des élèves. Les diplômes validés dans ces établissements sont reconnus par l’Etat (brevet, bac, BTS par exemple).

➜ À voir aussi : Comment passer le bac en candidat libre ?

Les lycées privés hors contrat

Les lycées privés hors contrat sont quant à eux totalement autonomes financièrement. Ce sont des entreprises privées ou des associations, qui ne touchent pas de subventions de l'Etat. Les principales sources de financement de ces lycées sont les frais d’inscriptions payés par les élèves et leur famille ainsi que les dons versés par des mécènes et particuliers.

Si les établissements privés hors contrat ne sont pas reconnus par l’Etat, c’est parce qu’ils sont libres d'appliquer leurs propres pédagogies et qu'ils n'ont pas l'obligation de suivre les programmes de l'Education Nationale.

Chaque établissement aménage donc ses propres horaires et ses propres méthodes de travail et de suivi pédagogique (avec ou non un livret d'évaluation ou un livret scolaire). Le contenu des cours peut grandement différer d’un lycée hors contrat à un autre, et sont plus ou moins éloignés du programme classique.

Néanmoins, un “socle commun de connaissances” doit être acquis par tous les élèves de ces lycées. Ce socle comprend des notions essentielles recommandées par l’Etat permettant aux élèves d’être en mesure de pouvoir valider les diplômes nationaux, dont le baccalauréat, auquel les élèves de ces lycées doivent s'inscrire en tant que candidat libre.

A noter qu’un élève souhaitant passer d’un cursus en établissement hors contrat vers un établissement public ou sous-contrat sera « généralement obligé de passer des tests avant d'y être intégré » précise le site du service-public.

➜ À voir aussi : Réforme du bac : comment la note du contrôle continu sera-t-elle calculée pour les candidats libres ?