Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Écoles de commerce post-bac : comment faire so...

Écoles de commerce post-bac : comment faire son choix ?

Les futurs bacheliers connaîtront bientôt les résultats des différents concours de business school post-bac. Pour ceux qui se retrouveront à devoir choisir entre plusieurs établissements, voici huit questions à se poser avant de trancher.

Publié le 25 Avril 2019 à 09h24 | | 0 avis

Écoles de commerce post-bac : comment faire son choix ?

1 / L’école est-elle reconnue par l’Etat ?

Face au très grand nombre de formations en management, en business et en gestion, difficile de s’y retrouver ! En cas d’hésitation, un premier gage de qualité est à connaître : le fait que le cursus soit ou non visé par l’État. Très concrètement, cela signifie que le ministère de l’Enseignement supérieur reconnaît le diplôme et lui confère une valeur nationale. Attention, c’est le diplôme qui est visé, et non l’école dans sa globalité.

C’est la Commission d’évaluation des formations et des diplômes de gestion (CEFDG) qui étudie la qualité de chaque cursus et accorde ce visa, pour une durée de six ans maximum. « Cela signifie que l’école a montré patte blanche au ministère, sur les contenus, les enseignants, le volume de cours, bref, la qualité à tous points de vue. Cela peut rassurer les étudiants ! Les diplômes visés l’affichent toujours clairement sur leurs sites. Et autre élément important : grâce au visa, l’élève pourra ensuite poursuivre ses études s’il le souhaite, en école ou à l’université», détaille Pascal Krupka, directeur du programme grande école et des bachelors de Kedge Business School.

«Vérifier que la formation est visée est essentiel, si l’on veut que ses études aient de la valeur. On peut aussi regarder si l’école est connue, si elle est régulièrement citée dans la presse, qui sont ses professeurs, dans quels domaines elle est reconnue...», complète Alessia di Domenico, directrice du BBA Edhec. Un point important donc. Si tu hésites entre deux, privilégie toujours un diplôme visé.

2 / De quelles accréditations dispose-t-elle ?

Plusieurs organismes internationaux donnent des «labels» à certaines écoles de commerce, mettant en avant leur qualité. Parmi eux : Equis, qui se penche sur l’excellence académique, l’innovation pédagogique et les liens avec les entreprises des établissements ; AACSB, qui étudie notamment le niveau académique des professeurs ; et AMBA, qui labellise les meilleurs MBA. Attention, vérifiez bien que l’école soit bien accréditée et pas seulement membre d’une association. Certaines jouent sur les mots... «Les écoles accréditées le mettent souvent en avant, comme un restaurant qui a reçu une étoile, c’est une fierté ! Cela donne du poids et une valeur complémentaire au diplôme», souligne Céline Verdriere, responsable du service recrutement de l’Ieseg.

Certaines écoles reçoivent même les trois labels, on parle alors de «triple accréditation» (ou de «triple couronne»). «Ces accréditations sont un bon baromètre de la qualité des cours, des professeurs, de la pédagogie, de la recherche, des liens avec les alumni.... Une école qui est auditée tous les cinq ans se remet forcément en question et réfléchit à ces questions», ajoute Pascal Krupka, de Kedge. Un critère de choix supplémentaire.

3 / Quelles sont les spécialités et options proposées ?

Si tu as déjà une idée de ce que tu veux faire plus tard, mieux vaut viser une école qui propose justement ces spécialisations ! Commence par étudier les différentes options et majeures que la business school offre à ses élèves, notamment en fin de parcours, cela peut déjà faire pencher la balance. «Certains cursus sont proposés en plusieurs langues, avec des double-diplômes, des possibilités de doubles compétences... Cela peut être un facteur de choix», ajoute Céline Verdriere, de l’Ieseg.

Les business schools proposent en effet souvent des double-diplômes français et internationaux.Cela peut être en ingénierie, en architecture, en design, en droit, en sciences politiques...Certaines proposent de se spécialiser dans le sport, dans le vin, dans le digital... À toi d’étudier les propositions de chacune, pour choisir celle qui sera la plus adaptée à tes envies et à ton projet professionnel !

➜ À voir aussi : Ecoles de commerce post-bac ou post-prépa : quelles différences ?

 

4 / Dois-je regarder les classements ?

Il en existe plusieurs en France et à l’international, qui disposent chacun de ses propres critères etméthodes. «Surtout, il ne faut pas les lire de façon superficielle. Mieux vaut prendre le temps de lire la méthodologie du classement, et de comprendre ce qu’il valorise, ce qui est noté et comment. Cela peut être une bonne source d’informations, mais il y a beaucoup de données et il faut bien analyser ce qui est classé», met en garde Alessia di Domenico, de l’Edhec.

Tous les classements disposent d’un encadré ou d’une page dédiée à la méthodologie, la vigilance est donc de mise. «On peut les regarder, mais il ne faut pas choisir qu’en fonction d’eux», estime quant à elle Céline Verdriere, de l’Ieseg. Pour elle, le plus important, à étudier en priorité, est celui du Financial Times. «Il montre vraiment l’envergure de l’école et la valeur qu’aura le diplôme dans le monde entier».

5 / Où se trouvent le ou les campus ?

Un critère de choix pragmatique, mais qui a son importance ! Certains viseront la capitale, d’autres préfèreront la province. Certains voudront rester dans leur région, d’autres la quitter. «Chaque école dispose de plusieurs campus. Certains pourront porter leur choix selon la localisation et la présence de l’établissement dans une ville plutôt qu’une autre», déclare Céline Verdriere, de l’Ieseg. Attention aux campus mentionnés par les écoles sur leurs sites : certains n’accueillent que des cours en formation continue. Prenez donc le temps de regarder où vous ferez vos études, si une ville vous donne plus envie qu’une autre.

À noter que certaines écoles de commerce disposent aussi de campus dans d’autres pays ! Une information importante pour les futurs bacheliers qui rêvent déjà d’ailleurs.

6 / Quels sont les partenaires de l’école à l’international ?

Justement, si tu souhaites partir à l’étranger pour un stage ou un semestre d’études, un coup d’oeil à la page «international» du site de l’école peut déclencher un coup de coeur. «Même si les partenariats peuvent évoluer au fil des années, il faut se demander si l’établissement propose suffisamment de variété. Plus l’école aura de partenaires dans des pays différents, plus le futur élève aura de choix au moment de partir», précise Alessia di Domenico, de l’Edhec.

La quantité de partenaires est importante, mais aussi la qualité de ces derniers ! «Il faut aussi aller voir si ces universités étrangères sont bien classées, bien accréditées», ajoute Pascal Krupka, de Kedge. Les grands classements internationaux (Shanghai, QS, THE) sont alors de bons alliés pour voir la reconnaissance de ces partenaires internationaux.

➜ À voir aussi : L'international, l'atout clé des études de commerce

 

7 / La vie étudiante y est-elle dynamique ?

Toutes les écoles de commerce proposent une vie étudiante à leurs étudiants. Mais en cas d’hésitation, si tu as une passion en particulier, la présence d’un club dédié à cette passion peut faire pencher la balance. La solution : regarder attentivement la liste des clubs et associations de chaque école, ou même contacter le BDE via les réseaux sociaux.
«Chaque école a ses spécificités, cela peut être un club de peinture, de vin, ou d’entrepreneuriat... Ces informations se trouvent facilement sur internet», suggère Pascal Krupka, de Kedge. Culture, arts, loisirs, sports, missions humanitaires,à toi de partir à la découverte de ces clubs.

8 / Ai-je eu un coup de coeur pendant les oraux ?

Au-delà des critères quantifiables et objectifs, le petit coup de coeur peut tout changer, pour Céline Verdiere, de l’Ieseg : «Attention, on parle du coup de coeur du lycéen, pas forcément celui des parents ! Même si c’est une décision qui se discute souvent en famille». Pascal Krupka de Kedge confirme. Les oraux sont justement le moment de voir si l’école te séduit.

«Ils permettent de prendre la température. Une étude sur les programmes grandes écoles disait que quand un candidat hésite entre des écoles très proches, une fois sur deux, il tranche selon l’ambiance ressentie lors des oraux ! Sur place, on voit les salles de classes, les infrastructures, la place pour les associations... C’est le moment pour le futur étudiant de se demander s’il se sentira bien ici, s’il pourra s’y épanouir». En somme, si tous les critères objectifs sont épuisés et que l'hésitation perdure, ce sera le petit plus qui permettra de prendre sereinement ta décision !

Par Laura Makary