Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les filières L, ES et S auront-elles bientôt ...

Les filières L, ES et S auront-elles bientôt disparu du lycée ?

C’est l’annonce qui va probablement faire beaucoup parler au cours des prochaines semaines : le ministère de l’Education nationale lance un chantier de réforme du bac. Objectif : réorganiser le lycée pour obtenir une nouvelle version du bac en 2021.

Publié le 03 Novembre 2017 à 17h25 | | 1 avis

Les filières L, ES et S auront-elles bientôt disparu du lycée ?

C’est le site du Figaro qui a publié l’information : le gouvernement lance une refonte progressive du lycée, qui s’étalera sur les trois prochaines années. A la tête de cette mission : Pierre Mathiot, qui a été directeur de Sciences Po Lille. Ce dernier débute dans une dizaine de jours une série de rencontres avec toutes les parties impliquées dans cette réforme. Avec son équipe, il devra présenter un rapport en janvier prochain. Mais que sait-on au juste de la réforme du lycée ? Selon le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer (interviewé par Le Figaro), il s’agit avant tout d’obtenir un baccalauréat « moins épais, plus concentré ». Et cela passe aussi par la suppression des filières.

 

 

 

 

Les séries du lycée général remplacée par un parcours à la carte

Mais l’annonce qui fait le plus couler d’encre, c’est bien entendu celle de la possible suppression des filières L, ES et S. La réforme donnerait donc lieu à une nouvelle version du lycée général. En 2021, les trois années de lycée seraient donc bâties sur des parcours à la carte, en tout cas plus souples. Le but étant, selon Pierre Mathiot, de conduire à « une relative individualisation des parcours ». Il déclare également vouloir donner de nouveaux intitulés au bac, qui seraient plus précis.

L’examen du baccalauréat pourrait également n’être composé que de quatre épreuves obligatoires. Résultat : le contrôle continu pourrait devenir beaucoup plus important. De plus, l’attribution des notes pourrait être plus sévère, sachant que certains diplômés du bac ont parfois une moyenne supérieure à 20 sur 20 à l'examen. « Un 18 doit redevenir un 18 », affirme Pierre Mathiot dans Le Figaro.

➜ À voir aussi : APB : le gouvernement annonce (entre autres) la fin du tirage au sort

 

Les différentes réactions des syndicats

Du côté des syndicats, les réactions sont plutôt hétéroclites. Jimmy Losfeld, président du syndicat étudiant de la Fage, est plutôt favorable aux mesures annoncées, mais affirme que le gouvernement doit aller « plus loin » et réclame la suppression complète du bac. Le syndicat national des lycées et collèges (Snalc) se place également en faveur des changements annoncés par le ministère.

En revanche, Claire Guéville, responsable du Snes (Syndicat des enseignements de second degré), déclare au Figaro que ces propositions ont un air de « déjà-vu », et regrette « une réforme qui se veut simplificatrice ». L’écueil à éviter, selon elle, est qu’il y ait autant de baccalauréats que de lycées, ce qui pourrait accentuer les inégalités entre les établissements. Rendez-vous en janvier 2018 pour avoir plus d'éléments.

➜ À voir aussi : 7 bonnes résolutions pour bien commencer l'année de Terminale

Les avis sur cet article
Diane de Délos

20 / 20

Pour moi en tant que lycéenne en seconde c'est une bonne idée. Actuellement on nous demande de choisir entre 3 bacs généraux qui ne représentent tellement pas le panel de métier que l'on pourrait exercer plus tard. Moi qui aimerais faire des SES ainsi que des cours en anglais en dehors des cours d'anglais me trouve piégé entre deux filières et je ne sais que choisir.
Par

Diane de Délos

- le 14 Novembre 22h49