Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Aurélien, officier marinier atomicien : « Ma ...

Aurélien, officier marinier atomicien : « Ma principale mission, c'est la dissuasion »

Tu as une passion pour la mécanique et l’électricité et tu rêves de naviguer sous les océans ? Le métier de technicien de conduite et de maintenance nucléaire est peut-être fait pour toi. Aurélien, officier marinier atomicien, t’en parle !

Publié le 29 Avril 2019 à 15h00 | | 0 avis

Aurélien, officier marinier atomicien : « Ma principale mission, c'est la dissuasion »

©Marine nationale

[Article rédigé en partenariat avec la Marine nationale]

La mission du technicien de conduite et de maintenance nucléaire

Aurélien est technicien de conduite et de maintenance nucléaire. Il travaille à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins. Ses spécialités ? La mécanique et l’électricité. Il contribue à la maintenance des installations et participe à la mise en œuvre du réacteur.

« La mission des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins c’est la dissuasion, explique Aurélien. Chaque sous-marinier à bord participe à l’accomplissement de cette mission à travers sa fonction. Pour ma part, lorsque je suis de quart et d’entretien, et chef de compartiment dans la zone arrière du sous-marin, je gère la sécurité et l’entretien des installations nucléaires. Travailler dans un sous-marin, c’est partir 70 jours environ, coupé du monde extérieur. »

➜ À voir aussi : Loïc, matelot machine : « Il n'y a pas de monotonie dans ce métier »

 

Comment accéder à ce métier ?

Tu dois avoir moins de 30 ans pour postuler, être de nationalité française, être déclaré physiquement et médicalement apte et savoir nager. Tu dois aussi avoir accompli ta Journée Défense et Citoyenneté (JDC).

Aurélien explique son parcours : « J’ai effectué un BEP Maintenance des systèmes mécaniques motorisés, et j’ai passé un bac pro dans la même branche. J’ai ensuite intégré la Marine pour devenir matelot, et j’ai fait mes classes à l’Ecole navale. J’ai été envoyé deux ans en campagne à Dakar. J’ai travaillé sur des bâtiments de surface, notamment des frégates anti-sous-marines. Finalement, j’ai passé le BSA APN (brevet supérieur adapté d’atomicien de propulsion navale, Ndlr) pour devenir atomicien. »

Pour devenir technicien de conduite et de maintenance nucléaire, tu dois avoir ton bac et être admis à l’Ecole de Maistrance, à Brest. Tu y suivras une formation initiale de seize semaines, suivie d’un BAT (brevet d’aptitude technologique) adapté à ton domaine d’intervention. Une fois diplômé, tu pourras être affecté à bord d’un sous-marin afin d’apprendre concrètement les rouages de ton futur métier. Après cette première expérience, tu suivras une formation supérieure d’atomicien, partagée entre l’Ecole de Saint-Mandrier (83) et l’Ecole des applications militaires de l’énergie atomique (EAMEA) à Cherbourg (50). Le parcours d’Aurélien fait un peu écho à cette formation… en ajoutant quelques voyages.

Une fois ta formation terminée, tu pourras piloter un réacteur ainsi que les installations connexes d’un bâtiment. Tu feras partie d’une équipe de trois à quatre marins, chargée de la maintenance nucléaire. Tu seras également amené à intervenir dans le domaine de la sécurité, en étant appelé sur des sinistres ou en protégeant des locaux. Au fil de ta carrière, tu pourras monter en compétences et acquérir de nouvelles qualifications.

➜ À voir aussi : Damien, officier responsable du secteur armes : « Le sang-froid est une qualité indispensable »

 

Les atouts du technicien de conduite et de maintenance nucléaire

Pour exercer ce métier, tu dois avoir une bonne capacité d’adaptation et de gestion du stress, car les conditions de vie et de travail dans un sous-marin sont particulières. La rigueur et le sens pratique sont également des qualités très appréciées !

« En 70 jours de mission, on peut rencontrer des difficultés, c’est pourquoi il faut créer une réelle synergie de travail, précise Aurélien. L’équipage doit rester soudé. » Au cours de sa carrière, un souvenir l’a particulièrement marqué : l’ouverture du panneau du sous-marin au bout de 70 jours de mission. « Je peux voir le soleil, sentir le vent et l’odeur de la mer… Je suis le premier de l’équipage à le faire, ma fonction de responsable de la coque à bord me donne ce privilège ! »

Alors si toi aussi tu souhaites vivre une expérience extraordinaire, dans un environnement hors du commun, rejoins les forces sous-marines.

 

➜ Questionnaire : ET TOI ? ES TU FAIT POUR ÊTRE SOUS-MARINIER ?

 

Pour en savoir plus sur le métier de Technicien de conduite et de maintennace nucléaire, consulte la fiche métier
Découvre l’ensemble des métiers proposés par la Marine sur le site etremarin.fr

digiSchool a sélectionné pour vous